La droite populaire et la Loppsi 2

Alors que le projet de loi d’Orientation et de Programmation pour la Sécurité intérieure, dit Loppsi 2, va être voté demain en séance publique, la Droite populaire se félicite de l’adoption de plusieurs de ses amendements.

Déjà les débats en Commission des lois avaient engendré des progrès substantiels, en rendant notamment obligatoire pour les villes de plus de 10 000 habitants le recours au Conseil des Droits et Devoirs des Familles (CDDF), ou en permettant d’octroyer aux directeurs de police municipale l’habilitation d’agent de police judiciaire.

L’implication soutenue de la Droite Populaire dans les débats en séance a entretenu cette dynamique et a permis d’obtenir :

le doublement des peines d’emprisonnement pour les personnes reconnues coupables d’usurpation d’identité,

la suppression de la prescription dans les affaires de disparition d’enfants,

la mise en place des cellules de citoyenneté et de tranquillité publique, déclinaison des CDDF dans les communes de moins de 10 000 habitants,

la récupération plus rapide des points du permis de conduire, sauf lorsqu’ils sont retirés pour des infractions graves,

la possibilité d’interdire l’accès au territoire français aux criminels étrangers condamnés en cour d’assises,

la création d’une médaille d’honneur de la police municipale.

Un regret demeure néanmoins s’agissant des propositions d’étendre encore davantage les pouvoirs de la police municipale. Sur avis défavorable du rapporteur et du Ministre Brice Hortefeux, l’amendement qui ouvrait la possibilité, à certaines conditions, aux directeurs de police municipale d’acquérir le statut d’officier de police judiciaire pour les matières visant au code de la route à été rejeté. Le Ministre a toutefois indiqué que plusieurs missions sont en cours sur l’avenir de la police municipale au terme desquelles il sera question de rouvrir ce débat.

La Droite populaire (dont le référent sur ce sujet était Brigitte Barèges) se félicite donc des résultats obtenus, et ce malgré la mauvaise foi constante d’une opposition fidèle à son angélisme et en dépit de son rejet hargneux et dogmatique des propositions de la majorité, même lorsqu’elles soutiennent des dispositifs qui fonctionnent manifestement.

Mot clés:

6 commentaires

  1. grégory - 20 décembre 2010 22 h 10 min

    le dernier paragraphe vaut son pesant de cacahuètes!…la mauvaise foi,la hargne et le dogmatisme sont largement partagés par une grande partie de la droite française,et en particulier votre droite « populaire » ! quant à « l’angélisme » de la gauche…s’il a pu exister par le passé,je crois que ce n’est plus qu’un argument fallacieux utilisé par la droite pour tenter de masquer son échec cuisant dans ce domaine.

    Répondre
  2. Marie - 21 décembre 2010 15 h 12 min

    L’UMP fait retirer en catimini la loi contre l’abattage rituel
    Par Jeannot le 21 décembre 2010

    Une cinquantaine de députés UMP avaient déposé une proposition de loi pour que l’étiquetage de la viande – ou d’une préparation à base de viande – mentionne le mode d’abattage de l’animal.

    “Une part importante des viandes issues d’un abattage rituel est commercialisée dans le circuit traditionnel sans qu’il soit fait mention de cette caractéristique”, explique Nicolas Dhuicq (UMP), auteur de cette proposition de loi. Le consommateur est en droit d’être informé que l’achat de viande issue d’un abattage rituel implique une participation financière à un culte”

    Le texte était cosigné par 48 de ses collègues UMP.

    Selon ces députés, le consommateur a le droit d’être informé du mode d’abattage :
    • pour “des raisons éthiques”
    • pour des raisons religieuses.
    • ou parce qu’il ne souhaie pas vouloir consommer de la viande issue d’animaux abattus sans étourdissement

    Le texte a été retiré sans même être débattu. Il y a visiblement des sujets tabous.

    Répondre
  3. Ghiss - 21 décembre 2010 23 h 41 min

    Honte à cette droite aussi répugnante question couardise que la gauche angéliste!
    Pourquoi seule la France permet cet abattage barbare sans étourdissement? Que fait l’UE????
    Idem pour la corrida, le gavage de canards, l’élevage en batterie : les humains sont révulsants de barbarie!

    Répondre
  4. ninon - 22 décembre 2010 12 h 38 min

    L’interdiction d’accès au territoire devrait se faire en fonction de nos capacités d’accueillir ou pas, càd en fonction de la situation de l’emploi, des déficits sociaux et de la possibilité ou pas de loger les gens. Autrement dit, mieux vaut prévenir (par la limitation des entrées) que guérir (par l’obligation de poursuivre et condamner)

    Répondre
  5. Ghiss - 23 décembre 2010 16 h 00 min

    La Loppsi 2 ne va t-elle pas réduire nos libertés sur le net, sous prétexte de combat (nécessaire et féroce) contre la pédophilie? tous les sites qui dérangent, du style le site pirate suédois ou les oeuvres de Wikileaks, tout ce qui s’oppose à l’ultra libéralisme, etc…aurons-nous un internet à l

    Répondre
  6. Ghiss - 23 décembre 2010 16 h 07 min

    Avec Loppsi 2, n’est-ce pas le rêve totalitaire d’un internet à la chinoise? les sites qui dérangent ne sont pas seulement les immondes sites pédophiles ou terroristes mais aussi ceux qui s’opposent à l’ultra libéralisme sauvage et tous les mensonges qu’il génère pour faire des citoyens de parfaits moutons apeurés et résignés! faire interdire par exemple le site pirate suédois ou Wikileaks et tout ce qui propose une alternative humaine (équitable) à la monstrueuse mondialisation que refuse de plus en plus la jeunesse européenne : Italie, France, Grèce, Espagne et même les très soumis Anglais commencent à rejeter de toutes leurs forces le sinistre avenir précaire et lobotomisant qu’on veut leur imposer.
    Rien ne pourra brider Internet en UE sinon quand une jeunesse aussi maltraitée que l’actuelle n’a plus rien à perdre…faut plus pousser.

    Répondre

Exprimez vous!