Frustrations médiatiques

Denis Tillinac déploie un bon sens souverain… comme le peuple ! Ceci à propos des ego hypertrophiés des politiques érigés en vedettes médiatiques et des menaces de sanction incongrues à mon encontre.

L’UMP menace de sanctions le député Vanneste au motif qu’il préconise un éventuel rapprochement avec le FN, si Marine Le Pen succède à son père et récuse ouvertement les vieux fantasmes de l’extrême droite. Peu importe qu’il ait tort ou raison : il exprime un point de vue partagé – en catimini – par un nombre élevé de ses collègues, et plus élevé encore de militants de son parti. Vanneste invoque le précédent italien de Gianfranco Fini, jadis patron d’une faction néofasciste et qu’une alliance avec les restes de la droite démocrate-chrétienne a conduit à un recentrage radical. Comparaison n’est pas raison, mais pas nécessairement déraison non plus. En tout cas, l’UMP déraisonne en avalisant avec servilité la doxa de la gauche, pour qui la diabolisation du FN est un impératif électoral catégorique. Électoral, pas “moral”.

♦ Denis Tillinac, Valeurs actuelles, jeudi 25 novembre 2010

Mot clés:

10 commentaires

  1. grégory - 25 novembre 2010 21 h 26 min

    extrait d’un article du figaro du 24/3/2009… »Mais il ne faut pas polémiquer avec Denis Tillinac : il faut mettre une tune dans le bastringue et appuyer sur le bouton «anar de droite». À propos des déclarations du Pape sur le préservatif, par exemple. «ll a raison. Jamais je n’enfilerai ce truc-là. Je préfère encore me taper un rossignol.» Ou à propos des chercheurs en grève : «Je ne peux plus supporter ces petits connards du CNRS qui font des études sur la sexualité des papillons dans le Bas Congo avec notre pognon et qui ont l’arrogance de venir nous donner des leçons.» Voilà en effet ce qui s’appelle passer de l’étage des grands commis de l’État à la cuisine des Tontons Flingueurs. »……pas besoin d’en dire beaucoup plus sur denis tillinac.mais comme il abonde dans le sens de monsieur vanneste,il trouve grâce aux yeux de ce dernier…

    Répondre
  2. Bruno Ecourtemer - 25 novembre 2010 23 h 59 min

    Mais le Figaro est un torchon gauchiste, pourquoi vous en étonner.

    Essayer de poster un message qui dévie un tant soit peu de la doxa liberal-libertaire. Vous vous ferez censurer illico.

    Tenez ce matin le site du Figaro affichait un article sur le « scandale » d’un professeur ayant fait passer un message anti-avortement durant un cours. La tonalité de l’article était dans le sens que vous savez.

    Or les commentaires n’étaient pas du tout de cet avis. Certains condamnant l’attitude de ce professeur mais admettant que s’agissant de mort il fallait appeler un chat un chat et montrer l’ignominie qu’est un avortement. Et bien voilà-t-il pas que l’article a disparu.

    Répondre
  3. Thibault Loosveld - 26 novembre 2010 7 h 11 min

    C’est en effet tonton la francisque qui parvînt à rejeter sur le FN l’antisémitisme de la gauche…

    Répondre
  4. grégory - 26 novembre 2010 11 h 05 min

    @ bruno ecourtemer… »Mais le Figaro est un torchon gauchiste, pourquoi vous en étonner. »……ôtez-moi d’un doute: le propriétaire du figaro n’est pas un certain serge dassault??? dans le genre gauchiste…

    il arrive très souvent que mes messages soient censurés par les modérateurs du site du figaro,alors que des commentaires reflétant des opinions que je qualifierais de « très à droite »,que ce soit sur des sujets politiques,sociaux ou sociétaux,passent…

    et pour ce qui est de cet enseignant qui a fait preuve d’un manque total de conscience professionnelle et de neutralité,sa suspension de 4 mois me semble pour le moins légère…d’autant que c’est un professeur d’histoire-géographie! que venait faire dans son cours un film de propagande contre l’avortement?…

    Répondre
  5. françoise - 26 novembre 2010 18 h 37 min

    Cette histoire qu’a fait l’UMP, à propos de M.Vanneste est tout à fait indigne car, dans un regroupement politique, chacun devrait pouvoir donner son opinion sans que celle-ci soit diabolisée et au minimum en débattre…

    Je pense que l’UMP, dont je suis adhérente, n’a pas encore compris que beaucoup de ses adhérents n’ont pas trop aimé cette grande ouverture à gauche et auraient préféré qu’elle se fasse plus à droite puisque lors d’un discours présidentielle début 2007, il était question de « droite décomplexée », j’attends toujours !!!

    Concernant le Figaro, c’est « concileo » qui en est le modérateur. Cela doit donc dépendre de la « tendance » de la personne qui modère !

    Néanmoins, je suis souvent étonnée par certains articles , notamment lors du récent remaniement où le Figaro titrait « …….ultra droite », encore la novlang du fig ! ou encore des titres franchement anti-catholiques !

    Répondre
  6. Christian Vanneste - 26 novembre 2010 19 h 20 min

    Merci Françoise !

    Répondre
  7. Bruno Ecourtemer - 26 novembre 2010 23 h 19 min

    @ le p’ti grégory : Gauchiste je maintiens. Vous confondez la droite de l’argent et celle des valeurs. La première est pourrie jusqu’à l’os d’idéologie gauchiste. Lisez Bernanos vous comprendrez comment la droite a perdu son âme et comment elle aura du mal à s’en fabriquer une toute neuve.

    Répondre
  8. Thibault Loosveld - 28 novembre 2010 9 h 28 min

    @ Grégory:

    Bruno Ecourtemer a raison. Lisez cet article consacré l’homme de la dissolution de 1997 http://www.lefigaro.fr/politique/2010/11/26/01002-20101126ARTFIG00506-karachi-ce-qu-a-dit-villepin-au-juge-van-ruymbeke.php ! C’est un ramassis de suppositions et de fantasmes, destiné à intoxiquer les lecteurs.

    Répondre
  9. seb - 28 novembre 2010 18 h 32 min

    A Thibault Loosveld :

    Vous avez raison concernant le brave VILLEPIN. Sa « parole » fluctue. Ses « intimes convictions » aussi. On a donc ici un témoignage d’un personnage clé…Qui vaut plus du fer que de l’or.

    Cependant, ce témoignage « branlant » est renforcé par l’attitude gouvernementale et encore plus parlementaire. L’équipe élyséenne, matignonienne, et parlementaire faisant leur possible pour éclairer la France…Sans aider les juges de l’affaire !

    Pour moi, c’est un peu « l’affaire du collier » version 2010. De la même manière que MARIE ANTOINETTE – pourtant innocente – refusait de répondre aux accusations…M. SARKOZY, M. FILLON, et M. ACCOYER refusent de comprendre que s’ils ne veulent pas qu’on les soupçonne, il serait bien de ne pas adopter la posture du coupable idéal !

    Surtout quand – de l’aveu même de M. SARKOZY – on a dépassé la « fable » pour arriver à une véritable affaire d’Etat.

    Il y a des questions. Le seul moyen de se blanchir aux yeux des Français, est d’y répondre…Non en fustigeant les accusations, mais en laissant la Justice faire son travail !

    La « stratégie » du Président est, à l’évidence, mauvaise…Et l’incrimine plus qu’autre chose.

    Ex : M. SARKOZY affirme que son rôle était minime dans la campagne de BALLADUR. Qui, connaissant un peu le personnage, pourrait croire une telle profession de foi ? M. SARKOZY en modeste contributeur ? Quelle plaisanterie !

    M. FILLON l’aurait dit, cela pouvait être crédible. Mais M. SARKOZY ? Pourquoi, si son action avait du reste été si « modeste » aurait il été mis de coté par M. CHIRAC ? Lequel n’était pas le plus abruti des politiciens ?

    Il suffit du reste de regarder les archives des médias, pour constater que M. SARKOZY – comme à son habitude – aime la scène, et ne se présente en rien comme un « simple collaborateur » de BALLADUR, mais bien comme son bras droit, éclipsant même le « vrai » porte parole !

    Autre ex :

    M. SARKOZY prétend ne rien avoir à faire avec la vente des trois sous-marins au Pakistan. Pourtant…Sa fonction régalienne suffit à attester de son importance ! Sans parler de ses liens avec M. BALLADUR, alors Premier Ministre !

    Se rajoute à cela – M. SARKOZY a t il raté le cours sur « la responsabilité du Gouvernement devant le Parlement » – que la réglementation de l’époque voulait que le Ministre du budget (M. SARKOZY donc) valide le montant des commissions, de toutes les commissions, versées aux intermédiaires.

    La suppression de l’agrément préalable en octobre 1992, mentionnée dans son argumentaire de défense, ne visait que les premières étapes de la négociation de ventes d’armements. La conclusion de la vente engageait le Ministre…Et le Premier Ministre, via le contre seing exigé dans ce genre de transaction ! Il n’y a que le « Président » qui est « irresponsable » en France…Pas les membres du Gouvernement. Et la République française, pour poreuse qu’elle soit et ait été…A quand même, au minimum, fait ratifié chacun des papiers engageant le pays, par un membre du Gouvernement !

    Du reste, une lettre de M. LEOTARD, Ministre de la défense a été envoyé à M. SARKOZY ! Dans cette lettre, M. LEOTARD, qui agissait sans doute comme Ministre de tutelle pour cette transaction, demandait à M. SARKOZY d’octroyer la garantie de l’Etat au contrat de vente des 3 sous-marins. Preuve que la signature d’un Ministre doté du sceau de l’Etat était nécessaire !

    Autre ex : M. SARKOZY nie avoir eu connaissance de l’existence de la société HEINE au Luxembourg. Pourtant, Jean-Marie Boivin, le gérant de cette société, a écrit, en 2006 à M. SARKOZY.

    Mieux, un rapport de la police luxembourgeoise (qui en principe n’a pas de raison de s’en prendre à M. SARKOZY), en janvier dernier, a établi, pièces à l’appui, que cette société HEINE avait été créée sur instruction de Nicolas Sarkozy en 1994.

    Et le 24 janvier 2009, Boivin a conclu avec l’Etat un accord par lequel il recevait 8 millions d’euros d’honoraires pour « bons offices » après la dissolution de la dite société. On peut s’interroger sur les « bons services » auxquels il est ici fait référence !

    Pour terminer, on attend toujours les explications de M. ACCOYER, M. FILLON, et M. SARKOZY, concernant les entraves à l’enquête des juges en charge des différents volets de l’affaire.

    M. ACCOYER brandit la séparation des pouvoirs. Manque de pot pour lui, la Justice, en France, n’est pas un pouvoir…Mais une autorité indépendante, agissant sous la tutelle de l’Exécutif. Interdire à la Justice de faire son travail, c’est comme interdire au futur défenseur des droits…De les faire respecter, pour peu que cela gène « quelqu’un » !

    S’ajoute à cela un pseudo « secret défense » qui…Ne vaut pas pour les parlementaires. Pourtant, M. ACCOYER refuse – en dépit du changement de circonstances, de valeur constitutionnelle – la mise en place d’une commission d’enquête…Alors qu’il y était favorable au moment de l’affaire des infirmières Bulgares !

    Est ce à dire que le sort de quelques malheureuses commissions est plus secret que les tractations diplomatiques visant à sauver des vies humaines ? Il semble…

    M. FILLON affirme d’un coté que l’on nage en eaux troubles…Et de l’autre que rien ne peut éclairer une affaire qui n’existe pas ! Son « crédit » est donc aussi puissant que celui de M. SARKOZY ou M. DE VILLEPIN…!

    J’ajouterai que le « secret défense » ne peut être utilisé pour interdire à un juge d’enquêter sur l’environnement d’une négociation. Surtout quand les intérêts vitaux du pays sont en question…Et que des vies humaines sont susceptibles d’avoir payé les frais d’un marchandage politicien !

    Si les juges peuvent se voir interdire de sortir des documents « protégés »…En revanche, M. FILLON n’a aucun droit de leur interdire d’entrer dans les « lieux protégés » pour consulter les informations présentes en ces lieux…En vertu de la DDHC.

    Va t on offrir au 21ème siècle une protection qu’on a, jadis, pas toléré pour Louis XVI, qui a vu ses échanges avec l’étranger étudiés par la Convention, sans que la « séparation des pouvoirs » ne soit brandie d’aucune façon ? Ni plus le « secret défense » ?

    Charles Millon a, par ailleurs, en tant qu’ancien ministre de la Défense de Jacques Chirac en 1995, expliqué au juge Renaud Van Ruymbeke que son « intime conviction » reposait sur des rapports oraux et une enquête de la DGSE, même si, a-t-il reconnu, aucune « preuve tangible de ces dépôts » n’avait été trouvée.

    Il n’en demeure pas moins – contrairement à ce qu’affirme M. SARKOZY – qu’un témoignage (bien moins branlant que celui de M. DE VILLEPIN) est une preuve, en droit.

    En effet, les déclarations d’une personne constituent en elles-même des preuves. Elles peuvent constituer des déclarations ou témoignages, si l’intéressé est étranger à l’infraction ou des aveux si la personne interrogée reconnaît des faits qui l’incriminent. Les témoignage et les aveux sont librement appréciés par le juge qui peut les retenir en totalité, partiellement ou les écarter dans la conviction qu’il se forme.

    J’en terminerai là en disant que, bien que n’ayant pas une aussi grande expertise de la communication que M. SARKOZY, je crois profondément qu’ensevelir de légitimes questions sous des accusations de persécution trahi davantage la volonté d’esquive que l’innocence outragée.

    L’attitude – en plus parallèle – de M. ACCOYER, M. FILLON, M. SARKOZY (bien peu soucieux soudain d’apporter la « vérité » sur l’affaire aux victimes) est en soit incriminante.

    Si M. VANNESTE partage mon avis, j’espère qu’il demandera à M. SARKOZY et cie de se montrer sous un jour plus noble.

    Pour ma part, plutôt que de dénoncer une chasse à l’homme ou des fables, je préfererais voir la majorité se précipiter dans l’hémicycle pour obtenir la réponse des principaux intéressés.

    Puis, devant la fausseté des informations, voir ces derniers se précipiter au tribunal pour dénoncer la diffamation dont ils font l’objet !

    Curieusement…Ni l’un ni l’autre n’ont eu lieu. On se demande bien pourquoi…

    Répondre
  10. Thibault Loosveld - 28 novembre 2010 19 h 59 min

    @ seb:

    Je résume votre propos: Nicolas Sarkozy est victime d’une persécution judiciaire qui me fait penser au procès de Riom puisque le juge Van Ruymbeurk reproche à des responsables politiques de droite d’avoir aggravé le sort de Français en tardant à demander l’arrêt de quelquechose. Il ne manquerait plus que la gauche ait promis au juge d’instruction une place au pouvoir, à l’instar du Président Caous !

    Répondre

Exprimez vous!