Christian Vanneste sur la liberté d’expression, René Galinier etc…

Le député du Nord (UMP) Christian Vanneste nous reçoit dans son bureau à l’Assemblée Nationale pour parler des cas de René Galinier et Marie-Neige Sardin, ainsi que de la liberté d’expression. Retrouvez toutes les interviews sur www.enquete-debat.fr


Christian Vanneste sur René Galinier, Marie-Neige Sardin etc

Mot clés:

13 commentaires

  1. Gerard R - 28 septembre 2010 22 h 36 min

    Que dire sinon que cet interview est excellent. Bravo M. le Député.

    Répondre
  2. Christian Vanneste - 28 septembre 2010 22 h 54 min

    Merci beaucoup Gérard !
    Cordialement

    Répondre
  3. LOmiG - 29 septembre 2010 8 h 11 min

    Bonjour,
    bravo à Enquête&Débat d’aller donner la parole à ceux qui la méritent. Bravo à M Vanneste pour ses prises de positions claires et lucides.
    La légitime défense doit rester un droit élémentaire des citoyens, sous peine de basculer dans la pire des guerres civiles.

    Répondre
  4. Pingback: Le débat sur l’immigration et l’islamisme fait peur | Expression Libre

  5. seb - 29 septembre 2010 17 h 38 min

    Quelques remarques et questions :

    1.Vous dites que vous défendez M. GALINIER parce que c’est – en tout premier lieu – « une personne âgée ». « Une personne âgée qui a été agressée chez elle par des cambrioleurs et qui s’est défendue ». Et pour vous, cela en fait une « victime. »

    M. GALINIER est effectivement une victime, au sens où des personnes sont entrées illégalement dans son domicile. En cela, il est effectivement victime d’une intrusion qui n’avait pas lieu d’être.

    En revanche, vous laissez entendre – mais j’ai peut être mal compris – que M. GALINIER a bien fait de se faire justice lui même ! Et cela, de la part d’un citoyen lambda, cela ne prête pas à conséquence, mais de la part d’un représentant du Peuple, cela me choque énormément.

    M. GALINIER est chasseur – je le suis aussi – il sait donc utiliser son fusil de chasse. Je ne sais pas si cela est aussi votre cas M. VANNESTE. En tout cas, pointer son arme sur deux ombres/formes humaines, et tirer, est un crime. Quelques puissent être les fautes commises par les deux cambrioleuses, elles ne méritaient en aucun cas de se prendre du plomb ! Et dire qu’elles ont agressé M. GALINIER est faux puisqu’elles n’ont pas eu le temps…Et on ne peut du reste même pas supposer comme avéré que tel ait pu être leur intention.

    M. GALINIER, du fait de ses facultés réduites, a tiré sur deux formes/femmes dont il ignorait les intentions. Ou les motifs de présence…Vers chez moi, il y a des gamins qui se promènent dans les rues, seuls, et qui parfois se perdent. Imaginez si je les accueillais avec mon fusil chargé (et pas à blanc)…Au lieu de chercher à identifier ces présences dans mon jardin ! Auriez vous aussi pitié de moi que vous avez de la compassion pour M. GALINIER ?

    Il n’est pas difficile de comprendre que la première chose à faire, lorsqu’un repère des individus suspects, c’est de prévenir la police ! Et si celle ci tarde un peu, de ne pas rester seul ! Éventuellement, si ce sont des cambrioleurs, on peut tenter de les arrêter. Ne serait ce qu’en faisant sonner la sirène…Si on a une alarme…Ou en envoyant le chien (M. GALINIER est chasseur, il a donc un chien) pour tenir en respect les suspects. (Comme je l’ai dit, il ne s’agit pas toujours de personnes de mauvaises intentions. Ma voisine se pointe régulièrement chez nous à point d’heure…Parce qu’elle est infirmière. Dois je prévenir les flics chaque fois qu’elle nous réveille ?)

    M. GALINIER savait sans doute tout cela. Mais a préféré régler ses comptes. Avec manifestement le désir de tirer juste…Puisque les deux cambrioleuses se sont retrouvées à l’hôpital ! Les propos qu’il a pu tenir aggravant du reste, son geste, puisque cela donnait un mobile bien peu charitable et émouvant à son acte. Un papy qui tire involontairement sous le coup de la peur, n’est pas la même chose qu’un papy qui avance vers celles qu’il considère comme des menaces, et tire sur elles, pour des raisons dont on a du mal à identifier si elles ne sont reliées qu’au contexte établi.

    Oui…Il faut libérer M. GALINIER, car la Loi veut que l’emprisonnement soit l’exception et non la règle, selon la volonté du Législateur. Non…Il ne faut pas faire passer M. GALINIER pour une victime qu’il n’est pas, quand il braque son arme sur deux représentantes de l’espèce humaine, coupables d’intrusion de domicile ou pas. Quant à son âge…Je ne crois pas qu’il soit à brandir pour justifier ses actes. En revanche, sa maladie renforce l’idée selon laquelle la Justice aurait dû le remettre en liberté, éventuellement surveillée, puisqu’aucun des critères – sauf celui énoncé dans d’autres commentaires – ne peut justifier cet emprisonnement.

    Répondre
  6. seb - 29 septembre 2010 17 h 40 min

    2. Vous dites qu’il est « bizarre » qu’on ait remis en liberté une personne « suspectée » d’avoir été complice ? Sauf que cette personne a été capable de donner un alibi en or massif.

    Ce qui aurait été bizarre, c’est que la Justice s’acharne sur une telle personne. Nous sommes en France. C’est la présomption d’innocence qui prévaut (à raison). Puisque la police a été incapable d’incriminer le soit disant complice, et que ce dernier a apporté les preuves de son innocence…Sous quel motif aurait on pu l’empêcher d’être relâché ? L’intime conviction du député VANNESTE ?

    Vous nous dites que les « magistrats » (sous la tutelle de la Garde des Sceaux : que ne demandez vous des comptes à MAM ?) sont responsables, en partie, de la mort de la « joggeuse ». Fort bien…Pouvez vous me dire, M. VANNESTE, qui a écrit le Code de procédure pénale ? Ha ! Le Législateur ! Et sous l’égide de qui ? Ha ! Le Ministre de l’Intérieur ! Qui est l’ami de ? Ha ! M. SARKOZY !

    Que prévoit le Code ? Qu’une personne condamnée à une peine de prison ferme n’est en principe pas incarcérée immédiatement. Il y a trois exceptions : en comparution immédiate, le condamné peut être incarcéré sur ordre du tribunal quel que soit le quantum de la peine prononcée ; si la peine est au moins égale à un an, sur décision spéciale et motivée du tribunal (on dit décerner mandat de dépôt à la barre) ; et si le condamné est en état de récidive, quel que soit le quantum de la peine prononcée, sur décision spéciale du tribunal qui n’a pas à être motivée (c’est même le fait de ne pas recourir au mandat dépôt qui doit parfois être motivé…).

    Si le condamné est laissé libre et que sa peine ne dépasse pas deux ans, il doit être reçu par le juge d’application des peines (en principe, on lui remet une convocation dès le prononcé de la condamnation) pour envisager un aménagement de peine qui évitera l’incarcération sèche. Cela peut être un placement sous bracelet électronique, une semi détention (il sort la journée pour aller travailler et passe ses soirées et nuits en détention), un fractionnement de la peine (pour la purger en plusieurs fois), etc. La palette est vaste. 

    Savez vous de quand date cette limite de deux ans pour l’aménagement des peines ? De 2009 ! Et qui l’a voté ? Vous M. VANNESTE. Qui l’a défendu ? M. HORTEFEUX. Selon la volonté de ? M. SARKOZY. Loi n° 2009-1436 du 24 novembre 2009 dite loi pénitentiaire, article 84.

    Bref, si « une loi parfaitement inadmissible pour les citoyens et totalement incompréhensible pour les policiers et les gendarmes » a été votée, il faut vous en prendre à vous même, à vos collègues, et surtout exiger la démission rapide de M. HORTEFEUX, ce Ministre laxiste en matière de sécurité !

    Jugez d’ailleurs à quel point votre parti est « mou » en matière de sécurité…Avant 2004, c’était le ministre de la Justice en personne qui décidait des libérations conditionnelles des plus grands criminels. En 2004, la loi PERBEN II – que vous avez voté (avec le soutien de M. SARKOZY) – a refilé le mistigri aux juges. Depuis, les Ministres, débarrassés de cette responsabilité, peuvent leur taper dessus ! Bon, à quand une proposition de loi restaurant ce droit a MAM (histoire qu’on puisse lui taper dessus à chaque récidive) avec extension pour tous les crimes ? Assez de pitié M. VANNESTE, des actes !!!

    Si M. SARKOZY est « d’accord » avec ce que vous dites…Qu’attend il pour faire preuve de cohérence ? Il est question de dé légiférer en 2011. Prenez un peu d’avance ! Abolition de la loi PERBEN II, rétablissement de la peine de mort pour les crimes les plus odieux (pédophilie, etc.) Abolition de la loi HORTEFEUX de 2009, de la loi DATI de 2007, de la loi SARKOZY de 2002 relative à la « double peine »…

    Répondre
  7. seb - 29 septembre 2010 18 h 22 min

    Pour terminer – je sais, c’est un peu long mais vos propos sont très intéressants – quelques remarques concernant la liberté d’expression…Et la lâcheté totale de la « droite » dans l’affaire. (Mais pas que, puisque de nombreux maires (PS ou autres) sont aussi confrontés à des lobbies gay et musulman notamment, qui les taxent d’homophobes, de racistes ou d’hostiles à l’Islam, s’ils ne reçoivent pas de subventions !)

    Bon, vous allez sans doute vous dire « encore une référence historique » mais j’ai l’impression que la « droite » est incapable d’être elle même…Sur le plan intellectuel j’entends. Il y a des choses à dire en d’autres domaines mais je m’arrête à celui ci. Et par la « droite » j’entends la « droite française ». On se croirait sous la Révolution, à l’époque des Girondins et des Jacobins. Je m’étonne à ce propos que vos collègues ne fassent pas le parallèle.

    Car, qu’avons nous ? Voilà un pays dont la « majorité » législative est, disons, de « centre droit ». En face, se trouve un groupe d’hommes, présidé par un certain ROBESPIERRE. Ce dernier, qui n’est pas un orateur comme DANTON, n’a pas une immense popularité comme ce dernier. Il y a aussi pas mal de « tendance politique » à l’intérieur de ce groupe. Bref, ROBESPIERRE est un leader fragile. La seule force de ROBESPIERRE, c’est sa capacité à faire venir aux séances de la Convention celles qu’on appelle les « tricoteuses » et ceux qu’on surnommera plus tard les « enragés ». Ces citoyens, forts pauvres, et désireux de voir la « table rase » arriver, ne sont pas majoritaire dans le pays, en témoigne les élections législatives.

    Or…ROBESPIERRE demande la mort du roi…Il l’obtient. Pourquoi ? Parce que la « droite » de l’époque est incapable de comprendre la portée de ses gestes…Ou ignorent celle ci ! Résultat ? Guerre, radicalisation des esprits, déclenchement de l’opération « Nation en péril ». Au lieu de voter contre la mort du roi…Ou de voter en faveur d’un référendum (refusé par ROBESPIERRE car il savait les Français favorables à l’exil et non à la mort du monarque), la « droite » a voté avec ses pieds !

    Même chose avec la « loi des suspects ». La « droite » l’a voté sans sourciller. Et quand ROBESPIERRE, bien malin, l’a utilisé au dépens des parlementaires « de droite », ces derniers se sont réveillés ! Trop tard ! Direction la guillotine…! Mieux, il faudra que la jeunesse « de droite » décidément peu aidés par ses représentants ! Se décident à agir contre ROBESPIERRE, pour que la Terreur prenne fin !

    Le terrorisme intellectuel dont vous parlez est réel, mais vos « amis », comme du reste le Président lui même, ne semble pas mesurer que ce « terrorisme intellectuel light » (au sens où l’on ne va plus sous la guillotine) est un piège dont ils s’entourent eux mêmes ! Comme les Girondins, qui par peur, politiquement correct, ou je ne sais trop quoi, votaient avec leur pieds pour complaire à ROBESPIERRE, en croyant bêtement que ce dernier leur en serait reconnaissant…Ou encore que leurs électeurs, trop abrutis par l’alcool sans doute, continueraient de voter en leur faveur ! Ou bien les défendraient pour leur éviter l’échafaud ! Ce qui bien évidemment n’arriva pas…Parce que les Français ont préféré prendre un dictateur plus ou moins honnête, que des élus malhonnêtes envers leurs électeurs et le pays !

    Ce que je n’arrive pas à comprendre – peut être avez vous une idée à ce sujet – c’est comment les parlementaires « de droite » font pour ne pas comprendre qu’ils sont des « victimes en sursis » du politiquement correct, un peu comme les Girondins, qui très stupidement, ont cru ROBESPIERRE animé de suffisamment d’humanité pour réserver l’échafaud aux seuls citoyens ! Et pas aux politiques ! Quand il s’agissait de l’échafaud, ROBESPIERRE, fort humainement, laissant parfois à des électeurs déçus le soin de pendre à la Lanterne ou de « piquer » le député malhonnête !

    Répondre
  8. Thibault Loosveld - 4 octobre 2010 20 h 24 min

    @ seb:

    Voici un terroriste intellectuel à la tribune de l’Assemblée nationale: http://www.dailymotion.com/video/xf0ktr_une-france-qui-pue_news

    Répondre
  9. JPH - 5 octobre 2010 19 h 31 min

    Bravo monsieur le député pour ce discours sans langue de bois que je partage en très grande partie (et je suis un homme de gauche !).

    Répondre
  10. Thibault Loosveld - 14 octobre 2010 21 h 37 min

    Voici un exemple de « ligue de vertu » subventionnée pour choquer l’opinion publique et préparer le terrain au terrorisme intellectuel.

    http://parisfootgay.free.fr/

    Cela permet par exemple d’exiger d’un joueur de football une repentance parce qu’il a critiqué la couleur dont la gauche se sert sans scrupule ni remords pour diffuser ses idées homosexualistes.

    http://sports.orange.fr/infos/football/201041/quand-martin-derape_292512.html

    Répondre
  11. Thibault Loosveld - 21 novembre 2010 20 h 42 min

    Monsieur le Député,

    Certes, le syndicat communiste de la magistrature et l’union soviétique des magistrats sont déjà affolés à l’idée de voir leurs magistrats remplacés par des citoyens qui, n’étant pas diplômés de l’ENM, vont donc rendre la justice honnêtement et intelligemment.

    En effet, il est extrêment grave qu’un homme politique, passé iniquement entre les mailles de la condamnation frappant les auteurs de la machination de l’affaire Clearstream, puisse désormais se venger http://www.dailymotion.com/video/xfp536_karachi-villepin-veut-etre-entendu-du-juge-d-instruction_news.

    Répondre
  12. Un Algerien - 3 décembre 2010 13 h 02 min

    Il faut changer les choses en urgence avant que les Français ne se jettent dans les bras de Marine le Pen. En allant à la fête de l’Humanité, J’ai assisté à une agression à minuit en plein centre de la courneuve…Les agresseurs dont je taierai l’origine , étaient complétement à l’aise et n’avaient pas du tout peur de quoi que se soit. Je me demandais si j’étais en France …un cauchemar.
    C’est très dur pour quelqu’un qui a toujours été de gauche de réaliser l’aveuglement et le politiquement correct de la gauche avec le déni de réalité de ses biens en ce qui concerne l’immigration massive qui est une bombe à retardement puisqu’on n’a pas fait le necessaire minimum pour la réguler et l’intégrer.

    Répondre
  13. Thibault Loosveld - 3 décembre 2010 13 h 49 min

    @ Un Algérien:

    Je pense que la stratégie de Nicolas Sarkozy est bonne: il a fait rentrer un peu -mais pas trop- la Droite populaire au Gouvernement pour laisser espérer, d’ici 2012, à d’autres Secrétaires d’Etat à droite de l’UMP et dans le même temps, il a tendu la main aux fidèles de François Bayrou.

    Que prépare la gauche ? Sachant que Dominique Strauss-Kahn a déclaré qu’il irait au bout de son mandat au FMI, les éléphants dépassés et écrasés sous le poids de leurs fautes vont-ils prendre le risque de céder la place de candidat à un ou une élue moins expérimentée ?

    Répondre

Répondre à Thibault LoosveldAnnuler la réponse