Frais bancaires (QE)

M. Christian Vanneste interroge Mme la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi sur le rapport publié le 1er juin 2010 par l’UFC-Que choisir qui dénonce la flambée des frais bancaires entre 2004 et 2009. Selon un membre de l’association, « depuis 2004, on ne voit pas de réels progrès car les tarifs sont toujours aussi illisibles, même pour les nouveaux tarifs rajoutés ces dernières années. Par conséquent, le taux de mobilité bancaire en France est un des plus faibles, entre 3 % et 6 %. Les consommateurs, ne sachant pas combien coûte leur banque ni celle d’à côté, ne sont pas incités à en changer. C’est par ailleurs une opération compliquée et facturée par les banques (comme pour le déplacement d’un PEL), ce qui dissuade les usagers. Concernant le tarif des opérations bancaires, le prix des incidents de paiement a augmenté de 28 %, soit plus de trois fois l’inflation. Et cela fragilise les personnes les plus en difficulté. Les packages, panier de services bancaires, ont augmenté de 12,2 % en cinq ans, alors qu’ils sont systématiquement proposés aux clients ». Il aimerait connaître l’avis du Gouvernement sur cette étude et savoir si celui-ci compte proposer « des lois restrictives », comme le suggère l’association dans ce rapport.
Réponse du Gouvernement :
Le Gouvernement est très attentif à la question des frais bancaires,qui a fait l’objet d’un intense travail réglementaire ces trois dernières années : le 16 mai 2008 est entré en vigueur le décret n° 2007-1611 du 15 novembre 2007 relatif au plafonnement des frais bancaires en cas d’incident de paiement, pris en application de la loi du 5 mars 2007 instituant le droit au logement opposable et portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale (il faut rappeler que les tarifs bancaires, hormis ceux précités, ne sont pas réglementés) ; en application de la loi n° 2008-3 du 3 janvier 2008 pour le développement de la concurrence au service des consommateurs, les banques doivent adresser chaque année depuis le 1er janvier 2009 un relevé annuel des frais perçus, permettant ainsi à chaque client d’en avoir une vision complète et détaillée ; cette mesure a reçu un très large soutien de toutes les parties prenantes ; pour renforcer la transparence, un exercice de clarification a été mené avec le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) qui a permis l’élaboration d’un glossaire apportant une définition des termes utilisés par les banques ; ce travail a été actualisé cette année et une attention particulière a été apportée à la question des frais ; pour faciliter le changement de banque, un service d’aide à la mobilité à été mis en place dans chaque établissement et les frais de clôture pour la fermeture de tous les comptes à vue et comptes sur livret et assimilés (livret de développement durable, LEP, Livret A et Livret Bleu) ont été supprimés ; les frais de mise en opposition sur carte bancaire ont été supprimés à compter du 1er novembre 2009 en application de l’ordonnance n° 2009-866 du 15 juillet 2009 relative aux conditions régissant la fourniture de services de paiement et portant création des établissements de paiement ; enfin, pour faciliter l’accès des consommateurs à bas revenu aux services bancaires à des tarifs adaptés, une gamme de paiements alternatifs aux chèques a été créée. Les banques la proposent pour environ 3 EUR par mois. Ce forfait ne comprend pas de chéquier mais une carte de paiement sans dépassement (carte à autorisation systématique), ce qui limite les incidents de paiement et les frais associés. Mme la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi a cependant estimé que des efforts supplémentaires étaient nécessaires. Afin de disposer d’un constat et de propositions consensuels, Mme la ministre a demandé par une lettre de mission du 17 mars 2010 à M. Georges Pauget, ancien directeur général du Crédit agricole et à Emmanuel Constans, président du CCSF, de conduire une mission d’analyse et de propositions sur les frais bancaires. La mission a rendu ses conclusions à la ministre le jeudi 8 juillet 2010 et son rapport a été rendu public le même jour. Il montre que le dispositif français de tarification présente plusieurs spécificités. Ainsi, la banque de détail, qui s’adresse aux particuliers, est sensiblement moins chère en France que chez nos principaux partenaires européens en raison du faible niveau des marges sur le crédit immobilier. En revanche, les services de la banque « au quotidien » (gestion du compte, moyens de paiement, gestion des incidents) compensent en partie cette modération tarifaire. Le rapport souligne que les tarifs de la banque au quotidien connaissent une évolution maîtrisée : selon l’Institut national de la statistiques et des études économiques, leur augmentation est moins rapide que celle de l’indice général des prix à la consommation. En outre, les frais bancaires associés aux moyens de paiement et à la gestion du compte représentent 0,57 % des dépenses de consommation des ménages, soit quatre fois moins que les services d’assurance ou de télécommunication, il faut donc relativiser leur importance. Les auteurs du rapport rappellent également que les banques de détail françaises se caractérisent par un niveau de service supérieur aux standards européens, avec 176 conseillers clientèle pour 100 000 habitants contre 130 dans l’Union européenne et un réseau physique d’agences et d’automates plus dense. Cependant, le rapport identifie plusieurs difficultés dans le fonctionnement de la tarification bancaire en France : une transparence insuffisante, l’inadéquation de certains forfaits avec les besoins des consommateurs, des difficultés résultant de l’accumulation des incidents de paiement pour une minorité de 1 % des clients les plus fragiles des banques. Il formule enfin une trentaine de propositions afin de répondre à ces difficultés. Mme la ministre souhaite que les réformes nécessaires puissent être engagées dans les meilleurs délais et que les banques affichent dans un encadré, en tête de leurs plaquettes tarifaires, le prix des dix services les plus souvent utilisés par les consommateurs. La ministre a souhaité également que les associations de consommateurs soient pleinement associées au choix de ces dix services. Le rapport propose que les sommaires des conditions tarifaires soient les mêmes d’une banque à une autre et que les mots employés dans les conditions tarifaires soient tirés d’un glossaire commun à toutes les banques. Ces mesures vont permettre de rendre les tarifs bancaires facilement comparables d’une banque à une autre. Par ailleurs, le ministre souhaite confier une nouvelle mission d’observatoire des frais bancaires au CCSF pour suivre l’évolution des tarifs bancaires. Mme la ministre demande également que les banques ajoutent à leur offre commerciale un « pack sécurité ». En premier lieu, plutôt qu’un chéquier, ce forfait comprendrait une carte de paiement anti-dépassement avec laquelle le consommateur ne peut pas dépenser plus que ce dont il dispose. Par ailleurs, les banques prévoiraient un plafonnement du montant et du nombre des commissions d’intervention qu’une banque peut faire payer en cas d’incident de paiement. Le rapport propose également que les banques développent les systèmes d’alerte par SMS ou courriel pour permettre aux consommateurs de réagir et d’éviter les incidents. Les forfaits devront également évoluer vers une offre personnalisable et modulaire, ce qui permettra de corriger les manquements relevés dans les pratiques actuelles. Enfin, Mme la ministre a demandé aux banques de travailler à la création d’un nouveau « virement de proximité » à la main des consommateurs qui permettrait de faire des virements à des proches ou des fournisseurs de services depuis un distributeur de billets ou un téléphone portable. À sa demande, le CCSF qui regroupe l’ensemble des parties prenantes, en particulier les associations de consommateurs, s’est réuni, dès le 12 juillet, pour examiner les conclusions de ce rapport. Les résultats de ces travaux seront présentés à la mi-septembre lors d’une réunion présidée par la ministre qui pourra ainsi vérifier que les associations de consommateurs et les banques sont parvenues à un accord sur les engagements à prendre pour parvenir à mettre en oeuvre ces propositions. Dans l’hypothèse où cette concertation ne donnerait pas lieu à des conclusions satisfaisantes, la ministre n’exclut pas que des mesures législatives puissent être proposées au Parlement pour répondre aux difficultés identifiées.

Question publiée au JO le : 08/06/2010 page : 6234
Réponse publiée au JO le : 17/08/2010 page : 9076

Exprimez vous!