PPL visant à réserver l’adoption aux couples mariés

Le 10 novembre dernier, le tribunal administratif de Besançon rendait une décision qui allait créer un certain trouble. J’avais en son temps tout de suite déploré l’avis des juges dans un article intitulé la Gloire du Père. C’est au nom de l’intérêt supérieur de l’enfant et des avis plutôt concordants des pédopsychiatres que j’ai décidé, comme je m’y étais engagé lors des débats suivant la décision du TA de Besançon, de réserver aux seuls couples mariés la possibilité d’adopter. Je viens donc de déposer une proposition de loi en ce sens visant à supprimer l’article 343-1 du Code civil. La voici in extenso.

Chaque adoption est la rencontre de deux histoires : celle d’un enfant déjà né, parfois déjà grand, qui n’a pas ou plus de famille susceptible de le prendre en charge, et celle de parents ou futurs parents qui souhaitent profondément accueillir pour toute leur vie un ou plusieurs enfants, en les entourant de toute l’affection nécessaire.

En rapprochant ces deux attentes, l’adoption répond donc aux besoins de l’enfant privé de famille en lui permettant d’en retrouver une, afin qu’il grandisse et s’épanouisse comme adulte.

Mais l’adoption est également une mesure de protection de l’enfance spécifique dépassant le cadre temporel de l’enfance, car elle instaure, par décision de justice, un lien de filiation particulier.

Quel que soit leur lieu de naissance, en France ou à l’étranger, les enfants doivent bénéficier de la protection et des garanties identiques à celles de tout enfant né et élevé dans sa famille de naissance, comme le prévoient la convention internationale relative aux droits de l’enfant du 10 novembre 1989 et la convention de La Haye du 29 mai 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale.

Presque 8 000 agréments pour l’adoption sont délivrés chaque année par les présidents de conseils généraux, ce qui porte le nombre total de titulaires à près de 29 000 au 31 décembre 2007. Pour autant, le nombre d’adoptions d’enfants en France stagne depuis plusieurs années et celui des adoptions internationales, qui représente 80 % du chiffre total des adoptions, a chuté de 20 % en deux ans (3 162 en 2007 contre 4 136 en 2005), pour se stabiliser en 2008 (3 260). C’est donc 4 enfants adoptés sur 5 qui naissent à l’étranger. La validité de l’agrément étant de 5 ans, 25 000 candidats agréés étaient dans l’attente d’un enfant en 2006.

Avoir un enfant est un projet de couple, un enfant a besoin d’un père et d’une mère pour s’épanouir. La famille, ce n’est pas un lieu symbolique, c’est le lieu où la société se perpétue non seulement physiquement, lorsqu’on a des enfants, mais aussi sur le plan de l’enseignement de ce qui est essentiel, à savoir les valeurs. La famille est le premier lieu de l’intégration sociale, c’est le couple formé par la mère, le père et qui élève et éduque des enfants. Et ce choix doit être fait lucidement parce qu’il est le fondement même, non seulement de la société d’aujourd’hui, mais aussi de son devenir.

La demande d’adoption par des célibataires représente aujourd’hui trois risques : d’abord, celui d’augmenter le nombre de couples qui ne pourront pas adopter ; Ensuite, celui de la dissimulation d’un couple de même sexe, risque qui entraînera la réticence de nombre de pays d’origine et réduira ainsi le nombre d’enfants à adopter ; Enfin, celui de répondre aux désirs de l’adulte plus qu’au bonheur de l’enfant. Le pédopsychiatre Marcel Rufo qui dirige actuellement l’Espace Arthur, un service de psychiatrie de l’enfant à Marseille, décrypte la paternité dans son dernier ouvrage Dans Chacun cherche un père. Dans Le Figaro, du 25 novembre 2009, il s’exprime : « L’adoption par des célibataires est plus difficile car il y a le risque de la fusion avec l’enfant. Ce qui compte dans l’éducation de l’enfant, c’est la relation en trio. »

La décision du tribunal de Besançon a créé un trouble certain. Si une personne célibataire ne peut être discriminée en fonction de sa race, de sa religion ou de son comportement sexuel, l’intérêt supérieur de l’enfant doit néanmoins être absolument prioritaire. Dans un arrêt Fretté/France du 26 février 2002, relatif à un refus d’agrément, la Cour européenne, après avoir relevé l’absence de consensus parmi les États sur l’opportunité de permettre à un célibataire homosexuel d’adopter et la nécessité de laisser aux États une marge d’appréciation importante, a jugé que : « L’adoption est de « donner une famille à un enfant et non un enfant une famille » et l’État doit veiller à ce que les personnes choisies comme adoptantes soient celles qui puissent lui offrir, sur tous les plans, les conditions d’accueil les plus favorables. Dans ces conditions, les autorités nationales, notamment le Conseil d’État […] ont légitimement et raisonnablement pu considérer que le droit de pouvoir adopter dont se prévalait le requérant trouvait sa limite dans l’intérêt des enfants susceptibles d’être adoptés, nonobstant les aspirations légitimes du requérant et sans que soient remis en cause ses choix personnels. Si l’on tient compte de la grande marge d’appréciation à laisser ici aux États et de la nécessité de protéger les intérêts supérieurs des enfants pour atteindre l’équilibre voulu, le refus d’agrément n’a pas transgressé le principe de proportionnalité ».

C’est donc au nom de cet intérêt supérieur de l’enfant et des avis plutôt concordants des pédopsychiatres qu’il est proposé ici de réserver aux seuls couples mariés la possibilité d’adopter.

64 commentaires

  1. A. Daboncourt - 15 décembre 2009 22 h 04 min

    Bravo Mr Vanneste, voilà qui est limpide et très bien argumenté!

    Répondre
  2. Thibault Loosveld - 15 décembre 2009 22 h 22 min

    Les homosexuels ont fait le choix d’un mode de vie qui ne débouche pas sur la procréation, sur la naissance d’enfants. Donc, la revendication par les associations homosexuelles d’un droit à l’adoption des enfants est abusive. On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

    Répondre
  3. Arnaud - 15 décembre 2009 23 h 02 min

    Malheureusement tant que vous n’aurez pas compris/ne voudrez pas comprendre que l’homosexualité n’est pas un choix de vie, vous n’avancerez pas beaucoup.

    Répondre
  4. Pierre - 15 décembre 2009 23 h 11 min

    Excellent !

    Répondre
  5. Denis Dunoyer De Segonzac - 16 décembre 2009 3 h 35 min

    Ce site et tout les commentaires font tellement de peine… Tant d’homophobie latente il faudrait vraiment se poser quelques questions. Je serais curieux de savoir ce que Freud penserait de vous. Mais de quoi avez-vous peur tous ? Que des hordes d’homosexuels vous envahissent ? Vous violent ? Volent vos enfants ?

    Non mais sans rire, un homosexuel pourrait diriger la capitale française, l’une des plus grandes mégalopoles de la planète mais pas élever un enfant ? Soyons sérieux cinq minutes.

    Vous êtes tellement pathétiques que ça en est drôle.

    Répondre
  6. Thibault Loosveld - 16 décembre 2009 10 h 09 min

    Monsieur Dunoyer De Segonzac,

    A la différence de Kim Jong-il, Bertrand Delanoë n’est pas chargé d’élever ses administrés.

    Répondre
  7. seb - 16 décembre 2009 20 h 09 min

    Bonne proposition – qui a en plus le mérite d’être juridiquement compatible avec la Charte des droits (donc pas de risque de « discrimination » au sens européen du terme) – juste une petite chose : il faudrait que le couple marié le soit depuis un certain temps, histoire qu’il soit « solide ». (Trois ans de vie commune par ex : les années de « pacs » peuvent compter)

    Petite info : vous recevrez bientôt un colis à votre attention (en fait, c’est pour vous M. Vanneste, mais aussi pour l’équipe (suppléant, assistante, etc.) pour les fêtes de Noel. Il devrait arriver en fin de semaine à Tourcoing. (Oui, cette fois ci, je joue la prudence)

    Faites en bon usage !!!!

    Répondre
  8. SM - 17 décembre 2009 1 h 48 min

    « La demande d’adoption par des célibataires représente aujourd’hui trois risques : d’abord, celui d’augmenter le nombre de couples qui ne pourront pas adopter »
    Bravo, il fallait oser l’écrire cette phrase qui démontre bien que l’intérêt supérieur de l’enfant qui doit être au coeur de tout projet d’adoption n’est vraiment pas votre préoccupation première.
    Personne, pas même un couple bien sous tous rapports selon vos critères, n’a doit à un enfant, seuls les enfants ont droit a une famille. Il ne faudrait pas l’oublier et réviser les connaissances de base en adoption avant de se lancer dans une proposition de loi !!
    L’incompétence et l’ignorance en matière d’adoption de nos censeurs me sidérera d’ailleurs toujours.
    Les couples et les célibataires ne sont pas deux mondes qui s’ignorent, mais les mêmes personnes à des moments différents de leurs vies.
    Un enfant adopté est d’abord un enfant abandonné à qui il vaut mieux éviter de faire subir de nouvelles ruptures.
    Est ce qu’un couple qui s’use pendant des années en PMA avant de se « résoudre » à l’adoption est le mieux à même d’éviter ces ruptures à l’enfant ? Dans 50 % des cas, comme pour les autres couples, ça se terminera par un divorce. Et l’enfant adopté par un couple marié sera élevé par un parent vivant seul.
    Le profil type du parent adoptif célibataire est dans 90 % des cas une femme, dans leur immense majorité hétérosexuelle, en tous cas dans les mêmes pourcentages que dans le reste de la société, qui a souvent déjà vécu en couple ou qui vivra à nouveau en couple à l’avenir.
    Une telle proposition de loi, c’est sortir la grosse artillerie pour écraser une mouche !!
    Et tout comme la moitié des enfants en France naissent de couples non mariés, près de la moitié des agréments sont en début de procédure demandés par des personnes non mariées (ce qui s’appelle célibataire en droit !!) même si beaucoup de ces personnes – mais pas toutes – se marient ensuite puisque c’est la seule possibilité légale d’adopter à 2.

    Une maman adoptive célibataire, hétéro ayant vécu en couple, avec une fille à l’aise dans ses baskets de l’avis général, n’en déplaise à l’avis des pédopsychiatres derrière lesquels vous vous abritez, et qui peut vous présenter des dizaines et des dizaines d’enfants que l’on connait et qui sont le vivant démenti de vos théories fumeuses

    Répondre
  9. Sophie L. - 17 décembre 2009 2 h 03 min

    En tant que juriste, je vous signale que l’arrêt Fretté/France du 26 février 2002 que vous citez longuement n’est qu’une jurisprudence caduque, la cour européenne des droits de l’homme a revu sa jurisprudence récemment à propos du cas d’E.B. c/ France du 22 janvier 2008 (voir http://cmiskp.echr.coe.int/tkp197/view.asp?item=4&portal=hbkm&action=html&highlight=adoption%20%7C%20enfant&sessionid=40408974&skin=hudoc-fr) et le tribunal de Besançon n’a vraiment pas joué les frondeurs, ni les novateurs, il s’est borné à appliquer cette nouvelle jurisprudence de la cour européenne des droits de l’homme à la même Mme E.B.

    Répondre
  10. gibergues - 17 décembre 2009 10 h 14 min

    J’avoue être assez étonnée par l’amalgame fait entre célibataire et homosexuel…
    Un couple peut se séparer (et notamment quand il a rencontré beaucoup d’épreuves, de la PMA à l’adoption) comme une solo se marier … et pour un enfant adopté une séparation de ses parents est une rupture de plus très difficile à gérer…
    L’enquête des services sociaux est là pour voir si les postulants sont aptes à devenir parents d’un enfant adopté, qu’ils soient mariés ou célibataires .
    Et proposer divers profils de parents aux enfants adoptables, maintenant souvent grands, parfois malades ou handicapés est une garantie pour eux de trouver les parents adéquats qui ont réfléchi à leur projet d’adoption , sont prets à les accueillir dans leur famille élargie et à en prendre soin, à leur donner un avenir : ce n’est pas forcément d’un couple stérile qui rêve d’un bébé pour « remplacer » celui auquel il n’a pu donner la vie .
    Signé une hétérosexuelle maman célibataire d’une merveilleuse puce et en route vers un deuxième

    Répondre
  11. Laurence - 17 décembre 2009 15 h 49 min

    Monsieur,
    Avant de juger de la moralite d’une situation – telle que l’adoption par des celibataires – et avant de vouloir l’interdire en se masquant derriere des extraits de propos de pedo-psychiatres ou derriere l’interet superieur de l’enfant, il faudrait deja vous documenter et savoir de quoi vous parlez.
    Car le fait d’etre en couple marie de fait pas d’un etre humain un bon parent, et encore moins un bon parent d’enfant adopte. Parce qu’etre parent d’un enfant adopte c’est avant tout respecter la blessure initiale de l’abandon qu’a subit son enfant, respecter son pays d’origine, respecter son histoire.
    Et pour faire preuve de ce respect, il n’est pas necessaire d’etre un couple marie.
    Et pour accueillir son enfant sans prejuge et sans se dire qu’il remplace l’enfant biologique tellement desire et jamais arrive, pas besoin d’etre un couple marie.
    Et pour aimer, guider, elever, pas besoin d’etre un couple marie.
    Il y a de tres bons parents qui sont des couples maries et il y a de tres bons parents qui sont des personnes celibataires. En quoi la situation matrimoniale fait d’un individu un bon parent ou non ?
    Vous citez Rufo, monsieur, apprenez d’abord a lire et comprendre la psychologie avant de citer une reference. Car qui dit parent celibataire ne veut pas necessairement dire fusion avec son enfant. Et je connais beaucoup d’enfant issus de couples maries qui sont fusionnels avec un de leur parent, ignorent l’autre, et seront des futurs adultes blesses.

    Avant de proposer une loi, documentez vous un peu sur ce qu’est l’adoption, et peut-etre vos propos seront un peu plus intelligents et vos propositions aideront alors vraiment les enfants au lieu de les penaliser.

    Une maman celibataire, hetero.

    Répondre
  12. MCE - 17 décembre 2009 16 h 08 min

    Monsieur,
    Votre amalgame entre célibat et homosexualité vous dessert complètement, car cela prouve que vous ne connaissez absolument rien au domaine de l’adoption. Le fait d’être marié, même depuis un certain nombre d’année, ne garantit nullement que le couple restera uni. Et lorsque la rupture du couple arrive alors que l’enfant est déjà dans sa famille adoptive, cela entraine un deuxième traumatisme chez l’enfant qui peut mettre en péril sa confiance en lui.
    Signé une célibataire hétérosexuelle qui a déjà vécu en couple avec un monsieur et qui est en route pour offrir une famille à un enfant qui n’en a pas.

    Répondre
  13. palas - 17 décembre 2009 17 h 00 min

    Monsieur,
    quelle ignorance et quelle incompetence dans le domaine de l adoption ,quel amalgame entre celibat et homosexualite.!!
    Certainement que vous vous ignorez que grace aux celibataires de nombreux enfants ont trouve une famille
    Pourquoi definir la famille mere pere enfant , alors que les couples divorcent de plus en plus en vite avec des enfants bio ou adoptes
    et l on se retrouve dans le même cas famille monoparentale

    Pourquoi ce discredit pourquoi ne pas ouvrir le debat ?
    En france , il n y a pas assez de problemes, il faut en rajouter , et est ce encore de la xenophobie , ou quelque chose qui y ressembel??
    La france d aujourdhui avec son identite nationale , son sectarisme n est pas la france dont j ai rêvé
    Je pense qu il faudrait revoir sa copie avant de tomber encore plus bas
    Cela me desole de voir la FRANCE prendre des idées d un autre temps
    La mémoire ferait elle defaut??
    Je vous conseille d aller voir les favelas de rio, d e l inde ou tout autre pays tres pauvres, et vous me direz ou est l ethique , le bien d e l enfant dans cette situation

    Répondre
  14. Gerald - 17 décembre 2009 17 h 20 min

    Quelle honte ! Premièrement, je suis célibataire et je ne suis pas homosexuel ! Deuxièmement, vous ÔTEZ des chances d’adoption à de nombreux enfants si vous faites passer cette loi lamentable. Car, et je vais sans doute vous apprendre quelque chose, de nombreux adoptants célibataires choisissent d’adopter des enfants grands (en âge) ou à particularité (maladies, handicaps…) pour avoir une chance de se voir attribuer un enfant. Donc, si vous passez cette loi, tous ces enfants grands et à particularité ne TROUVERONT PLUS d’adoptants et resteront à jamais sans famille, car les couples que vous portez tellement dans votre coeur demandent essentiellement à adopter des tout-petits et des bébés. Oui, vous pouvez vérifier. En conclusion, sortez donc de votre bien-pensance et de vos schémas dépassés !

    Répondre
  15. elisabeth - 17 décembre 2009 18 h 51 min

    c’est bien triste de lire ce genre d’article…
    le couple n’a jamais été une garantie de bonheur pour un enfant bio ou adopté et le parent solo ne fait pas que des enfant malheureux et mal dans leur peau.
    si les prisons françaises et les cabinets de pedopsychiatre étaient remplies que d’enfants adoptés par des célibataires, ça se saurait !!!!!!
    si ce monsieur pense que les célib « volent » les enfants des couples, qu’il se penche sur le parcours des adoptants, il parle de choses qu’il ne semble pas connaitre, les célibataires ne sont pas en concurrences avec les couples, ce ne sont pas les adoptants qui choisissent les enfants, mais bien les pays d’origine qui choisissent qui va devenir parent.
    l’agrement n’est en rien un gage de l’aboutissement de l’adoption ni pour les couples ni pour les célib
    et empecher les célib d’adopter ne fera pas augmenter le nombre d’adoption
    en tout cas, les pays d’origine des enfants adoptés, sont bien bien plus au clair quand au choix de la ou des personnes qui deviendront les parents des enfants, et bien moins hypocrite que nos représentants politiques.
    eux ne semblent pas penser qu’un célibataire met en danger leurs enfants

    Répondre
  16. Sunou - 17 décembre 2009 18 h 52 min

    Monsieur,
    Je suis une future maman solo (hétéro malgré l’éternel amalgame qui est fait entre les célibataires et les homosexuels).
    Lorsque j’ai commencé mes démarches d’adoption, j’ai longuement réfléchi au bien fondé de ma démarche, à la vie que je pourrais offrir à un enfant. J’ai discuté avec beaucoup de célibataires, mais aussi avec beaucoup de couples, et ce depuis plus de trois ans… aujourd’hui, le seul constat que j’ai pu faire, (sans faire une généralité évidemment car je n’aipas pour habitude de faire d’amalgames hâtifs), c’est que beaucoup de couples ont malheureusement divorcé, que certaines des adoptions par ces mêmes couples sont des échecs, et qu’un enfant n’est pas plus à l’abri avec un parent solo qu’avec deux parents, loin s’en faut.

    Supprimez l’adoption par les célibatires, et vous ôtez à des centaines ou milliers d’enfant une chance de plus d’avoir un foyer, une famille, une maman, un papa…

    Est-ce là votre but?! où ne cachez-vous pas plutôt derrière votre projet un moyen de plus de rassurer ces homophobes qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez.

    Renseignez-vous Monsieur, sur ce qu’est réellement l’adoption, et vous vous rendrez vite compte que le bonheur d’un enfant ne se calcule pas au prorata du nombre d’années de mariage, ni à la souffrance d’un couple marié stérile (souffrance que je respecte au plus au point mais qui ne garantit pas le bonheur d’un enfant).

    Une future maman célibataire…

    Répondre
  17. marie - 17 décembre 2009 19 h 02 min

    ce doit être ce que vous appelez de l’humour…
    l’adoption par un celibataire présente 3 risques: 1/augmenter le nb de couples qui ne pourraient pas adopter, dites vous: en vertu de quoi ceux çi auraient ils des droits que les autres n’ont pas? Pensez vous à rétablir l’ancien régime? 2/amalgame entre le célibat et l’homosexualité (dont on mesure mal en quoi elle serait préjudicable a un enfant).un raccourci bien surprenant qui plus est vole en éclat quand on connait des homosexuels mariés à une personne de l’autre sexe (oui, oui, ça existe!) 3/risque de fusion évoqué par mr Rufo, celui de la télé, connu mais pas comme spécialiste de l’adoption: on connait bien des mère, mariées, un peu trop fusionnelles avec leurs enfants…brr, des pensées à 4 balles, les contribuables ont bien du fric a perdre à rémunérer des députés engagés sur ce type de bataille !!

    Répondre
  18. Béatrice - 17 décembre 2009 19 h 05 min

    Monsieur,

    Pour être plus précis dans votre PPL, vous devriez ajouter :
    Interdiction aux couples mariés adoptants de divorcer.
    Interdiction à tous les couples ayant des enfants de divorcer.
    Faire prendre la pilule de force aux femmes célibataires.
    Faire passer tous les couples mariés ayant le projet de faire un enfant, devant psychiatres et assistantes sociales, pour tester leur aptitude à élever un enfant.

    « l’intérêt supérieur de l’enfant » expression mentionnée je crois 5 fois dans votre texte, est l’expression derrière laquelle se réfugient beaucoup d’âmes bien pensantes démago. L’intérêt supérieur de l’enfant est très très souvent bafoué dans l’adoption, pas par les familles adoptantes, mais par des politiciens, des bureaucrates navrants d’incompétence, à l’étranger comme en France.

    Concentrez votre énergie sur une PPL visant à modifier le statut d’enfants français né en France, abandonnés dans les foyers ou promenés de famille d’accueil en famille d’accueil, mais non adoptables, pour que eux aussi trouvent une famille qui les adopte. Couple marié ou célibataire.

    Béatrice, célibataire, hétéro (et oui, une de plus), devenue maman après 6 ans de procédure, d’une petite fille de 6 ans qui m’a l’air plutôt bien dans sa tête.

    Répondre
  19. Laetitia - 17 décembre 2009 19 h 40 min

    Je pense que vous vous trompez de débat.
    Tout d’abord, quand vous évoquer le 1er risque, à savoir, que l’adoption par les célibataires limitent le nombre d’adoption par les couples, dans ce cas là, il faut aussi empécher l’adoption par les couples ayant déjà des enfants biologiques… quels discrimination pour tous (couples & célibataire) qui n’ont plus le droit d’avoir un projet de vie.
    Deuxièmement, quand vous évoquez le second risque, c’est une façon détournée de lutter contre l’homoparentalité.
    Concernant le troisième risque, je vous rappelle que des professionnelles effectuent une évaluation, et il serait bien de leur faire confiance.

    Je ne vois pas en quoi l’adoption par les couples préservent des toutes difficultés, que ce soit dans le couple ou par rapport à l’enfant. Le mariage n’est pas une garantie, il suffit d’ouvrir les yeux et de regarder autour de vous !!!

    Par ailleurs, si pour vous un enfant doit avoir un père et une mère, que faites vous de toutes les familles qui se retrouvent monoparentales à cause d’un accident de la vie et ceci en france. Ils vont être ravis d’être jugés comme « mauvais parents » uniquement parce qu’ils sont célibatires, séparé(e)s ou veuf(ve)s !!

    Dernier point, si le nombre d’adoptions internationales diminuent, c’est aussi parcque chaque pays privilégie l’adoption nationale,malgrès les difficultés du pays, ce que je trouve normal.

    Quel esprit étroit. Je suis sure, en plus, que bien d’autres pédo psychiatres, ne partagent pas votre avis.

    Laetitia, maman adoptive célibataire

    Répondre
  20. demonchy - 17 décembre 2009 20 h 54 min

    Une personne célibataire qui adopte doit le faire via l’adoption en individuel puisqu’elle sera automatiquement refusé par les OAA. Cela veut dire qu’elle ne risque pas, comme vous le dites, de « réduire le nombre d’enfants à adopter par un couple marié ».

    J’ai adopté mon enfant en tant que célibataire :
    Le jour de notre rencontre à l’orphelinat, il avait 3 ans moins 1 jour. A 3 ans, les enfants de russie partent vers un orphelinat pour grand, et ne sont quasiment plus adopté car trop grand.

    Mon fils a passé 3 ans de sa vie à l’orphelinat, sans qu’aucun couple ne s’intéresse à lui, ni russe (trop typé pour eux), ni français.

    Maintenant, il est équilibré et heureux, il a 9 ans. Il a une vrai famille qui l’aime.

    Et vous seriez venu avec moi à l’orphelinat, vous auriez vu que d’autres petits garçons attendaient leur tour. Ils s’accrochaient à moi et voulaient eux aussi une maman.

    Alors votre projet, il est complètement à côté de la réalité et discriminatoire.

    M.Demonchy
    Maman célibataire de Théo-Oleg (9 ans) adopté en sibérie, rencontré à l’âge de 3 ans moins 1 jour à l’orphelinat n°1 d’Omsk où il vivait depuis sa naissance avec peu d’espoir d’être adopté.

    Répondre
  21. KUENDU - 17 décembre 2009 20 h 56 min

    Pourquoi un célibataire qui adopte en solo est toujours suspect d’homosexualité !!! L’homosexualité n’est pas un choix, il ne faut pas tout confondre. Or la première question qui vous est posée est au cours de la demande d’agrément est : « vous adoptez seul(e), mais vous vivez avec un(e) homme/femme alors ? ».
    L’adoption est une preuve d’amour, pas de nombre Vous préférez proposer un foyer mono parental au bout de 4 ou 5 ans à un enfant , alors qu’aujourd’hui lui est offert une vie stable, heureuse et entourée d’amour ? Connaissez-vous le parcours de l’adoptant ? Il est long et il doit le rester, car nécessaire à l’élaboration et la maturation de de ce projet de vie.
    Lorsque vous pouvez « procréer » on ne vous demande jamais de justifier de vos ressources et encore moins de votre capacité à être de bons parents!!!!!

    Répondre
  22. INIZAN - 17 décembre 2009 21 h 37 min

    Je vais aller donc raconter aux enfants dont je m’occupe et dont l’un des parents ou les deux sont alcooliques, les frappent , sont suicidaires qu’ils ont de la chance d’avoir DEUX parents!!
    C’est odieux ce discours!! je suis atèrée!
    Un conseil: il a bien d’autres lois à créer comme la prise en charge des enfants handicapés quand les familles craquent!!

    Odile , maman de deux enfants adoptés (mais pas fusionnel!) et éducatrice spécialisée

    Répondre
  23. branchet - 17 décembre 2009 21 h 48 min

    et dire que c’est des gens comme vous etroit d’esprit et qui vont plutot en marche arriere qui sont nos dirigeant !
    la france a du souci a se faire !
    une maman celib d’un petit bout de deux ans et qui compte bien en adopter un deuxieme et qui voit tous les jours des enfants malheureux en foyer ! et en france !

    Répondre
  24. lucie - 17 décembre 2009 23 h 49 min

    Monsieur Vaneste, en pensant à l’enfant comme vous le faites si bien. Mais avez- vous pensé que ces enfants s’ils n’étaient pas adopté par des célibataires vont passer toute leur enfance dans des orphelinats. C’est vrai que leur interet vous le préservez ,  » vaut mieux une mère ou un pére aimant à un orphelinat qui ne leur donnera jamais d’attache ni l’amour dont ils ont besoin ». A vous de voir mais moi j’ai choisi d’adopter et de leur offrir un foyer rempli d’amour et vous que faites-vous pour eux? à part faire preuve de non-amour.

    Répondre
  25. Clement - 18 décembre 2009 8 h 02 min

    Quel bon sens? L’adoption est confie aux personnes qui passent des examens et epreuves importants afin de demontrer leur capacite de devenir parents pour des enfants qui recherchent une famille. Les CG font bien leur metier a ce titre et de promouvoir autrement est un manque de confiance dans les individuels ainsi l’humanite.

    Répondre
  26. Vilneus - 18 décembre 2009 9 h 18 min

    Faites également une loie contre ces jeunes hommes qui mettent enceinte les jeunes filles et les laissent tomber. Leurs enfnats seronts des enfants de mère célibataire, mais là, personne ne dit rien et pretègent ces fils qui ne vont qund meme pas s’embarasser d’un enfant à 16 ans !!!!! Cette loie est débile, les parents célibataires existent c’est un fait. Et rappellons nous quand meme que les mères célibataires sont à l’origine de l’adoption quand il a fallu elever les orphelins de guerre.

    Répondre
  27. Clo - 18 décembre 2009 9 h 46 min

    Monsieur Vaneste,
    Avez-vous pris connaissance du pourcentage de divorces chez les familles adoptantes « bien comme il faut », après l’arrivée de leur enfant adoptif ?
    De l’avis même de certains travailleurs sociaux qui exercent dans des services d’adoption il est plus élevé que dans les autres familles (eh oui, une procédure d’adoption, çà vous secoue parfois un couple !).
    Il serait donc peut-être bon de commencer dès maintenant , et dans l’intérêt supérieur de l’enfant, à repenser une nouvelle loi : interdire le divorce aux familles adoptantes afin d’éviter tout nouveau traumatisme lié à la rupture pour l’enfant !
    J’ai vu beaucoup d’enfants souffrir de la mésentente de leurs parents, je vois beaucoup d’enfants s’épanouir dans leur famille monoparentale et hétéro (je ne connais pas le milieu homo mais là encore, je ne vois pas pourquoi l’enfant ne pourrait pas s’y épanouir s’il a en face de lui 2 adultes responsables et soucieux de son bien-être).
    Quand à voler un enfant à un couple marié : permettez moi de penser que si c’est le cas le couple en question n’est peut-être pas forcément très accroché à son projet car je n’ai encore jamais vu une célibataire échouer dans son projet d’adoption (eh oui, les parents solos sont souvent très combatifs et je me demande si cela n’est pas un gage de sécurité pour l’enfant qui a en face de lui un parent prêt à tout pour lui assurer le meilleur des avenirs !).
    Alors bien sûr, une papa et un maman qui s’entendent à merveille c’est ce que l’on peut souhaiter de mieux à un enfant, mais la paix n’étant pas l’apanage de ce monde, élargissons un peu le cercle pour que le plus d’enfants possibles puissent trouver une famille. Monsieur Vaneste, vous ne vous êtes peut-être pas aventurés dans la pays où règne la misère : alors allez-y et vous constaterez pas vous-mêmes qu’il y a plus d’enfants en attente de familles que de familles à les attendre…

    Répondre
  28. Laure - 18 décembre 2009 10 h 03 min

    Fort intéressant! Mais à quand la loi qui interdit le divorce? Parce que votre petit couple marié, ben s’il se sépare, vous en faites quoi de vos principes? Parce qu’à ma connaissance le nombre de couple qui divorce n’est pas anodin et pas moins important chez les couples adoptants. Il est où l’intérêt de l’enfant dans ce cas-là? Alors mieux vaut 2 parents qui se déchirent qu’un parent solo ou des parents homos heureux et équilibrés? Mieux vaut un enfant qui meurt de faim et d’amour loin plutôt qu’une vie heureuse ici avec un seul parent ? Je vous dirai Mr que nous n’avons pas les mêmes valeurs et que je suis triste pour la France quand je lis certains commentaires.

    Répondre
  29. DEBAERE - 18 décembre 2009 11 h 22 min

    Quel que soit le point de vue des intervenants qu’il faut écouter et respecter, je me pose la question suivante :
    Ne devrait-on pas nous ‘interroger sur les causes d’une forme de déstructuration de la société, voire son incapacité à perpétuer des foyers familiaux stables et durables?
    Le couple qui s’est formé (marié ou pas) uni, traversant les difficultés de la vie, devient de plus en plus rare.
    Il ne s’agit d’enfoncer des portes ouvertes mais, faire des enfants ou en adopter impose que l’on y accorde toute l’attention nécessaire car envers eux, notre engagement et notre accompagnement doivent être indéfectibles.
    Nous devons être pour eux un modèle et leur indiquer les bons repères : la stabilité et la solidité du cercle familial.
    Je serai éternellement reconnaissant à mes parents de m’avoir inculquer ces principes fondamentaux.
    Mon épouse et moi constatons avec bonheur que nos enfants sont heureux de nous avoir comme parents, ce que nous souhaitons à toutes et à tous.

    Répondre
  30. noelle - 18 décembre 2009 12 h 35 min

    un peu plus de tolérance et d’ouverture d’esprit s’il vous plait,

    Répondre
  31. Dorothée - 18 décembre 2009 13 h 49 min

    Future maman solo, je suis effarée de voir que l’on peut proposer un projet de loi sans rien connaître à une situation !
    Je ne reviendrai pas sur l’homosexualité et le couple car je ne dirai rien de mieux que ce qui a déjà été écrit.
    Par contre, je voudrais attirer l’attention de Monsieur Vaneste sur les résultats que pourraient avoir une telle loi.
    Vous dites qu’un enfant est un projet de couple, mais pensez vous vraiment pouvoir empêcher une femme d’avoir une enfant ?
    Si vous refusez l’adoption à une femme vivant seule, quel choix lui proposez vous ? Le seul qui reste est de faire un enfant seule. Alors posez-vous la question : vaut-il mieux permettre à une femme d’adopter un enfant abandonné ou qu’elle mette au monde un être que son père n’aura jamais voulu, qui ne connaîtra pas son existence… et qui ne sera ni un projet de couple, ni un enfant avec 2 parents.
    J’ai autour de moi des amies ayant adoptées et d’autres qui font des enfants seules. Vous ne changerez rien à la réalité de la vie actuelle et à l’amour qu’une personne célibataire a à donner, vous allez uniquement laisser des enfants abandonnés sans parent… Bravo !

    Répondre
  32. Florence - 18 décembre 2009 14 h 12 min

    Mon fils de 6 ans, adopté l’an passé en Russie vous répondrait « c’est quand-même mieux d’être avec une maman gentille que tout seul ou avec un papa méchant »… voilà comment il a compris son intérêt supérieur en fonction de ce qu’il a eu comme début de vie.
    Je vous laisse méditer sur sa parole. Il sait lui de quoi il parle.
    Florence, célibataire

    Répondre
  33. Raphaël - 18 décembre 2009 15 h 17 min

    Education nationale, vie sociale, tout le service public,, et j’en passe, est en danger par des gens comme vous qui êtes nos élus. Dans UMP il y a le P de populaire, dons vous devriez représenter la France dans son ensemble ! Mais vous n’êtes que les petits toutous du grand guignol et de sa poupée Barbie ! Les sondages le montrent, les mentalités ont évoluées, les gens sont favorables au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels ! Il n’y a que le gouvernement pour ne pas entendre et reste enfermé dans son autisme !
    Que de retour en arrière, pour quelqu’un qui fait partie d’un mouvement pour le changement laisser moi rire !
    Ce n’est pas changement en terme d’évolution qu’il est question là, mais bien de régression !
    Comme l’a dit un autre commentaire cela est vraiment pathétique !

    Répondre
  34. kenestu - 18 décembre 2009 15 h 34 min

    Le Courage du bon sens

    Du courage, effectivement il en faut pour écrire ce post qui est un concentré de bêtises d’amalgames d’ignorance, le bon sens a été oublié.
    M Vanneste du bon sens d’abord et pour le courage c’est quand vous reviendrez nous dire que votre projet de loi est ridicule.

    Je ne reviendrai pas l’égalité Célibataire = homosexualité quoiqu’il manque aussi pour les Célibataires hommes = pédophile, merci de nous l’avoir épargné, mais effectivement dans beaucoup de pays si vos couples parfaits peuvent adopter les bébés abandonnés c’est que nous, méchants célibataires=homos, avons adoptés les plus grands et parfois même les enfants dits à particularités
    Votre vision de l’adoption est celle d’un certain nombre de bien-pensants qui avancent l’argument de l’intérêt supérieur de l’enfant, certes, mais avec une vision très franco-française de cet intérêt.
    Lorsque vous avez été maltraité, abandonné, que vous n’avez aucun futur, que depuis plusieurs mois vous croupissez dans un orphelinat ou un foyer votre intérêt supérieur n’est pas de savoir qui va vous aimer mais est ce que quelqu’un va m’aimer et le jour ou un couple, une célibataire, un célibataire vient vous chercher, alors seulement vous pouvez commencer a retrouver de la dignité.

    Je m’appelle Daniel, papa célibataire d’un petit garçon arrivé a l’age de 9 ans et demi sans aucun effets personnels pas même un doudou, sans savoir faire du vélo, et privé de toute dignité jusqu’à ses 8 ans.

    PS : Bien évidemment si j’ai eu la chance d’adopter mon fils c’est qu’aucune solution dans son pays d’origine n’avait été trouvée (Pays ayant signés la Convention de La Haye) et qu’aucun couple n’a voulu adopter cet enfant.

    Répondre
  35. bounhiol - 18 décembre 2009 18 h 39 min

    Monsieur
    Je suis maman solo et hétéro ne vous en deplaise d’un garçon de 12ans .Une bonne partie des copains de mon fils qui sont nés il y a 12ans dans la jolie famille traditionelle qui semble votre reference (papa+maman mariés) sont aujourd’hui ballottés entre 2 maisons, 2 familles, des sans compter les freres et soeurs issus des remariages des parents et des enfants des nouveaux conjoints .Une suggestion donc interdisez aux couples mariés de divorcer !Je connais aussi des couples adoptants qui ont divorçes le plus souvent parce que l’adoption etait plus le choix de l’un d’entre eux que de l’autre .Quid des enfants « abandonnés » 2 fois ???
    Quand aux solos ils adoptent souvent des enfants plus grands que ceux adoptés par les couples toujours a la recherche du nourisson idal qui leur ressemble

    Répondre
  36. timoun56 - 18 décembre 2009 19 h 07 min

    Monsieur

    Je suis une maman célibataire, mais non homosexuelle (et même si je l’étais cela ne changerait rien) d’une grande fille de 8 ans arrivée en France à 3 ans. 5 ans que nous vivons maintenant ensemble. Ma fille est équilibrée, elle n’est pas toujours accrochée à mes basque mais à une vie sociale. Elle est très heureuse. Elle a des copines qui elles sont bios et qui malheureusement pour elles souffrent de voir leurs parents se déchirer, divorcer se disputer pour savoir qui aura la garde (et ce n’est pas toujours forcément par amour mais aussi pour embêter l’autre parent). Ma fille n’avait plus de parents bios elle a une maman adoptante, elle a donc gagner un parent. Et de plus ne vous en déplaise elle a une petite soeur qui nous attends au bout du monde. Et oui vous avez bien lu, un autre enfant pour une maman célibataire.
    Dans ma famille il y a une personne qui a adopté en couple 4 enfants. Et bien cela a détruit leur couple, que croyez vous que soit le ressenti de ses enfants.

    Monsieur, si comme vous le laissez penser dans votre tirade vous prenez à coeur le futur des enfants sans parents alors ne les empêcher pas d’avoir des parents (homme ou femme, célibataire ou marié), laissez leur l’espoir de vivre autre chose que leur vie derrière des murs d’un orphelinat ou alors allez vivre avec eux une année vous verrez alors qu’ils ont besoins d’un papa et/ou d’une maman.

    Vous qui faites le moralisateur sachez que les enfants ne sont pas des jouets pour des politiciens, mais des êtres humains.
    J’espère que vos collègues (ou ennemis parce que vu vos propos vous devez en avoir beaucoup) rejèterons en masse votre projet.
    Vous avez rejeter ou effacer plusieurs mails d’adoptants solos, ayez le courage de publier les avis de tout le monde et montrez à tous ceux qui vous soutiennent que les parents solos ne vous laisserons pas faire sans réagir.

    Répondre
  37. Christelle - 18 décembre 2009 21 h 46 min

    Je co-signe toutes les réponses déjà faites par les parents adoptants célibataires.
    – L’amalgame célibataire et homosexuel est affligeant
    – Penser que les couples mariés sont de meilleurs parents adoptifs est une erreur.
    Avant de faire un tel projet de loi, allez donc d’abord rencontrer des familles adoptantes, y compris des familles monoparentales. Vous risquez d’être très surpris de voir tant d’enfants avec un seul parent biens dans leurs baskets.

    Christelle, maman célibataire et hétérosexuelle d’une perle ivoirienne très heureuse – pour autant que mon entourage peut en juger – de m’avoir comme maman

    Répondre
  38. kay - 18 décembre 2009 21 h 57 min

    Bonsoir,
    Je viens de prendre connaissance de votre PLL et j’avoue que j’en suis restée bouche bée. Il me semble que votre projet de loi devrait en entraîner un autre : l’interdiction du divorce ! En effet, si les enfants ne peuvent s’épanouir qu’entre un père et une mère il ne faut en aucun cas autoriser ces personnes à se séparer et encore moins à divorcer. Il en va de l’équilibre de l’enfant.
    De même il va falloir revoir un autre problème (sur lequel je pense vous ne pourrez pas faire grand chose), le décès de l’un ou l’autre des parents. En effet, quand l’un des deux disparait, il faudrait tout de suite retirer les enfants au parent restant, toujours pour une question d’équilibre.
    Je suis surprise qu’en 2009, certains esprits soient encore aussi étroits. En effet faire l’amalgame entre célibat et homosexualité est tellement facile et tellement faux. Je pense que chaque personne avant de rencontrer son « autre » a été célibataire et pas pour autant homosexuel.
    Comment peuvent s’épanouir des enfants auprès de parents ayant des pensées aussi limitées sur la vie des gens ???
    Que vaut-il mieux : des parents qui après avoir adopté divorcent (comme beaucoup ayant des enfants biologiques) ou un père ou une mère célibataire ayant bien réfléchi à toutes les conséquences d’une monoparentalité ???
    Et puis sur quels critères basez-vous votre réflexion sur le fait que les célibataires seraient de moins bons parents (ou alors des parents moins méritants pour adopter) que des couples ???? Il ne me semble pas que le taux de délinquance ou de mal-être des enfants adoptés par des célibataires soient plus élevés que ceux élevés par des couples mariés.

    Mais au-delà de tout ça votre PLL me désole pour l’avenir de nos enfants (adoptés ou non). Comment leur apprendre l’égalité des chances, la tolérance, l’écoute et l’empathie quand vous vous permettez d’élaborer des lois comme celle-ci ?

    kay maman de deux enfants adoptés en solo et qui depuis a rencontré un papa (heureusement beaucoup plus ouvert d’esprit que certain).

    Répondre
  39. jaleo - 18 décembre 2009 23 h 25 min

    Vous etes un imbécile!!!nous homos quant on veux des enfants on y réflechis un peu plus que vous hétéros de base qui se reproduise sans vraiment réfléchir,simplement que vous etes en couple hétéro,vous baisez,puis voilà un bébé au bout de neuf mois.je pense que la majoritée des gamins malheureux de cette terre sont issus de couple hétéros qui ne sont pas très équilibrés:abus sexuelles,physiques,psychologiques,abandon du père(éh oui),situation économique,culturelle peu favorable etc….justement ouvrons l’adoption au homo,au moins ces gamins vivrons dans un cadre un peu plus équilibré,monsieur il n’est pas suffisant d’etre hétéro pour assurer un cadre de vie favorable à la vie d’un enfant…il s’uffit de voir les médias les histoires les plus sordides concernant les enfants sont les faits de cadre hétéro…que cela vous en déplaise.

    Répondre
  40. DEBAERE - 19 décembre 2009 7 h 23 min

    réponse à noelle (18 décembre ) bien entendu, si son message m’était destiné.

    Selon vous,
    – reconnaître que quelqu’un puisse avoir une opinion différente de la vôtre : c’est manquer de tolérance….
    – déplorer que les structures familiales se dégradent : c’est manquer d’ouverture d’esprit….
    Vous avez une bien curieuse conception de l’analyse et du débat !!

    Répondre
  41. antoine - 19 décembre 2009 10 h 32 min

    Cette loi serait horrible et sectaire, si elle avait existé il y quelques années ma mère n’aurait pas pu m’adopter, elle est homosexuelle et j’ai toujours été très heureux avec elle et sa compagne…
    Vous devriez voir les choses d’un peu plus haut car ce genre de lois qui fait reculer les droit ne sont digne que d’idiot des campagne hors du temps

    Répondre
  42. Thibault Loosveld - 19 décembre 2009 18 h 28 min

    LOBBY GAY T’ES FOUTU LES FAMILLES SONT DANS LA RUE !

    Répondre
  43. TONY - 19 décembre 2009 18 h 56 min

    bien triste seraient les homosexuels si la demande d’adoption devenait plus forte que l offre !!
    j ai plein de film sur ma page parlant de l eugenisme que ces gens souhaitent !!

    quelqu’un qui souhaite qu il n’y est plus de famine de guerre d’accident ,
    ne peut voir un avenir pour les homosexuels en mal d’enfant ! car plus d’orphelin , plus de pauvreté pour des meres porteuses ayant la famine au ventre !

    http://www.fvht.fr/crbst_38.html

    Répondre
  44. Jean-Paul Béret - 19 décembre 2009 21 h 23 min

    Ce que vous écrivez plus haut et le projet de loi que vous avez déposé s’inscrit à mon sens dans un mouvement plus large qui vise à trouver au sein de certains groupes d’humains les responsabilités des échecs de nos sociétés.
    Je comprends bien qu’en proposant de supprimer l’article 343-1 du Code civil, et par la même l’adoption d’enfants par les célibataires, vous visez surtout la population homosexuelle et en son sein, ceux qui souhaitent adopter (vous vous en défendrez certainement, mais je ne suis pas dupe)
    Je me souviens avec tristesse et inquiétude (et j’espère ne pas être le seul…) d’autres époques de l’histoire qui ont vu les hommes s’en prendre à ceux qui étaient désignés comme non conformes au plus grand nombres (et ils finirent pas être nombreux), au nom du bon sens populaire et pour finir avec la plus horrible barbarie.
    Je ne vois que trop depuis de nombreux mois (et la crise de 2008 a rajouté l’engrais au terreau de la haine, comme il y a plus de 60, une autre crise nous fit prendre les chemins de l’enfer) poindre ça et la, les attaques attendus, dans des temps difficile, envers celles et ceux dont on dit qu’ils ne sont pas comme le bon sens l’entend.
    Je suis attristé de voir, qu’une fois de plus, ce scénario et ces mécanismes tant connus sont à nouveau utilisés.
    Monsieur Vaneste, comme d’autres vous l’ont écrit, l’homosexualité n’est pas un choix, mais une caractéristique humaine qui s’impose à celui qui l’est. Je suis homosexuel et je ne l’ai pas choisi.
    Même si aujourd’hui ma vie est heureuse, ça n’a pas toujours été le cas (comme de nombreux homosexuels) et les nombreuses épreuves très difficiles que j’ai vécu m’ont souvent fait regretter de ne pas hétérosexuel et avoir ainsi une vie moins dure. Mais ce n’est pas possible, parce que comme la couleur de peau, la sexualité s’impose à vous.
    Je regrette également que vous évoquiez la concordances des pédopsychiatre sans référence à aucune étude scientifiquement mené.
    Sur quoi vous basez vous?
    Aucune étude n’a à ce jour, pu démontré qu’un enfant a besoin, pour se développer avec harmonie, d’un père et d’une mère à ces côté.
    Aucune.
    Monsieur Vaneste, je tiens à vous poser une dernière question:
    Que vous ont donc fait les homosexuels pour être à ce point votre cible?

    Répondre
  45. TONY - 20 décembre 2009 7 h 48 min

    JE TENAIS A RAJOUTER QUE VOTRE SITE A ETE JETE EN PATURE SUR LES SITES HOMOSEXUELS ,
    d ou ce nombre elevé de spam sur ce comment !!
    les homosexuels viennent de faire un ptit film (genre dessin animé) pour les classes de CM1 et CM2 prévu pour janvier 2010
    ou ils content une histoire enfantile de rapport entre homme en disant que le prince a choisi le garçon que la princesse (en gros) , visible sur mon site !!
    http://www.fvht.fr/crbst_38.html

    Répondre
  46. caliningrad - 20 décembre 2009 9 h 22 min

    J’ai adopté une petite fille du Vietnam il y a 2 ans en tant que celibataire.
    Etant donné que les commentaires partent dans tous les sens je souhaite préciser que:
    * personne n’a le droit d’adopter – il s’agit d’un droit à avoir un agrément en vue d’adopter
    * dans l’adoption, ce qui compte le plus en vue de l’intérêt de l’enfant, c’est la stabilité de la situation. Les assistantes sociales et les pays vont toujours préférer une maman célibataire en bonne santé, solide psychologiquement et professionnellement qu’un couple qui n’a pas l’air en phase sur l’adoption ou en phase tout court. Exemple: Haiti laisse ses enfants à l’adoption soit à des célibataires, soit à des couples mariés depuis 10 ans.
    * L’adoption par des homosexuels n’existera sans douet jamais ou alors dans tres tres longtemps, à moins de mentir au cours des procédures. En Suède, d’où j’ai fait mes démarches, l’adoption par couple homosexuel est autorisée mais AUCUN des couples candidats n’a réussi à adopter – donc calmez-vous, il s’agit reellement d un non-debat. En tant que célibataire, il faut savoir qu’on nous fait signer sur l’honneur des attestations de non-homosexualité pour adopter par exemple au Vietnam. Donc ceux qui ont réussi à passer entre les mailles du filet ont menti, et ca, dans l’intérêt de l’enfant, ce n’est évidemment pas recommandable. Il faut savoir que les pays d’ou proviennent les enfants ont des critères extremement stricts et tres peu objectifs. c est par exemple scandaleux, mais il peut etre par exemple difficile si l’on est juif d’adopter: beaucoup de pays exigent des certificats de bapteme chretiens (Philippines, Taiwan, Afrique du Sud). La Coree du Sud exige une formation superieure des parents etc… Vous pensez bien que dans ce contexte, l’homosexualite dans l adoption internationale n est absolument pas d’actualité!!!

    Je precise aussi que je ne suis absolument pas militante de ma cause. Il est evident que 2 adultes, c est mieux qu un (quoiqu avec ce type de raisonnement, pourquoi pas 3 ou 4, pourquoi ne pas faire passer un agrement aux grands-parents pourqu ils elevent l enfant egalement) – je pense, surtout en cas de coup dur, maladie grave ou chomage etc.
    Mais je pense que notre situation est tres differente de celle de pauvres filels qui se sont « fait avoir » en toute inconscience, qui se sont fait abandonner par leur copain pendant la grossesse etc.

    Nous avons fait un projet murement reflechi pendant de longues annees (6 ans dans mon cas), nous sommes dans 90% des cas super diplomees, CSP+ etc. Autant de données qui font que nous ne rentrons pas dans les stats generales des meres celibataires.

    Pour ce qui est de mon cas, pour l instant tout se passe a merveille, je ne regrette pas mon choix une seule seconde et je doute que ma fille veuille m echanger contre une autre maman, fut elle accompagnee d un papa.

    Répondre
  47. caliningrad - 20 décembre 2009 11 h 00 min

    Je souhaiterais completer egalement avec les elements suivants:
    * Il est tres difficile d’adopter, et quasiment impossible en tant que celibataire. Ceci pour rassurer les couples. Heureusement le monde de l adoption est solidaire, et je n’ai pour ma part jamais vu de couple crier a la concurrence deloyale !!
    * Contrairement aux couples pour qui la sterilite est la cause principale de l adoption, nous aurions d autre « choix » si reellement nous souhaitions un enfant  » a tout prix ». Choix moins cher, plus rapide, plus biologique etc…. Notre choix d adopter est donc reellement un choix positif, non par defaut. A mediter.
    * Le vrai scandale de l adoption, c est les 800 000 oprhelins de Russie qui pour x raison administrative resteront a croupir dans des orphelinats pisseux (plus que pendant la seconde guerre mondiale). La convention de la Haye a certes amene de l ordre, mais aussi enormement d administration. Beaucoup d enfants sont morts de gastro enterite, ou d une simple fievre car en attente d adoption, attente prolongee par la Haye.
    * La vie n est pas facile, alors chacun fait de son mieux pour la reussir, ne jetez pas la pierre. Nous ne faisons rien de mal, et faisons tout pour rendre nos enfants heureux.

    Répondre
  48. debois - 20 décembre 2009 18 h 31 min

    bsr
    outrée qu’un français fasse cette proposition, mais peu étonnée.
    je vous informe que ma fille adptive de 2 ans, élevée seule, va trés bien et évolue normalement. aux infos, on entend parler de couples qui mettent leurs enfants au congélateur…avez vous vu cela par un(e) solo ?
    cdt

    Répondre
  49. Julia - 21 décembre 2009 13 h 14 min

    Comme dans la plupart des discours de notre gouvernement actuel, on entend dans votre projet de loi un léger bruit de bottes.
    Votre notion d’intérêt de l’enfant n’est absolument pas justifiée. j’interviens depuis 15 ans dans un service d’assistance éducative judiciaire, dans l’une des plus importantes agglomération française (2000 enfants suivis en AEMO dans mon service). Je peux vous apporter la preuve que « le couple » n’est pas une garantie de l’intérêt de l’enfant. Nous exerçons aussi des mesures éducatives auprès de couples adoptants, aucune auprès de célibataires, en 15 ans de carrière, le cas ne s’est pas produit pour le moment.
    Cette loi a bien sûr d’autres visées que tout le monde a comprises, prétexter « l’intérêt de l’enfant » prouve bien que vous ne lui portez pas autant d’intérêt que vous le prétendez.

    Répondre
  50. MarxNietzsche - 22 décembre 2009 0 h 59 min

    M. Vanneste, ne lachez rien !
    Cette avalanche de commentaires n’est que la conséquence de ce qu’explique très justement Tony.
    Je soupçonne d’ailleurs nombres de messages comme étant écrits par la même personne sous différents pseudos !
    Votre PPL, sans parler du bonheur de l’enfant qui, n’en déplaise à certain(e)s, n’est pas l’essentiel lorsqu’il s’agit en contrepartie des fondements même d’une société, est une bonne chose notamment dans les perspectives d’une interdiction des GPA (gestation pour autrui) véritable distribiteur organique de foetus, voire une interdiction des inséminations artificielles, et d’une remise en cause du PACS qui est une véritable honte et une vile compromission aux adeptes de le consommation à outrance : ils voulaient un produit efficace (avantages fiscaux, professionnels,…) sans réel engagement (rupture du PACS très facile) comme un forfait téléphonique, ils l’ont eu !
    Il est vrai que l’union entre deux personnes pour qu’elle soit solide demande beaucoup d’amour et d’efforts, d’échanges et de compromis ! il faut donc avant de s’engager vivre endemble plusieurs années avant d’envisager un mariage et des enfants !!!
    Faire des enfants est une responsabilité extrêmement importante qui nécessite un engagement sans faille entre l’homme et la femme qui en se mariant se sont engagés (il est vrai qu’aujourd’hui, la parole donnée n’a que peu d’importance pour les gens peu vertueux et sans grande morale!).

    Une famille est donc constituée d’un père, d’une mère et d’un ou plusieurs enfants. point ! (sauf cas malheureux et exceptionnel de veuvage mais cette exception devrait confirmer la règle).

    Or aujourd’hui, sous prétexte falacieux de faire le bonheur d’un enfant, on satisfait surtout celui d’adulte égocentrique, habitué à choisir son produit de consommation courante, il veut un enfant alors il en fait la demande.

    Toutes les personnes scandalisées ou outrées par votre PPL ne le sont uniquement parce qu’elles ne correspondent aucunement au vrai modèle de vertu !
    certaines donnent l’exemple de leur enfant adopté qui est heureux malgré la structure monoparentale mais sachez que vous seriez le pire des parents qu’il serait heureux quand même ! donc il ne s’agit en rien d’une preuve !!!
    quant à ceux qui prennent pour exemples les couples hétéros à problèmes qui ont tout de même des enfants, même Marcel Rufo explique qu’il vaut mieux des parents boiteux que pas de parents du tout !

    Dans l’espoir que cette PPL déclenche une formidable remise en question de la vision consummériste et égocentrique des rapports humains de nos trop nombreux concitoyens, et qu’ils relisent tous « De la vie heureuse » de Sénèque, histoire de se réapproprier (voire de s’approprier tout simplement) les vrais vertus morales

    Comme le disait Aristote, « le sacrifice de soi est la condition de la vertu ».

    Un père de trois enfants écoeuré de faire le constat d’une évolution des moeurs déplorables qui normalisent des comportements inacceptables.

    Répondre
  51. MarxNietzsche - 22 décembre 2009 1 h 06 min

    @ antoine

    il y a aussi apparemment pas mal d’idiots chez les citadins comme à la campagne ! c’est flagrant quand on vous lit !
    et surtout, les gens en milieu rural sont bien plus vertueux !
    Comme disait Montesquieu : « J’aime les paysans, ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers » !
    et Dieu sait que les citadins sont savants !!!….

    Répondre
  52. caliningrad - 22 décembre 2009 10 h 06 min

    @MarxNietzsche
    Vos propos sont tres excessifs, contrairement aux miens qui si vous les relisez sont tres mesures.
    Oui, un pere+une mere, c est mieux qu un seul parent (dans la mesure ou l on parle d adultes equilibres).
    Oui, l adoption, qu elle soit voulue par un couple ou une personne seule est un acte profondement egoiste et qui doit le rester. L adoption pour motif humanitaire fait generalement l objet d un refus d agrement.
    Pour obtenir un agrement en tant que personne celibataire, il est necessaire d avoir un dossier beton de chez beton. Les travailleurs sociaux s apercoivent bien vite s il s agit d un caprice ou s il y a une quelconque faille psychologique.C est certainement pour ca qu il m a paru tres facile d avoir un bebe et pour l instant de l eduquer, contrairement a ce que d autres personnes avaient pu me dire et qui se sentent debordees a l arrivee d un enfant.
    Adopter en tant que celibataire, c est une decision grave et majeure – on doit faire une croix sur sa vie sentimentale pendant un bon moment. Pas question de faire defiler des hommes a la maison. On doit sacrifier bien des aspects de sa vie professionnelle.
    Tout cela est reflechi pendant de tres longues annees.
    Nous ne sommes pas des adutes immatures, loin de la, mais aucontraire, extremement responsables.
    Et oui, nos enfants sont heureux, c est quand meme ce qui compte.
    Ma fille ma dit une fois spontanement: je n ai pas de papa, mais je m en fiche, j ai 2 parrains, un papie, une mamie.
    Voila, elle a tout compris.
    Toutes les familles sont differentes. Certains ont 2 freres, d autres sont enfants uniques, certains ont leurs 4 grands parents, d autres n’en ont plus etc.
    Vous savez, les pays en voie de developpeemnt sont souvent choques de voir que des filles non mariees decident de s installer seules. Pour ces pays la famille = les parents jusqu au mariage et en suite le mari+ les beaux-parents dans certaines societes.
    Il faut vraiment comprendre que la famille n est pas une science exacte mais depend de l evolution des societes.
    Au lieu d etre excessifs dans vos propos, reflechissez aux notres qui sont tres mesures.

    Répondre
  53. Dupont - 22 décembre 2009 21 h 45 min

    @ MarxNietzsche
    Tu devrais changé de pseudo, je suis pas certain qu’ils apprécieraient tes propos…

    Répondre
  54. BENNE - 24 décembre 2009 18 h 29 min

    Il serait surtout BEAUCOUP plus judicieux de réserver l’adoption aux personnes (couples ou célibataires) qui ne peuvent pas avoir d’enfant.

    Répondre
  55. MarxNietzsche - 25 décembre 2009 19 h 05 min

    @ Dupont

    pour mon pseudo…à moins que vous les ayez bien connu….pour Nietzsche, je ne me fais aucun souci…à la rigueur pour Marx, et encore !!!
    Nietzsche glorifiait « l’homme fort », détaché de ses envies, loin de tout caprice, et détestait « l’homme-esclave », sous le joug de ses faiblesses, de ses émotions, de sa sensiblerie…. et Marx aurait rejeté toute action se rapprochant de près ou de loin à des actes de consommation, et savait que ‘lon a avant tout des devoirs avant d’avoir des droits !!!

    quant à votre pseudo « Dupont », vous devriez rajouter « Lajoie », cela siérait bien mieux au genre d’individu basique, usant du tutoiement comme au café du commerce, et au genre d’intervention ci-avant !

    beaucoup devrait méditer cette phrase de Chateaubriand avant de pleurnicher sur l’ouverture d’esprit !!!

    « LA CONSCIENCE SE RETRECIT A MESURE QUE LES IDEES S’ELARGISSENT »

    Répondre
  56. Barbara - 26 décembre 2009 10 h 23 min

    Plusieurs remarques s’imposent.
    La société actuelle n’encourage pas les couples à rester ensemble. Quand ça ne va plus : séparez-vous, dit-elle, au lieu de dire : la vie de couple rencontre des orages, sachez-y faire face et les traverser pour retrouver ensuite une vie de couple plus profonde et plus belle.
    Cela étant, il n’est pas étonnant que les parents d’enfants adoptés divorcent davantage, car élever des enfants adoptés présente des difficultés spécifiques qui s’ajoutent à celles que l’on a toujours à élever ses enfants biologiques. L’enfant adopté souffre de la blessure de l’abandon, même s’il crâne et refuse de le reconnaître ouvertement. Il lui en reste une fragilité qui peut passer inaperçue pendant l’enfance, mais qui va se révéler à l’adolescence.
    Et ne nous leurrons pas, tous les parents commettent des erreurs dans l’éducation de leurs enfants, que ces enfants soient biologiques ou adoptés. Cela tient à leur propre vécu, à leurs propres blessures. Et à l’adolescence, tout cela resurgit avec violence. C’est là qu’il est bon d’être deux parents. Quand l’un craque, l’autre le soutient. Quand la communication ne passe plus entre un parent et l’enfant, l’autre parent sert d’intermédiaire. Quand un parent ne voit que le négatif d’une situation, l’autre parent lui apporte un autre regard. C’est vital pour passer cette période difficile.
    Et plus tard, quand les enfants quittent le nid, je pense qu’on risquerait de retenir son enfant, de s’accrocher trop à lui si l’on était tout seul et non en couple.
    Et quelle sécurité aussi de se dire que, s’il arrive un accident de la vie, l’autre parent est là pour assumer. Quand on est très jeune, on ne pense pas aux problèmes de maladie, d’hospitalisation. Avec quelques années de plus, ce souci reste en filigrane. Cela rassure vraiment de penser que l’autre est là.

    Voilà pourquoi je pense qu’il faut un couple pour élever un enfant. Il peut arriver qu’un accident de la vie cause le décès d’un des parents, ce n’est pas une raison pour juger qu’un parent seul est une bonne chose.

    une mère (et grand-mère) de 4 enfants

    Répondre
  57. DEBAERE - 26 décembre 2009 14 h 04 min

    MarxNietzsche ,
    Bravo pour vos interventions, nous prenons un peu de hauteur.

    Barbara,
    Merci pour votre lucidité.

    Bien à vous tous et avec Mr VANNESTE

    Répondre
  58. Eve - 26 décembre 2009 15 h 23 min

    Pour plus de sécurité, je suggère également que tout veuf/veuve ou divorcé(e) se voit retiré immédiatement ses enfants. Mieux vaut ne pas prendre de risque! Sait-on jamais!

    Toutefois, je me demande s’il est prudent de permettre à des gens aux idées aussi étroites d’élever des enfants, l’étroitesse d’esprit ne favorisant pas leur épanouissement!

    Mais, veuillez m’excuser, j’oubliais que  » le bonheur de l’enfant n’est pas l’essentiel lorsqu’il s’agit des fondements même d’une société » … Bien sûr, bien sûr..!

    C’est un gag ce blog ou ça existe vraiment, des mesquins pareils?!

    S’ils ont-ils été élevés par des couples, étant enfants, méfiance, cette structure familiale semble beaucoup trop risquée!
    En revanche, je ne connais aucun enfant de célibataire, biologique ou adopté, avec une telle petitesse d’esprit.

    Une maman très fière de ses 3 enfants, généreux, tolérants et pas décadants

    Répondre
  59. MarxNietzsche - 26 décembre 2009 17 h 51 min

    Debaere,

    bravo pour les vôtres aussi !

    bien à vous et aux autres ainsi qu’à M. Vanneste.
    Très bonne année 2010 !

    Répondre
  60. caliningrad - 28 décembre 2009 12 h 22 min

    Pour Barbara: tous ces arguments sont bien sur recevables. Pour une fois, ils ne sont pas d’ordre psychanalytique (donc faussement scientifiques- il n’y a qu’en France ou la psychanalyse est érigée en science).
    Moi-meme en tant que maman adoptive celibataire, j’y souscris bien volontiers et je ne desespere pas de trouver un papa, mais attention on est à présent 2 pour le prix d’une et ma fille est à présent la priorité de ma vie, quels que puissent etre mes sentiments pour un homme !!
    A une reserve pres: non, la plupart des enfants adoptés ne souffrent pas de l abandon, ceci est une idée recue. Ils ne seraient meme que 2% à en souffrir à un point que leur vie en est perturbée. Il ne faut pas croire les emissions voyeuristes sur l adoption qui preferent se consacrer à ces 2% justement.
    A propos des divorces etc je vous raconte cette anecdote: lors de la toute premiere reunion d’information sur l’adoption ou il y avait des couples et des celibataires, l assistante sociale a commencé en introduction par nous mettre en garde en disant qu un enfant adopté ne supporterait pas une séparation supplémentaire et disait qu il ne fallait absolument pas imposer un divorce à l’enfant, quelle que soit la situation du couple. Pendant qu elle disait ca, j’acquiescais, ce qui l’a fait sourire: ah mais vous madame vous etes celibataire, donc il n y a pas de risque.
    J’ai effectivement pensé que dans ma situation, tout ne pouvait que s’ameliorer et que je ne pouvais me séparer de moi-meme ni de mon enfant mais au contraire agrandir ma famille !!
    Tout cela etant dit si on arretait un peu de monter les gens les uns contre les autres? Couples contre celibataires, heterosexuels contre homosexuels, parents biologiques contre parents adoptants etc.
    Encore une fois, on essaye pour la plupart d’assurer le meilleur avenir à nos enfants – en tous cas nous qui sommes sur ce blog et qui prenons le temps de reflechir à l’education et à l’équilibre de nos enfants.

    Répondre
  61. cqfd - 2 janvier 2010 15 h 41 min

    Pathétiques ces réacs! discriminons les à leur tour puisqu’ils n’ont que cette bave du rejet de la diversité. En quoi sont-ils « supérieurs »?
    Proposons objectivement un permis d’élever des enfants et retirons d’office tous ces pauvres enfants nés dans des familles « quart-monde-groseille-alcoolo-immatures »…des millions incapables de donner amour et bonne éducation !

    En rejetant les célibataires, pousseront-ils le vice d’enlever à un homme ou à une femme son neveu ou sa nièce si il/elle a eu le malheur de perdre ses parents (accidents de voiture par ex)? alors que les liens du sang semblent primer, il faudrait être logique! quand bien même cet oncle ou cette tante est homo, il/elle doit avoir priorité avant tout!

    Pour les pays qui refusent de donner leurs enfants à l’adoption des célibataires, ils n’ont aucune leçon de morale à donner, je pense à la très totalitaire Chine : quand les foetus féminins sont tués jusqu’au 8ème mois, aucuns commentaires! ces petites filles seraient bien plus heureuses avec des célibataires que seules et maltraitées à l’orphelinat.

    Répondre
  62. caliningrad - 4 janvier 2010 12 h 17 min

    Pour cqfd. La Chine a pendant tres longtemps accepte les celibataires. En 2007, etant donne le nombre invraisemblable de postulants a l adoption en comparaison avec le nombre toujours heureusement diminuant d enfants abandonnes – lesquels sont a present autant de sexe feminin que masculin – la Chine a durci ses criteres. Il faut a present etre proprietaire, gagner bien, marié etc. Comme je l ai dit plutot, les pays ont enormement de criteres plus ou moins objectifs pour selectionner les adoptants. Le fait d etre marie ou non n’est qu un de ces criteres. La premiere chose dans l adoption internationale, c est de respecter les pays. C est un immense honneur de se voir confier un enfant provenant d un des pays.
    C est pourquoi, bien qu adoptante celibataire moi meme, je ne vous rejoins pas dans vos propos.

    Répondre
  63. Pat - 4 janvier 2010 14 h 27 min

    « La démocratie, ce n’est pas la loi de la majorité, mais la protection de la minorité » Albert CAMUS (en ce cinquantième anniversaire de sa mort).

    Pour les tenants de l’exclusion des minorités concernant les droits civiques (et non les devoirs puisque ça elles les ont), méditez cela au lieu de préférer la voix des plus nombreux (opinions qui peuvent être versatiles d’ailleurs).

    La démocratie, au pays des droits de l’Homme à fortiori, est garante du respect des droits de l’être humain et notamment combat farouchement les discriminations : n’oubliez pas ce saint homme laïque de Mandela qui a dit qu’après l’apartheid, plus aucunes discrimination ne devait subsister, y compris envers les homosexuels! désormais l’AFS est le seul pays d’Afrique à autoriser le mariage pour les personnes de même sexe.

    Donc, oui la démocratie doit protéger en premier lieu celles et eux qui ont eu « le tort » aux yeux de la majorité d’être nés autrement, soit par le sexe, soit par la couleur, la religion, la nature sexuelle, etc…
    Enfin, n’oubliez pas qu’une majorité non éclairée ou désorientée (ventre affamé n’a pas d’oreille) peut conduire au pouvoir légalement le plus abominable des monstres.
    Alors non aux PPL ou aux référendums à visée ségrégative!

    De plus, sur ce sujet qui cherche à exclure surtout les homosexuels mais qui stigmatise aussi indirectement les mères célibataires dont les enfants sont nés de père inconnu, je me souviens que la Californie a autorisé à une autre époque l’adoption pour les gays à la seule condition de prendre des enfants sidéens ou cancéreux condamnés 🙁 ce qui était doublement méprisant car ces enfants personne n’en voulait (pestiférés?) et les seuls parents qui méritaient de plus souffrir de la mort prochaine de ces enfants ne pouvaient être que des gays (rebuts?).
    Alors, ne refusons pas l’amour à tous les enfants, pas seulement les tout petits bien portants et blancs, mais aussi aux plus vieux et moins bien portants. Et pour cela il existe plusieurs sortes de familles.

    Répondre
  64. althae - 6 février 2010 9 h 32 min

    et que faire quand on est juste une femme celibataire , bien dans sa tête et intégrée socialement , financièrement à l’abri du besoin, mais qui n’a pas encore trouvé sa moitié et à qui la medecine interdit une grossesse?
    Le foyer que je pourrais offrir à un enfant sera – t- il moins aimant, moins structurant qu’un foyer « classique »? Avoir un enfant , c’est aimer, protéger, partager, accompagner , transmettre .., Pourquoi sous pretexte que je n’ai pas encore rencontré l’âme soeur et que je ne peux avoir moi-même un enfant , je ne pourrais aimer et partager tout cela avec un enfant ? En quoi ferais-je moins bien que nombre de couples , ou nombre de parents qui élèvent seuls leurs enfants. Ma démarche n’a rien d’égoïste , ce n’est pas un enfant pour satisfaire un besoin personnel mais pour partager , l’accompagner dans la vie pour lui permettre de pouvoir rêver à un autre avenir et de le construire entouré d’amour.
    Pourquoi dans ce cas au seul pretexte que je suis célibataire totalement hétérosexuelle devrais-je être privée de la possibilité de voir s’épanouir un enfant à mes côtés?
    J’entends bien besoin pour un enfant d’avoir « un père » mais il me semble qu’il est surtout fondamental pour lui de pouvoir dans son entourage proche se référer à une image masculine forte paternelle et structurante qu’elle soit père , oncle , grand-père, parrain…. fondamental aussi d’avoir une mère bien dans sa tête qui positionne l’enfant en tant qu’enfant et non béquille affective, conjoint de sustitution

    Répondre

Exprimez vous!