Création et internet : « loi contestée et contestable »

Extrait d’un article du Figaro, mercredi 29 avril 2009, à lire en entier en cliquant ici :

(…) Après une réunion tendue de la commission des lois, qui a adopté lundi en le durcissant le projet de lutte contre le piratage sur Internet, une courte séance assez surréaliste s’est déroulée dans l’hémicycle. Le président de l’Assemblée, Bernard Accoyer, a énoncé l’ordre du jour, qui prévoit la réinscription du projet Hadopi cet après-midi, en nouvelle lecture. Après avoir dénoncé, selon la formule de Jérôme Cahuzac (PS), les «méthodes capricieuses» du chef de l’État, qui tient à l’adoption de ce texte, les socialistes ont demandé un vote sur l’ordre du jour, ce qui est très inhabituel à l’Assemblée. «Nous voterons contre», a aussitôt prévenu Ayrault, qui a traité Copé de «manipulateur» avant de poursuivre : «Vous avez subi une défaite politique et vous parlez d’un simple incident de séance.»

Le patron du groupe UMP a aussitôt fustigé la «victoire minable» des socialistes et réclamé un scrutin public sur l’ordre du jour. Le vote a été sans appel : 279 voix pour, et 46 contre, dont 2 UMP, hostiles au projet Hadopi, Lionel Tardy et Christian Vanneste. «Cette loi est contestée et contestable, mais je la voterai par solidarité», confie Claude Goasguen (…)

Mot clés:

2 commentaires

  1. seb - 29 avril 2009 9 h 05 min

    Quand les parlementaires se souviendront ils qu’ils sont censés faire des lois pour la communauté ? Et que celles ci ont un impact, une incidence, sur la vie des Français ? Et que par conséquent, le vote d’une loi ne devrait pas se résumer à « pour ou contre N. Sarkozy » ?

    Dans aucun autre pays nous n’avons une aussi grande immaturité des parlementaires. Un si grand « je m’en foutisme » du Parlement à l’égard de la loi, de son contenu, et de ses conséquences !!!

    En plus, l’UMP vient de se faire épinglée, 30.000 euros d’amende, et après les parlementaires UMP votent la loi HADOPI – qui on ne le dira jamais assez ne lutte pas contre le piratage, puisque c’est le défaut de surveillance qui est puni ! Si on est « protégé » par le système gouvernemental, on pourra télécharger tout ce qu’on veut : certes, il sera possible de punir le « pirate » mais pour cela il faudra faire appel à la loi DADVSI ! A quoi sert HADOPI ? Ha…A rien ! – un comble !

    Bien. Nous sommes à la fois électeurs (et en ce qui me concerne j’ai de la mémoire) et surtout consommateurs. C’est moi qui vote et c’est aussi moi qui fais vivre les majors. Donc pour moi le constat est très simple: plus de DVD ni de CD achetés.

    Boycott complet dès maintenant. Il reste de toute façon plein de solutions pour récupérer de la musique : clés USB aimablement fournies par les amis, inscription dans une médiathèque, streaming (avec les outils qui permettent de convertir les flux, etc.). En mettant les choses au pire je téléchargerai sur un darknet crypté si vraiment je suis en manque mais surtout, surtout, surtout jamais je n’installerai de mouchard sur mon poste.

    Ou alors j’acheterai une box protégée que je n’utiliserai jamais, et si HADOPI m’embête je la lui enverrai. Intraçable !

    Par contre, je pense que je mettrai désormais un copyright sur les photos et les musiques que j’uploade (des fois que l’UMP voudrait les utiliser sans prévenir)

    Après le remise en cause du vote des Français contre la constitution européenne voilà que les godillots de l’UMP sont « obligés » sous la pression du petit Nicolas à avaler leur chapeau et de se re-prononcer sur une loi qui quoique on en dise avait été refusée tout à fait légalement et qui préfigure ce qui se passera à chaque fois qu’une disposition ne sera pas conforme aux désirs de notre « grand » homme.

    C’est digne d’une république bananière et indigne d’une démocratie. Dès lors pourquoi soumettre les projet de lois au Parlement ?

    Mais bon…Il est vrai qu’à l’UMP, tout le monde a soutenu la proposition de N. Sarkozy de faire re voter les Irlandais…Donc, si c’est un Parlement, cà doit être encore moins scandaleux sans doute…

    Tiens, çà m’énerve tellement que je me demande si je ne vais pas créer un petit « paradis pirate » sur le Net.

    Ca ne doit pas être trop difficile. Je vais le faire homologuer par l’HADOPI, puis le laisserai à disposition des Internautes gratuitement. (Et oui, le bénévolat, çà me va bien)

    Je vais demander à ma cousine qui s’y connait. Hors de question que l’Etat vienne visiter ma boite mail ! J’ai déjà des protections mais je crois que je vais rajouter le billdoyer pour éviter tout problème : comme çà, si un sympathique « agent assermenté » passe…Bloqué, et tous mes éventuels piratages, sur son adresse IP ! On verra bien qui rigole à la fin.

    Sinon…A part l’idée néfaste du travail dominical qui refait surface – pour obtenir des voix je présume – j’apprends qu’il y a une offensive au Parlement pour faire reconnaitre le mariage gay !!!

    Bon, sincèrement, ne peut on pas « reconnaître » l’existence de la Charte de l’ONU, et notamment de l’article 16 qui garantit que le mariage c’est entre un homme et une femme ?

    M’énerve…..!

    Et tout çà pour plaire à la femme de Sarko !

    Répondre
  2. seb - 29 avril 2009 13 h 41 min

    Lu sur « le salon beige » :

    « La France va-t-elle reconnaître les « mariages homosexuels » passés à l’étranger ? Oui

    En première lecture, le député vert François de Rugy avait déposé un amendement permettant la reconnaissance en France des partenariats et autres unions civiles conclus à l’étranger. Cette nouvelle disposition visait en réalité à constituer une tête de pont pour les mariages homosexuels conclus à l’étranger. Une fois reconnus en France, il suffira pour les «couples homosexuels» nationaux de revendiquer les mêmes droits que ceux des homosexuels ayant conclu des mariages à l’étranger et ce, au nom de l’égalité des droits. Cet amendement avait dans un premier temps été repoussé par la majorité.

    Depuis, cette disposition a été rétablie par le Sénat, à l’initiative du sénateur socialiste Yung et de la sénatrice verte, Alima Boumediene-Thiery, avec le soutien d’une majorité de sénateurs de droite. Hier soir, en seconde lecture, l’Assemblée a du se prononcer sur le texte sénatorial. Christian Vanneste avait déposé un amendement supprimant cette disposition. Absent, il n’a pas pu le soutenir. »

    Répondre

Exprimez vous!