Volontariat du dimanche ? Mais quel volontariat ?!

Je partage l’avis de Marc LE FUR, député des Côtes d’Armor, et Vice-Président de l’Assemblée nationale, au sujet de la mise à pied pendant 3 jours d’un salarié d’un hypermarché de Salon de Provence ayant refusé de se porter volontaire pour travailler un dimanche. Cela démontre assez bien nos craintes vis-à-vis de la proposition de loi de notre collègue -et ami- Richard MALLIE sur l’ouverture des magasins le dimanche.

« Cette affaire témoigne de l’ambigüité de la notion de volontariat », selon Marc Le FUR « cette sanction injustifié illustre la force du lien de dépendance des salariés de la distribution ainsi que la nécessité, pour les salariés concernés par le travail du dimanche, d’être protégé par un mécanisme de contrôle fiable et indépendant. Voilà pourquoi nous sommes opposés à toute généralisation de travail le dimanche. Voilà pourquoi nous voulons une plus grande protection de ceux qui pourraient être amené, exceptionnellement à travailler le dimanche. Voila pourquoi la seule affirmation de prendre en compte le volontariat ne constitue pas une protection suffisante ».

Il fallait le dire.

Mot clés:

2 commentaires

  1. seb - 29 janvier 2009 18 h 47 min

    Lu sur « le salon beige » :

    « La cour d’appel a donné raison aux syndicats bataillant contre l’ouverture de Plan-de-Campagne le dimanche. Elle a confirmé les décisions du tribunal administratif de Marseille, qui avait annulé le 24 janvier 2008, les 133 arrêtés préfectoraux autorisant des magasins de la zone commerciale de Plan-de-Campagne à ouvrir le dimanche. Le ministère du Travail ainsi qu’une centaine d’enseignes concernées avaient contesté ces annulations.

    D’où leur volonté de changer la loi…

    Par ailleurs, le quartier de la Défense a été classé en zone touristique, afin de permettre aux commerçants d’ouvrir le dimanche. En attendant que toute la France soit classée en zone touristique. »

    Ce qui ne devrait pas tarder…Puisque notre pays étant un pays très touristique…Pourquoi un morceau, seulement, d’elle…En effet serait considéré comme « touristique »?

    Comment fait on pour respecter le principe suivant : « la liberté des uns commence là où finit celle des autres »?

    Parce que j’entends bien Monsieur Maillé nous expliquez qu’il faut donner la liberté aux citoyens de travailler le dimanche…Mais quelle sera la liberté pour les citoyens, de ne pas le faire ?

    Sans parler des conséquences négatives dont on a déjà parlé sur ce blog, et ailleurs.

    A commencer – çà peut intéresser les élus – par une augmentation de l’absention aux élections…Lesquelles tombent généralement le…Dimanche, justement.

    Répondre
  2. Segui-Hubert Vincent - 10 avril 2009 19 h 54 min

    A partir du moment où travailler le dimanche est mieux rémunéré que durant la semaine , ceci devrait etre plus un devoir qu’un droit .
    Cependant , ceci devrait rester un choix et non pas une obligation.
    C’est une discrimination de licencier (si j’ai bien compris le commentaire plus haut) un employé pour son refus de travailler le dimanche .

    Répondre

Exprimez vous!