Le congrès rad’ soc de la Mutualité

Les Radicaux sont de retour ! Samedi dernier, à la Mutualité, j’ai eu la surprise d’assister à une résurrection des congrès rad’soc. En effet, il faut toujours se méfier des dénégations insistantes : ce sont des aveux. L’obsession qui habitait la plupart des intervenants consista à opposer les « progressistes », les bons en somme, face aux « conservateurs », les mauvais… Je veux bien que cette habileté linguistique vise à inverser l’habituelle opposition droite/gauche, mais elle ne trompe personne.

Dans toute l’Europe, il est courant de désigner les partis de centre-droit par le mot « conservateur » sans que cela choque. Simplement, le conservatisme vise la conservation des valeurs qui distinguent la droite de la gauche tout en ne laissant pas à celle-ci le rôle d’être proche du peuple puisque précisément le peuple est beaucoup plus attaché à ces valeurs que les élites faisandées de la capitale. De ce point de vue, Xavier BERTRAND a eu raison d’insister sur le mot « populaire » qui est aussi fréquemment utilisé pour désigner les partis de droite en Europe. En somme, il est logique que les partis populaires soient conservateurs. C’est pourquoi il est inquiétant de voir ce mot stigmatisé par le grand mouvement de centre-droit français. Cette inquiétude ne peut que s’accentuer lorsque l’enthousiasme semble se concentrer sur OBAMA et sur BESSON. Il y a dans cette annexion boulimique des hommes, beaucoup plus et beaucoup moins qu’une habileté : l’hommage permanent de la droite française envers la gauche sur le plan des idées, et l’aveu de ne guère en avoir en propre.

La présence d’un stand de GAY LIB, ce curieux mouvement dont les prises de position dénoncent son titre même, est révélatrice. Comment un mouvement associé à l’UMP peut-il refuser la liberté de penser et d’expression (la mienne en particulier) ? Sa participation est un signe évident. Il est là à 2 titres : d’abord, parce qu’il représenterait le « progrès », et ensuite -et surtout- parce qu’il pourrait ramener un électorat aussi faible dans la population qu’il est puissamment cajolé par les médias. Dans les deux cas, il traduit la dérive radicale-socialiste de l’UMP qui consiste à prendre la politique pour un marché électoral, et à confondre le progrès social voulu aussi bien par les gaullistes que par les démocrates-chrétiens avec la destruction des valeurs qui fondent la tradition nationale, la Famille en particulier. Que les partis d’aujourd’hui soient destructeurs de valeurs et conservateurs de places. C’est une évidence qui nous éloigne de la Politique, de la grande et noble Politique, dont je n’ai malheureusement pas senti le souffle samedi dernier, à la Mutualité.

Mot clés:

5 commentaires

  1. seb - 27 janvier 2009 12 h 28 min

    C’est tout de même incroyable. Monsieur Sarkozy, et les députés UMP, ont été mandaté pour faire une politique « de droite » et…Systématiquement, c’est une politique de « gauche » qui est faite !!!

    A laquelle (pour compenser?) on rajoute une politique très dure sur le plan de la liberté ! Le Gouvernement éclectique de Mirek Topolanek est un Gouvernement libéral. Le Gouvernement de François Fillon est…Un Gouvernement anti liberté ! Un Gouvernement policier.

    Je ne comprends pas pour quelles raisons les députés (notamment) sont à ce point « envoutés » par les idées de « gauche caviar » (minoritaires dans la population, majoritaires dans les médias : normal, la plupart des journalistes sont de la gauche…Caviar)…Alors qu’ils passent la majorité de leur temps dans « leur » circonscription.

    Peut être Monsieur Vanneste, dans l’un de ses billets, pourrait il essayer de l’expliquer. Personnellement, je n’arrive pas à comprendre.

    Les idées qui ont fait « gagner » Monsieur Sarkozy sont les idéaux de la France…Qui dépassent tout clivage gauche-droite…Nullement des idées gauche caviar, bobo, et j’en passe.

    Est ce à dire que les partis politiques défendent les ideaux de la France sans y croire…Et une fois en place, mettent en place les idéaux de la gauche caviar (parce qu’il y a de bonnes idées à gauche…Mais de la gauche populaire, non de la gauche caviar boboétisée)…Par convictions ?

    Monsieur Bertrand fait partie des Francs Maçons qui sont très proches de cette « gauche caviar ». Des Francs Maçons qui sont très présents sur les bancs des Hémicycles et dans les allées de Matignon et de l’Elysée. (Claude Guéant n’en est il pas un membre éminent? Dixit « le Point »)

    Je ne vois pas quel est l’intérêt de défendre des convictions minoritaires en France. Cherche t on à désespérer, au maximum, les citoyens ? Je me le demande.

    Ou bien est ce simplement l’amour de la France qui a disparu au profit d’un « gouvernement mondial » qui fait des émules partout dans les « cercles de pouvoir » et notamment au « Siècle » filiale du groupe Berbergein (ou quelque chose d’approchant) qui considère qu’il faut…Mettre fin à la Démocratie pour un Gouvernement des « meilleurs » c’est à dire une Aristocratie planétaire.

    L’UMP, parti populaire ? Peut être…Mais pour combien de temps ? Quand on ne représente que soi…Ou une très petite minorité d’individus…On n’est plus un parti « populaire ».

    Et si l’on se sert des idéaux de la France, en période d’élection, pour tout aussi vite les oublier, une fois l’élection passée, on est plus qu’un parti démago, populiste…Et c’est tout.

    A se demander si les Français n’auraient pas mieux fait de confier les clés de la France à Monsieur Le Pen dès 2002. Au moins, on savait à quoi s’attendre.

    En 2007, je ne pensais pas que Monsieur Sarkozy et cie n’auraient que trois objectifs :
    –mettre fin aux idées du gaullisme et de la France traditionnelle et éternelle en ridiculisant la fonction présidentielle, en violant régulièrement la Constitution (sans que le Parlement réagisse !) et en parlant systématiquement d’une « France métissée » reprenant ainsi l’expression choisie par Mme Royal…Qu’à l’époque, pourtant, il considérait comme ridicule !
    –faire de la France un musée : incroyable tout de même ! A Gaza, Monsieur Sarkozy s’est exprimé au nom « de l’Europe » ! (Qui n’a pas de personnalité juridique…Et sans mandat pour ce faire, puisqu’il n’était plus Président du Conseil Européen), de l’UPM (là encore sans mandat, et l’UPM n’a pas non plus de personnalité juridique)…Mais jamais au nom de la France…Comme si celle ci était déjà morte et enterrée ! Idem lors de la visite du « candidat » Obama : pas un mot pour dire que la « France » était contente de recevoir le sénateur de l’Illinois…Tout à la gloire de l’UE ! De l’OTAN ! (En vertu de qui ou de quoi s’exprimait il au nom de l’OTAN !) Serait ce que le Président hait notre pays ?
    –revenir sur les avancées du pacte de 1945 pour faire plaisir à ses « amis » des médias et industriels

    Répondre
  2. André - 28 janvier 2009 18 h 16 min

    Monsieur le Député et Cher Ami, Je réagis sans tarder à vos propos auxquels j’adhère sans aucune réserve. Une expression en particulier me frappe : la dérive radicale-socialiste de l’UMP. C’est en effet un phénomène que nous constatons chaque jour. Si l’on s’intéresse à la vie du mouvement dans le département du Nord, que de difficultés, que de dissensions, que de copinage aussi ! Tout ceci ayant pour conséquence l’abandon à la gauche de nombreuses communes au seul motif qu’on ne croit pas la place gagnable. Quant à la « direction » de l’UMP, unique parti de France sans président (ce qui est un véritable coup d’état permanent), elle ne laisse pas de consterner. Dernier exemple, je reçois hier un courriel de Xavier Bertrand qui m’invite à faire un don au parti. Les caciques parisiens ont-ils seulement conscience que si les adhérents les ont portés au pouvoir, c’est dans l’espoir de voir s’améliorer leur niveau de vie et non pour être continuellement sollicités par des appels au portefeuille ? Pour les prochaines régionales (les européennes semblent ne pas devoir avoir lieu), on compte déjà cinq candidats dans le Nord, dont aucun n’est particulièrement emblématique. Et que dire des choix permanents d’ouverture à gauche ? On se demande s’il n’aurait pas mieux valu adhérer au PS pour avoir une chance d’exercer quelque fonction à l’UMP. Combien de CNI dans le prochain gouvernement ? Cordialement,

    Répondre
  3. bruno - 28 janvier 2009 22 h 58 min

    Je suis entièrement d’accord avec vous sur la radicale-socialisation de l’UMP et de la Sarkozye en général, avec comme conséquence le fait qu’un espace s’ouvre la droite de la Sarkozye pourvu que le villiérisme ne vienne pas tout embrouiller. Cette évolution est très décevante. Avec mes amitiés.

    Répondre
  4. Anna Chesneau - 29 janvier 2009 10 h 09 min

    Bonjour,
    je vous écris du Sud-Ouest après avoir découvert le site de Christian Vanneste par le biais d’un article sur le web.
    Je suis radicale valoisienne, chrétienne, et je déplore, personnellement, le délitement des valeurs radicales qui sont essentiellement la laïcité et la liberté d’expression. La laïcité est, faut-il le rappeler, l’absence voulue des signes disctinctifs de la religion dans la sphère publique pour permettre la cohabitation paisible de toutes les confessions. Régulièrement rognée dans les hôpitaux, les cantines des écoles publiques, les piscines municipales (dont celle de Lille où un créneau est réservé aux femmes, celles qui viennent étant majoritairement musulmanes), je suis navrée qu’aucun dirigeant radical ne monte jamais au créneau publiquement pour dénoncer ces faits.
    Quant à la liberté de pensée et d’expression, M. VANNESTE démontre brillamment dans ses billets qu’elle est en train de disparaître du pays de Voltaire.
    Je n’étais pas à ce Congrès dont j’ai su par des amis qu’il avait été (comme tous les Congrès ?) dénué du moindre intérêt.
    La République française a plus que jamais besoin de l’apport radical.
    Encore faudrait-il que ses idées survivent.
    Ce n’est malheureusement pas sa direction inaudible qui y participera.
    Très cordialement. Anna

    Répondre
  5. Pingback: Besson dans le viseur… - Christian Vanneste - Député du Nord

Exprimez vous!