le PACS : une vraie menace pour le mariage

Il y a dix ans, l’Assemblée nationale adoptait le Pacte civil de solidarité (Pacs) au terme d’une lutte acharnée. Depuis, au fil des ans, le Pacs, principalement conçu pour permettre aux couples d’homosexuels d’avoir une reconnaissance juridique, a connu un succès grandissant. En 2007, près de 100 000 couples ont choisi cette forme d’union, dont plus de 90% d’hétérosexuels. J’ai donc été interrogé par le Journal du Dimanche :

Le Pacs est certainement l’un des textes les plus stupides, les plus néfastes qui aient été votés dans la cadre de la Ve République. C’est une loi absolument désastreuse, qui torpille la famille. Ce qui devait servir à faciliter la vie d’une toute petite minorité d’homosexuels a servi surtout à miner complètement le mariage, qui, lui, est une institution qui consolide le tissu social, qui est fondé sur l’idée que le lien entre les deux membres d’un couple doit être le plus continu possible, et qui sert essentiellement à ce que des enfants naissent et soient élevés au sein du couple.
Grâce au Pacs, on fait en sorte que les gens qui vivent dans un contexte social où la précarité, la peur de l’engagement, l’individualisme forcené triomphent, peuvent se dire que c’est plus prudent de se pacser que de se marier. C’est une vraie menace pour le mariage. Ce qui me scandalise profondément, c’est que des maires ont l’inconscience, l’irresponsabilité de mettre sur le même plan un acte fondateur du lien social et de la cellule de base de notre société, de notre République et un accord entre deux personnes qui trouvent juste leur intérêt.

Qu’en ayant fait un certain choix de vie -car l’homosexualité est un choix-, on ait les mêmes avantages que ceux qui font un choix de vie qui manifestement est davantage facteur de stabilité et de développement pour la société, ce n’est pas normal, ce n’est pas juste. Je dis donc: Vive le mariage. Restaurons-le, et faisons en sorte qu’il y ait le maximum de différences au niveau fiscal, au niveau de la succession, entre les gens qui se marient et ceux qui passent un accord entre eux dans leur seul intérêt. J’estime que les 10 ans du Pacs sont un anniversaire à marquer d’une pierre noire, noire foncée. C’est une catastrophe. Il faut le supprimer au plus vite, et j’espère que le bon sens triomphera.

♦ Article paru dans le Journal du dimanche, 25 janvier 2009

Mot clés:

34 commentaires

  1. Amélie - 25 janvier 2009 19 h 28 min

    Je le dis et le répète : si les homophobes n’avaient été si immondes, le Pacs aurait été réservé aux homosexuels uniquement pendant que le mariage serait resté aux hétérosexuels!
    Résultat, une énorme discrimination car les hétérosexuels ont 2 possibilités et nous une seule et bien boiteuse, même pas célébrée en mairie! j’espère au moins que nos mariages célébrés dans des pays alliés seront reconnus, à défaut de pouvoir se marier en France.
    En espérant que cette iniquité disparaisse à court terme dans notre cher pays des droits de l’Homme ou supposé l’être, apartheid homophobe ne dérangeant pas encore assez les consciences.

    Répondre
  2. Caroline Lemay-vanhille - 26 janvier 2009 10 h 36 min

    Bien heureuse de m’être maiée en août dernier avec pour témoin Mr Vanneste, je suis su même avis que lu sur la question du pacs.
    Si pour certains les propose peuvent paraître choquants ou dérangeants,je pense que dans la société actuelle on ne peut plus parler avec parcimonie.
    Pour ma part, je pense qu’il est préferable de dire les choses clairement.
    Bravo pour votre franchise Mr le député

    Caroline

    Répondre
  3. ricard - 26 janvier 2009 13 h 30 min

    Les jeunes homos qui se suicident lorsqu’ils découvrent qu’ils n’auront pas la même vie que leurs parents et amis, c’est un choix aussi. Se cacher derrière l’argument du choix de vie (…) c’est méprisable

    Répondre
  4. Equipe CV - 26 janvier 2009 13 h 32 min

    @ Ricard : quel est le rapport entre le Pacs et le suicide des jeunes ?

    Répondre
  5. ricard - 26 janvier 2009 13 h 39 min

    CV parle du choix de vie que font les homosexuels, alors qu’ils n’y a aucun choix. aucune personne ne choisirait un mode de vie qui le mettrai à l’écart de la société ce n’ait donc pas par choix qu’on est gay mais par nature. Et je le répète également des jeunes se suicident lorsqu’ils se découvrent homosexuels, alors où est le choix pour eux.

    Répondre
  6. Equipe CV - 26 janvier 2009 14 h 38 min

    Nous ne savions pas que M. Karoutchi -qui par ailleurs entretient d’excellentes relations avec CV- ait été mis à l’écart de notre société comme vous dites ! Et pourtant tout le monde le savait !
    Le suicide des jeunes est un douloureux problème qui touche malheureusement tout le monde.

    Répondre
  7. BORDES - 26 janvier 2009 14 h 50 min

    M. Vanneste, est ce que votre hétérosexualité est un choix ? Est ce qu’à 13-14 ans, quand vous avez connu les premiers émois, vous avez choisi que ça soit pour une fille ? Et les autres hétérosexuels qui liront ce post, posez vous la question : avez vous à moment donné choisi d’être hétérosexuel ??? Bien sûr que ce n’est pas un choix, vous avez toujours été attiré par les filles (« Dieu merci… »). Et bien moi, mon homosexualité, n’est pas non plus un choix… Je dirai même que ça a été un vrai fardeau pendant longtemps. Aujourd’hui je m’assume très bien, je suis très heureux, au milieu de ma famille, mes amis, mes collègues… et je me dis que si j’avais le choix – et je rappelle que ça n’est pas le cas – je ne reviendrais pas en arrière…
    Par contre, je pense aux jeunes qui n’ont pas encore atteint cet état de bien être…
    (…)
    Et pour répondre au post précédent, « quel est le rapport entre le Pacs et le suicide des jeunes ? ». Apparemment il y a encore des gens qui ne savent pas – en étant élu ou proches d’élu au parlement (?) – que les jeunes homosexuels qui, alors que ça serait un choix (!!), ont du mal à s’accepter comme tel pendant l’adolescence, ont 6 fois plus de « chances » de se suicider…
    Continuez à fermer les yeux, et à tenir des discours aussi irresponsables, et ce chiffre restera ce qu’il est…
    On peut être franc, et dire des idioties Caroline…

    Répondre
  8. LAGRANGE G. - 26 janvier 2009 15 h 03 min

    Equipe CV , désolé de vous faire démentir, il y a une sursuicidalité des jeunes gays et lesbiennes motivée par la peur du rejet, des discriminations, et non motivé par leur orientation sexuelle proprement dite.

    Egalement, sur le sujet du pacs proprement dit, l’étude démographique 2008 de l’Insee montre clairement que le nb de mariage est stable (grace aux remariages notamment, même si les mariages sont plus tardifs), que le nb de Pacs explose et est adopté désormais largement par les couples hétérosexuels qui se sont appropriés ce régime. La natalité en France affiche un taux record en Europe. Egalement le nb de naissance hors mariage est majoritaire et à vous lire le mariage doit primer comme mode d’organisation des couples pour une finalité nataliste et de sécurité juridique. Si les Familles hétérosexuelles ressentent de moins en moins le besoin de recourir au Mariage pour leurs unions, celles homosexuelles restent exclues d’un tel régime. Pourtant, la filiation, seule spécificité du mariage par rapport au Pacs aujourd’hui, s’exprime dorénavant majoritairement en dehors du cadre historique du Mariage SIc ! Aussi, l’argument utilisé pour refuser le mariage aux couples homosexuels ne tient plus face aux réalités sociales : le mariage avancé comme cadre familial n’est plus choisi par les couples hétérosexuels eux mêmes comme cadre d’accueil de l’enfant sans pour autant qu’une insécurité juridique frappe ces familles. A contrario, et en l’absence de cadre légal pour les familles homoparentales, ces dernière se trouvent de plein fouet frappées par cette insécurité.

    L’antienne nataliste pour objecter de l’impossibilité d’ouvrir le mariage civil aux couples homosexuels ne tient pas face aux réalités des natalités au sein des couples hétérosexuels. Même l’argument de la présomption de paternité dans le cadre du mariage ne tient plus face aux réalités légales, l’égalité entre enfants adultérins, naturels et légitimes étant reconnue, et face aux réalités statistiques : en 2005, plus de 80 % des enfants nés hors mariage ont été reconnus par leur père dès la naissance.

    Les opposants à l’ouverture du mariage civil aux couples homosexuels avancent également pour justifier le choix du contrat d’union civil que le mariage est réservé aux hétérosexuels seuls aptes à procréer et la fonction du mariage ne résiderait que dans l’hypothèse de la constitution d’une filiation. L’argument est fallacieux. Les femmes infertiles comme les hommes stériles devraient à défaut être répudiables, déclarés même comme incapables de pouvoir se marier, et l’absence de progéniture marquerait la nullité du mariage, nullité qui devrait être absolue, les mariés n’ayant pas répondu à l’objectif social de leur union et ce au détriment de la société qui leur a accordé des droits au titre d’une fonction reproductive. A l’inverse que dire de ces inconscients qui procréent et se reproduisent en dehors du mariage qui serait la seule institution également à même de garantir une sécurité juridique pour les enfants ? Doit-on dans ce cas déclarer de plein droit un mariage entre ces parents irresponsables ? On le voit, l’argument de la filiation dans le cadre du mariage ne tient pas ne serait-ce par ce que les qualités reproductives sont indépendantes même de toute filiation. Un homosexuel est-il par essence infertile et une lesbienne est-elle incapable de procréer ?

    Alors où est le cataclisme annoncé du Pacs?

    Répondre
  9. Equipe CV - 26 janvier 2009 15 h 30 min

    @ Lagrange : quelles sont vos sources concernant le « sursuicide »??

    Pour le reste, CV a abondamment traité de ce sujet :
    http://www.christianvanneste.fr/wp-content/uploads/2008/06/11062008-pacs-novelli.pdf
    http://www.christianvanneste.fr/?p=1077

    Répondre
  10. LAGRANGE - 26 janvier 2009 15 h 43 min

    Suffit de lire le baromètre santé 2005 de l’INPES, le ministère de la SAnté avance que « La prévalence des pensées suicidaires dans l’année est de 12,9% chez les homo et bisexuels versus 6,4% chez les hétérosexuels. La prévalence des tentatives de suicide au moins une fois dans la vie est de 7,5% chez les homo et bisexuels versus 2,5% chez les hétérosexuels masculins. » Le ministère cite aussi le rapport issu des travaux préparatoires à l’élaboration du plan Violence et Santé : « 25 % des garçons accueillis pour suicide évoquent leur homosexualité pour la première fois après la tentative. De plus la synthèse de plusieurs études récentes permet de constater que si, chez les 12-25 ans, les sujets homo, bi ou transsexuels représentent 6 % de la population générale masculine, ils constituent 50 % de l’ensemble des garçons décédés par suicide pour la même tranche d’âge ».
    Egalement des travaux sur le sujet ont été largement mené par Eric VErdier ou bien encore le Dr Shelly.
    La Halde, comme la Défenseure des enfants, ont également souligné la surcidalité des jeunes gays et lesbiennes dans leurs recommandations.

    Répondre
  11. seb - 26 janvier 2009 17 h 36 min

    A Monsieur Vanneste :

    Bon, personnellement je ne vois pas trop en quoi le PACS représente une « menace » pour la famille, ou globalement pour la « cellule familiale ».

    Etant chrétien, et…Marié, je n’ai pas la même vision que vous sur le PACS, et personnellement, j’attribue son succès – auprès des Français en général – à d’autres éléments, plus positifs, que ceux que vous mentionnez.

    Vous dites que le PACS a permis aux « gens qui vivent dans un contexte social où la précarité, la peur de l’engagement, l’individualisme forcené » sont forts, de « triompher ».

    Donc, si je comprends bien, pour vous, tous ceux qui font appel au PACS sont des personnes vivant dans la précarité, particulièrement égoistes, et qui auraient peur de s’engager ?

    Alors que tous ceux qui se marient (civilement au moins) seraient des personnes aisées, généreuses, et qui s’engagent pour la vie ?

    Plusieurs éléments, à mon sens, démentent cette vision « stéréotypée » sur le mariage et le PACS :

    La première chose, qui me semble être une évidence, c’est qu’aujourd’hui, lorsqu’on se marie, c’est parce qu’on s’aime. Parce qu’on se sent suffisamment d’affinités communes pour tenter l’aventure à deux.

    Il n’en a pas toujours été ainsi. Le mariage a longtemps été un acte de convenance (il fallait se marier pour faire partie de la « bonne société »), un acte de raison (une fille seule ne pouvait rester célibataire, il lui fallait une protection masculine), un acte d’intérêt (la « dot » de la jeune fille servait à financer les frais d’installation du commerce du mari, par ex)…Sinon un acte hautement politique (dans le cas des têtes couronnées : aucun roi de France n’a, par ex, choisi sa promise (pas plus que la promise ne choisissait son futur)…A l’exception (notable) de…Louis XV)

    Ces « arrangements » ne concernaient pas que la « bourgeoisie ». Mais toute la Société. (Merci Napoléon pour l’autorité paternelle?)

    Ce n’est vraiment qu’à partir de Mai 68, avec la « révolution sexuelle » que le « carcan » rigide a sauté…Avec ses excès (il y en a toujours) et ses insuffisances (idem).

    La « femme » a aussi pris sa place dans une société encore très machiste (et qui le demeure…Notamment dans le domaine politique : n’est ce pas les députés qui appelaient la Première Ministre : La Pompadour?) Et y a gagné son indépendance.

    Tout ceci a fait que la « sécurité » que représentait l’homme, jusqu’ici, et la dépendance de la femme vis à vis de sa famille, et de son futur, a littéralement sauté. Avec une conséquence de poids : là où hier les femmes étaient prêtes à s’adapter à un mari ronchon, qu’elles n’aimaient pas, mais respectaient peut être…Se satisfaisaient du rôle de la femme au foyer, au petit soin pour son époux…Aujourd’hui on a des « femmes libérées » qui s’assument comme telles, et sont donc libres de partir du nid familial à tout moment.

    Résultat normal ? L’Institution du mariage en a pris un coup.

    Les femmes, aujourd’hui, veulent être aimées pour elle même. Et disons le franchement, ne recherchent plus ni un protecteur (financier j’entends) ni un mari bidochon. Elles veulent un homme qui les aime, qui les satisfont, et qui ne se cantonne pas dans un rôle unique : père, mari, amant.

    Or, ceci est évidemment plus difficile à réaliser sur le long terme, que de satisfaire une femme avec une simple protection financière et économique, et quelques mots élogieux sur ses talents de ménagère.

    Rien d’étonnant si « l’engagement » n’en est que plus fort…Et si les couples attendent pour s’unir devant « Monsieur le Maire » ou/et à l’Eglise, par le mariage.

    Par conséquent, pour moi, le PACS ne représente pas une « menace » pour le mariage…Dans le sens où il remplace, grosso modo, pour les éthérosexuels, la période des « fiancailles »…Et modernise celle ci. (Puisque les deux amoureux vivent ensemble avant de l’officialiser (par le mariage) alors que la période de fiançaille consistait à « tester » ses sentiments, notamment par l’absence : les hommes étant assez souvent à la guerre)

    Personnellement, je trouve même que le PACS est, en un sens, une chance pour le mariage, qu’il le rend d’autant plus « solennel »…Car le PACS permet de « vivre à deux » avant de faire vraiment le grand saut.

    C’est sain, dans le sens où l’on n’a pas besoin de se presser, on peut laisser faire le temps, et se découvrir…Et se désunir, si les choses s’avèrent néfastes.

    Pourquoi risquer de tout perdre en se mariant trop vite ? Pourquoi se marier pour de mauvaises raisons ? (Il n’y a pas encore si longtemps, les garçons devaient « réparer » : c’est à dire épouser une fille qu’ils avaient engrossé. Quelle union prolifique pouvaient ils en tirer?)

    En se pacsant, on peut essayer de voir si l’autre ne nous tapera pas trop sur le système. Combien de couples se sont mariés…Et ont divorcé peu après, parce que Monsieur ne supportait pas le temps que Madame passait dans la salle de bain…Tandis que Madame, elle, crisait devant le désordre de son futur ?

    En adoptant les « tics » de son futur, avant le saut final, on peut limiter grandement les échecs d’un mariage…Et cela rend celui ci d’autant plus désirable, que l’on sait, quand enfin on s’unit, que celui ou celle qu’on a choisi est le (la) bon(ne) ! (Tout le monde n’a pas la chance de St Louis et Marguerite de Provence : un coup de foudre réciproque qui durera toute leur vie !!!)

    Pour ma part, ma femme et moi, nous nous sommes mariés après avoir passé deux ans à nous « fréquentez ». Et quand j’ai dit « oui » je savais que c’était pour la vie. Et je ne regrette pas d’avoir attendu.

    Parce que sinon j’aurais pu être déçu. Ce n’est jamais une bonne chose d’épouser un idéal. Quand vous prenez, en revanche, pour femme, celle qui constitue votre élue, celle qui enchantera le reste de votre existence, tout en ayant conscience (ho combien !!!) qu’elle n’est pas parfaite, qu’elle a même d’immenses défauts, mais que vous l’aimez pourtant, peut être justement à cause de ces défauts, alors le mariage a vraiment une signification.

    Vous ne vous contentez pas de donner un anneau à votre promise. Vous ne vous contentez pas de réciter des paroles apprises. Vous ne vous contentez pas de soulever un voile pour apercevoir celle que vous aimez.

    Tout ce que vous faites, vous le faites avec la certitude que ce moment est et restera inoubliable. Que peu importe ce qui vous arrivera par la suite, tant qu’elle sera à votre coté. Vous avez la sensation de réaliser un rêve, et c’est très agréable.

    C’est d’autant plus solennel que tous ceux que vous aimez sont présents. Votre famille, vos amis, vos proches.

    Le mariage ne sert pas à faire des enfants. Mais à protéger leurs droits. Comme le PACS, au fond, à pour but de donner un statut juridique, aux fruits d’une union.

    L’enfant est un acte d’amour (aujourd’hui). Il ne s’agit pas de mariage ou pas de mariage…Il s’agit de donner la vie, ce qui est un miracle en soi. Le faire en se pacsant, ou en se mariant, n’a aucune espèce d’importance.

    Ce qui est important, c’est que l’enfant soit aimé pour ce qu’il est : le meilleur de deux individus de sexe opposé. Et qu’il bénéficie d’une structure familiale : un père, une mère. Les deux devant être attentifs à son avenir.

    Répondre
  12. Sophie - 26 janvier 2009 17 h 44 min

    Il est évident que si le PACS n’avait pas existé, il y aurait eu un peu plus de mariage. Le problème c’est qu’aujourd’hui la peur de l’engagement est trop forte, le PACS constitue donc un bon moyen pour payer moins d’impôt tout en n’ayant pas comme avec le mariage l’obligation de fidélité ! C’est donc tout bénéf ! D’ou l’immense succès du PACS auprès des français et le relatif tassement du mariage…

    C’est pourquoi il me semble que CV (malgré son discours tranchant et tranché) a raison lorsqu’il dit que le mariage est menacé !

    Répondre
  13. Kévin Moreno - 26 janvier 2009 17 h 49 min

    Si l’homosexualité est un choix, cela veut dire que à environ 13/14 ans, nous nous sommes dit ‘ »Tiens, si je choisissais de me faire rejeter par la société et d’aimer les hommes ! Ca peut être amusant !! Comme ça, je risquerai de perdre certains de mes amis, de subir à longueur de journée parfois des « Tapettes … » et des mots bien moins ‘agréables’, de devoir avouer à mes parents que j’aime les hommes, de ne pas pouvoir me marier, de ne pas pouvoir avoir d’enfants, de ne pas être un Homme aux yeux de la lois.  »
    En effet, « Tous les Hommes naissent libres et égaux en droits » … je ne vois pas où est l’égalité ici … .

    Réfléchissez un peu à ce que vous dites, s’il vous plait. Et par pitié, essayez de comprendre qu’on ne choisit pas d’être homosexuel, car bon nombre d’homosexuels auraient préféré être hétérosexuels, c’est bien plus simple à vivre !

    Concernant le PACS, je ne vois pas en quoi il est une menace à la famille … . Parce que vous croyez que la famille repose sur le mariage ? Personnellement, je pense que la famille repose sur toute autre chose. Vous pouvez avoir un père et une mère mariés et ne vous entendre avec aucun membre de votre famille, à l’inverse, vous pouvez avoir un père et une mère pacsés et vous entendre très bien avec toute votre famille. Je pense que la 2nde proposition est bien plus acceptable :).

    Répondre
  14. Ticetac - 26 janvier 2009 18 h 00 min

    Il y aurait beaucoup de choses à dire sur ce qui a été écrit dans les commentaires mais j’avoue que la dernière réaction est celle qui m’amuse le plus !
    Tout d’abord, je pense qu’aujourd’hui l’homosexualité n’est plus un problème : ici tout le monde est d’accord pour dire que chacun fait bien ce qu’il veut ou il veut… ce ne sont que des comportements privés.
    Néanmoins, des problèmes subsistent : en effet, me baladant dans le Marais l’autre jour, je me suis trouvé pris à parti par plusieurs mecs qui m’ont franchement dragouillé, ce qui est très désagréable : aujourd’hui j’estime que je n’ai plus la liberté de me balader là-bas. Vous me parlez d’égalité mais je vous demande ou se trouve la liberté mon cher Kévin?? Il n’est donc pas si simple d’être hétérosexuel, surtout à Paris !

    Pour continuer dans l’absurde, reprenons votre 3ème paragraphe : ah bah ça c’est sûr qu’il vaut mieux vivre dans une famille unie qu’une famille désunie… ce n’est pas avec ce genre d’arguments à la mord-moi-le-noeud que vous allez faire avancer votre cause… pour moi, il vaut mieux qu’un enfant naisse dans une famille avec un père et une mère qui garantit sa stabilité et son épanouissement. Point barre. Le reste n’est que de la bouillie !

    Répondre
  15. Cathy - 27 janvier 2009 0 h 30 min

    Ticetac : je suis lesbienne et je me fais accoster chaque jour dans la rue par des mâles hétérosexuels qui me draguent plus que franchement. Et vas-y que je te matte, et vas-y que je te demande ton numéro, et vas-y que je t’admoneste ou me frotte carrément à toi dans le métro.

    Ai-je encore la liberté de me promener dans la rue ou de prendre le métro tranquillement ? Dois-je encore aller en boîte de nuit où des hommes se collent immanquablement à moi ? Dois-je porter un tatouage sur le front affirmant que je suis lesbienne -à compter que ça n’excite pas encore plus ces chers mâles hétéro- ? Dans ce cas, pourquoi n’en porteriez-vous pas vous-même un ? Car je suis certaine qu’avec un beau « 100% hétéro » gravé sur le front, personne ne vous embêterait, même dans le Marais !

    Ou alors est-ce simplement moins choquant pour vous une homo draguée par des hétéro qu’un hétéro dragué par des homos ?

    « Il n’est pas si simple d’être hétérosexuel ». Vraiment ? Vous voulez ma peau ?

    Répondre
  16. vincent - 27 janvier 2009 1 h 24 min

    L’homosexualité, UN CHOIX??? Si c’était le cas, ca ferait longtemps que j’aurais choisi d’être hétérosexuel, pour ne pas à avoir à souffrir de l’homophobie qui nous entoure, pour ne pas vivre isolé, me mentant à moi même… Je REVE d’être hétérosexuel mais je ne peux pas, c’est plus fort que moi. Je n’ai pourtant pas demandé à être attiré par des personnes du même sexe. Vous croyez vraiment que l’on « choisit » d’être homosexuel, de vivre caché car sa famille et ses amis ne l’accepteraient pas et de résister à l’envie de se suicider?? Monsieur Vanneste, est-ce que vous avez choisi d’être hétérosexuel, d’être attiré par les femmes? Je suis profondément DEGOUTE par vos propos. Je souffre comme vous ne pouvez pas l’imaginer, et comme vous ne pouvez pas imaginer combien souffrent beaucoup de jeunes homosexuels qui pensent au suicide. Je ne veux pas comparer ca à une maladie, mais c’est comme si vous monsieur Vanneste, vous souffriez de la maladie d’alzeimer et que vous l’auriez choisi! Vous croyez sincèrement que l’on choisit d’être homosexuel, comme on choisit notre sexe, ou comme on choisit d’être dépressif ou d’avoir la maladie d’alzeimer?

    Répondre
  17. Charles - 27 janvier 2009 1 h 51 min

    À Ticetac

    «Néanmoins, des problèmes subsistent : en effet, me baladant dans le Marais l’autre jour, je me suis trouvé pris à parti par plusieurs mecs qui m’ont franchement dragouillé, ce qui est très désagréable : aujourd’hui j’estime que je n’ai plus la liberté de me balader là-bas.»
    Et où les homosexuels iraient-ils draguer à Paris?

    Croyez que cette ghetoïsation de ce quartier se soit fait comme ça? N’est-il pas normal que des personnes puissent vivre leur vie tranquillement et flirter avec d’autres personnes comme eux sans manquer de se faire agresser verbalement ou physiquement.
    De plus, rien ne vous empêche de dire non….

    «pour moi, il vaut mieux qu’un enfant naisse dans une famille avec un père et une mère qui garantit sa stabilité et son épanouissement. Point barre. Le reste n’est que de la bouillie !».
    Je vous conseille d’ouvrir les yeux. L’une des familles les plus heureuses et épanouies de mon ancien quartier était homoparentale.

    Je me demande quels sont les arguments scientifiques et philosohiques qui amènent M. Vanneste à considérer que l’homosexualité est un choix.

    M. Vanneste fait appel au bon sens et devrait faire attention: comment le bon sens pourrait-il justifier des discriminations arbitraires à une minorité dans une société démocratique même dans l’intérêt (hypothétique) de la société.

    Répondre
  18. Gilles - 27 janvier 2009 9 h 45 min

    Monsieur le Député,
    Je partage pleinement votre point de vue que vous avez publié dans le JDD à propos du PACS.
    Le bilan est en effet terrifiant celui d’avoir banalisé ce contrat au même titre que le mariage.
    Et merçi à notre président d’avoir aligné le régime fiscal du PACS sur celui du mariage !
    Cela a légitimé cette funeste évolution au point redoutable où nous en sommes.
    Et quelle hypocrisie complète (7% de contrats pour homosexuels !).
    Les générations futures nous demanderont des comptes.
    A quand une droite décomplexée sur les questions de société ?
    Merçi de m’avoir lu.
    Rececez, Monsieur le Député, l’assurance de ma sincère considération.

    Répondre
  19. seb - 27 janvier 2009 11 h 47 min

    A Kevin Moreno,

    Il est écrit dans notre Constitution – Déclaration de 1789 – la chose suivante :

    « Article premier

    Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. »

    Il n’est pas ici question d’égalitarisme…Mais d’égalité en droit…Devant la Justice, l’Etat, la Société.

    La France – car il s’agit bien ici de la France, et non d’un régime particulier – vous assure donc la garantie d’une égalité du Droit entre tous les citoyens Français…Et plus largement entre tous les Hommes.

    Or, dans la situation présente, cette égalité en Droit, vous est reconnu…Puisque le PACS confère aux individus qui l’utilisent…Les mêmes droits sociaux, juridiques, qu’à un couple marié.

    La situation précédant le PACS était inégalitaire dans le sens où le mariage, tant civile que religieux, était refusé à certaines catégories de Français, en raison de leur tendance sexuelle.

    Il y avait donc inégalité en Droit, entre les citoyens, au sens où les avantages conférés par la situation du mariage, étaient impossibles à obtenir si l’on était pas éthérosexuel. (Sauf à tricher, en épousant une amie…Pour avoir les avantages du mariage (au niveau fiscal notamment)…Tout en vivant une relation extraconjugale plus en phase avec ses tendances sexuelles)

    Le PACS a modifié cette situation, puisqu’aujourd’hui, les couples mariés, comme les couples pacsés – hormis dans quelques cas particuliers – bénéficient d’une protection juridique similaire, et d’avantages fiscaux de portée équivalente.

    Il y a donc égalité en droit…Hormis sur certains points, comme par ex la question de la séparation : il est plus difficile de divorcer que de se « dépacser » par ex.

    Si vous estimez que les couples pacsés n’ont pas les mêmes droits – au niveau social et juridique, et fiscal – qu’un couple marié, rien ne vous empêche, demain (ou aujourd’hui?) de faire un procès à l’Etat en demandant le respect de la Déclaration de 1789.

    Vous aurez gain de cause, puisqu’en la circonstance celle ci est supérieure à toute loi, et qu’elle a le mérite d’être, en général, assez claire.

    Vous pourriez également faire appel à la directive anti discrimination, votée récemment par le Parlement, qui interdit toute discrimination en raison du sexe, de la tendance politique, etc.

    Une directive étant supérieure, en droit, à une loi nationale – mais pas à la Constitution et encore moins à la Déclaration de 1789 (dixit le Conseil Constitutionnel : voir ses analyses sur le TCE) vous aurez, là encore, gain de cause…D’autant que vous serez soutenu par un milliard d’associations diverses et variées.

    Maintenant, si vous demandez à ce que les couples éthérosexuels comme homosexuels puissent passer devant « Monsieur le Maire » sinon devant « Monsieur le curé »…Les choses seront plus délicates.

    Car vous ne pourrez pas fonder votre demande sur un problème d’égalité en droits…Le PACS y mettant fin.

    Vous ne pourrez pas non plus estimer qu’il s’agit d’une discrimination…Puisque le « mariage » n’est pas un « droit »…Mais un « sacrement ».

    Il relève, dès lors, bien plus de la vision de la Société, et des dogmes religieux d’un Peuple.

    Je vois mal comment vous pourriez mettre le Pape sur le banc des accusés – ou l’Eglise – puisque se faisant vous accuseriez la « parole divine » de…Discrimination.

    En partant du principe que vous y arriviez, vous n’obtiendriez sans doute pas gain de cause. Car le « mariage » en tant que sacrement, a une portée religieuse…Et sauf à entraver la liberté des chrétiens de vivre leur foi comme ils l’entendent…Ce qui vous mettrait immédiatement sous le coup d’un autre article de la Déclaration « la liberté des uns s’arrêtent là où commencent celle des autres »…Je vois mal ce que vous pourriez faire.

    Reste que vous pourriez utiliser un autre article de la Déclaration, pour obtenir, au moins, l’égalité du « mariage » civile, entre les citoyens…Quelque soit le sexe des individus :

    « Article 5
    La loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n’est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas. »

    Y a t il une loi qui INTERDIT le mariage civile entre deux individus de même sexe ? Je ne crois pas.

    Dès lors…Si ce qui n’est pas interdit par la loi, est autorisé…Légalement vous pouvez demain demander à un maire de vous mariez avec un individu du même sexe.

    Tout en sachant qu’il pourra y avoir des complications…

    Car si le Parlement pourra difficilement interdire le mariage entre individus de même sexe…Car dans l’éventualité où il le ferait, il lui faudrait prouver que le mariage entre individus de même sexe « est (et non « pourrait être ») nuisible à la Société »…En revanche, il pourrait s’appuyer sur l’article 1er…Et expliquer que le « mariage » est non pas interdit (foncièrement) aux individus de même sexe…Mais qu’il est monopolisé par les couples éthéro…Pour des raisons « d’utilités communes » à la Société.

    En partant du principe que le PACS règle l’égalité en droits…Le Parlement pourrait ainsi obtenir gain de cause.

    Surtout qu’il reste une dernière carte à jouer : le référendum.

    Si le Président, ou le Parlement, faisait appel aux citoyens pour trancher cette délicate question, il n’est pas certain que votre cause passe avant celle de la famille traditionnaliste, et le « mariage » consacré comme une « union d’un homme ET d’une femme » depuis…Napoléon.

    Répondre
  20. Valdo Lydeker - 27 janvier 2009 12 h 42 min

    On est en droit total, n’en déplaisent aux conservateurs, de trouver le mariage une institution totalement inutile, et dépourvue d’intérêt à notre époque. j’espère que comme les préjugés homophobes, et les religions, il mourra de sa belle mort…

    Répondre
  21. seb - 27 janvier 2009 15 h 11 min

    A Valdo Lydeker :

    Vous êtes parfaitement en droit de trouver le mariage inutile, et de vouloir sa « mort ».

    Comme Monsieur Vanneste, et moi même, sommes en droit de vouloir le promouvoir, et de considérer qu’il peut être utile, non pas tant pour des raisons juridiques ou de maintien de la cellule familale…Mais pour des raisons liées à l’engagement.

    Vous trouvez le sacrement du mariage désuet…Fort bien. La liberté d’expression vous autorise à dire ce qui vous plait.

    Je peux trouver, pour ma part, très bien le mariage…Et apprécier la religion catholique…Et notamment la personne du Christ…En dépit des multiples défauts de ceux ci.

    Vous souhaitez la disparition des préjugés « homophobes » ? Je souhaite qu’il en soit de même pour vos préjugés anti mariage…Et anti religion.

    Toute chose a ses défauts et ses qualités. Ne jugeons pas sans connaitre.

    Je ne suis pas à votre place, je ne me permets donc pas de juger vos aspirations qu’elles soient de nature sexuelle, politique, ethnique, etc.

    Vous n’avez jamais vécu une cérémonie de mariage, en tant que marié…Vous ne pouvez donc comprendre le moment vécu par un couple lors de cette union…Que celle ci se fasse devant Monsieur le Maire (donc devant la France) ou devant Monsieur le curé (donc devant Dieu) sinon les deux.

    A mon sens, le mariage n’est pas plus obsolète, ni dépourvu d’intérêt, que la Déclaration de 1789…Laquelle, vous confère, comme à tous les citoyens, une égalité en droits, et de nombreux avantages et avancées…Qui sont toujours aussi révolutionnaires qu’au moment où ils ont été écrits.

    Répondre
  22. L Word - 27 janvier 2009 21 h 05 min

    On ne choisit pas d’être homo, c’est une évidence car les victimes c’est nous puisque notre visibilité est agressée, alors que l’on ne veut pas plus que vous les hétéros mais certainement pas moins! et on n’est pas plus obscènes que certains couples hétéros qui, dans la rue, sont d’une indécence…pas le simple baisier mais les pelles (pas très sensuel tout ça) devant les gamins et les petits vieux!
    Nous voulons être respecter comme le reste des citoyens, donc reconnus!
    Quel homophobe honnête voudrais être agressé comme nous pouvons l’être; simplement parce que nous Aimons une personne de même « revêtement extérieur » que nous?

    Quand au ghetto du Marais, c’est l’un des rares endroits de France où l’on peut se promener à ciel ouvert avec son amour sans se faire agresser par des criminels homophobes! c’est grave ça à notre époque….on est loin du modèle hollandais 🙁

    Enfin, pacs, mariage ou union libre, chacun est libre (sauf nous pour le mariage, enfin à court terme j’espère). Pourquoi les réacs mâtinés de bigotisme (je suis croyante fervente, homo mais pas bigote se mêlant de la vie privée des autres) veulent-ils régenter la vie privée??? nous sommes un pays laïc où la vie privée est « sacrée » non?

    Répondre
  23. Thibault Loosveld - 27 janvier 2009 22 h 35 min

    Le 26 novembre 2008, Jean-Luc Delarue orchestrait une représentation intitulée  » Ils ne pensaient pas devenir homosexuels un jour . » Le premier figurant y déclarait être devenu homosexuel car il s’était senti très proche de son meilleur ami et en a donc déduit qu’il devait avoir des rapports sexuels avec lui. Une autre affirmait avoir  » rencontré une femme sur internet  » puis  » avoir passé la nuit avec elle mais sans qu’il ne se soit rien passé . » En somme, elles ont toutes les deux appris récemment à utiliser leurs micro-ordinateurs.

    Je ne serai pas surpris que ce Monsieur Delarue soit opposé à la réforme de l’audiovisuel car ses tartuferies seront sans doute les premières à être déprogrammées.

    Répondre
  24. Charles - 28 janvier 2009 1 h 22 min

    À Seb:

    «Laquelle, vous confère, comme à tous les citoyens, une égalité en droits, et de nombreux avantages et avancées…Qui sont toujours aussi révolutionnaires qu’au moment où ils ont été écrits.»

    Il me semble que malheureusement cette égalité n’existe ni dans les textes (à part la déclaration) ni dans les faits sur de nombreux points (familliaux, patrimoniaux, nationalités…)

    Concernant le mariage, il me semble que le seul réalisé en France ai été annulé et que la France ne reconnait même pas les contrats et mariages étrangers (en tout cas l’union civile anglaise et le mariage gay belge).

    Répondre
  25. Laure - 28 janvier 2009 18 h 13 min

    Ce que je ne comprends pas, c’est qu’il est évident que le pacs a été conçu pour offrir un cadre juridique aux personnes homosexuelles, soit 3 à 5% de la population (cf rapport de l’ied sur la sexualité des français). Bref, le gouvernement Jospin, afin de ne pas tomber dans de l’hétéro-phobie (sic!) -et surtout parceque le texte aurait alors été anticonstitutionnel vu que notre constitution ne reconnait aucune communauté-, l’a ouvert également aux hétéros.

    Il était donc particulièrement prévisible que ce serait les hétéros qui se pacseraient plus que les homos : ce qui dévalorisent de fait le mariage. Aujourd’hui plus de 93% des pacsés sont hétéros or ceux-ci le choisissent avant tout pour les dispositions fiscales et pour la facilité de rupture du contrat (ce qui est plus difficile avec le mariage ou en tout cas plus contraignant).

    Donc hausse des pacs hétéros, stabilité voire baisse des mariages = preuve que CV a raison quand il dit que le pacs est une absurdité !

    Je ne suis pas mariée et je considère le mariage comme dépassé mais j’estime qu’il doit rester le seul et unique contrat entre un homme et une femme et que le pacs doit être supprimé car il constitue un sous-mariage qui se trouve être de surcroît instable mais il correspond assez bien à notre époque de l’éphémère et du superficiel….

    bon courage monsieur le député dans vos oeuvres !

    Répondre
  26. L Word - 28 janvier 2009 20 h 56 min

    Laure, que préconisez-vous alors comme contrat équitable pour les homos? ne me dites-pas que nous devons rester citoyens de seconde zone?
    Si vous êtes objective, si vous êtes Humaine et accessoirement chrétienne (ou autre foi), vous ne nous rejetez pas intégralement? je veux dire en tant que groupe ou genre? après l’on trouve les mêmes « avaries » humaines, quel que soit le genre humain…

    Je cite le premier Maire de France (Bertrand Delanoë), dix ans plus tôt, en plein débat sur le pacs :
    «Je sais qu’il y a dans notre société des millions de femmes et d’hommes qui vivent mal cette discrimination, le fait qu’ils ont l’impression de ne pas être tout à fait égaux, et puis que parfois aussi dans leur vie familiale personnelle, ça pose beaucoup de problèmes. Il y a la solitude, la différence, presque ce que certains voudraient considérer comme une culpabilité (…) je me suis dit peut-être que si je banalise un peu, peut-être que si je réclame pour tous le droit à l’indifférence, sans me prendre pour plus important que je ne suis, peut-être que j’apporterai un petit quelque chose. Peut-être que je suis assez banal pour que le fait qu’on sache que je suis homosexuel, ça puisse rendre les choses plus simples pour d’autres gens, j’en sais rien… en tout cas c’est dans cet esprit que je le fais.»

    Voilà, nous sommes contre les ghettos et le communautarisme (quoiqu’il existe des extrêmistes chez comme dans tous les genres humains avec la provoc en prime) mais nous y sommes contraints par la bêtise méchante appelée racisme ailleurs et homophobie pour nous.
    Et question tendances politiques, nous sommes EVIDEMMENT partout et je trouve courageux les homos de droite parce qu’à part le fait d’être homos (vie privée) ils sont comme CV pour le reste, la sphère publique.
    Moi, je suis centriste (Bayrou) par défaut tant les antagonismes droite/gauche sont stupidement manichéens et m’exaspèrent! je vote avant tout par respect pour nos ancêtres et pour tous ceux sur cette Terre qui n’ont pas ce qui est un luxe HELAS! mais je n’y trouve pas mon bonheur, je fais avec les meilleures volontés de tous bords et je ne rejette pas CV alors qu’il n’est pas ma tasse de thé mais à part son obstination envers les homos confinant à l’homophobie limite, il a souvent de bonnes solutions et jamais je ne dirai de lui que c’est un « facho », mot tellement galvaudé pour stigmatiser et buter en touche! le politiquement correct est nécessaire face aux extrêmes et comme épée de Damoclès…seulement nous en arrivons à ne plus communiquer! j’essaye de le faire et je le remercie de ne pas censurer ses « ennemis » politiques. Il n’est pas un mauvais bougre, ni même la Christine Boutin ou encore De Villiers mais ils nous chargent en mettant tous les homos dans le même sac (et Dieu sait que c’est dur pour nous, surtout quand on est comme moi chrétienne et homo : rejetée par les athéegristes et par les intégristes religieux, quel « sport » dont je me passerai bien!)) et face aux faibles esprits qui ne demandent qu’à ce qu’on alimentent leur moulin de haine et d’ignorance, j’ai légitimement peur et je suis légitimement révoltée!

    Merci de me lire, c’est peut-être un coup d’épée dans l’eau mais je veux témoigner avant tout de la complexité de la diversité humaine 🙂

    Répondre
  27. seb - 28 janvier 2009 23 h 01 min

    A Charles et L World : merci pour vos propos mesurés et respectueux.

    Généralement, quand on se lance dans ce genre de débats, tout le monde défend son beefsteak et n’écoute pas l’autre.

    Merci donc…Particulièrement à Charles, qui a fait l’effort de me lire (je sais que mes posts sont en général assez long)

    Pour en revenir au PACS, comme je l’ai dit dans un post précédent, je ne pense pas qu’il « dévalorise » le mariage…Mais qu’il le retarde.

    Et en un sens, rien de plus normal, puisque les femmes sont émancipées, et que l’on entre plus tardivement dans le monde du travail, ce qui retarde d’autant plus l’union de deux êtres, et la possibilité d’enfants.

    Pour moi, le PACS c’est ce qui a remplacé – pour les couples éthéro – la période dite des « fiançailles ».

    Je trouve même qu’en un sens cela permet de tester la vie à deux (ou à trois ou quatre : si enfants il y a) avant de sauter le pas.

    Et comme le montre toutes les stats, quand on se marie trop tôt, ou sur un coup de tête, il y a 10 fois plus de chance de divorcer que si l’on passe par le PACS (ou pas : on peut vivre ensemble sans se pacser) avant de sauter le pas.

    Le PACS me semble une bonne solution en matière d’égalité, dans le sens où l’on a rapproché, petit à petit, les avantages du mariage de ceux du PACS.

    La situation était néfaste, auparavant, parce que les personnes vivant ensemble, mais étant de même sexe, ne pouvaient pas profiter des avantages du mariage…Ce cadre institutionnel étant réservé (selon le droit français) aux couples tels que le Code Napoléon les définissaient : unions d’un homme et d’une femme.

    Il y avait donc une véritable discrimination, en raison du sexe des individus, puisque une partie des Français (que ce soit la majorité des couples n’est pas la question, la loi devant être la même pour tout le monde sans discrimination d’aucune sorte) se voyait écarté d’avantages liés à un statut juridique en raison de leur préférence sexuelle.

    A cet égard, le PACS me parait avoir été une idée judicieuse, au sens ou non seulement il a mis (avec un peu de temps : il a fallu laisser le temps aux députés et sénateurs d’améliorer petit à petit les dispositions du PACS) fin à cette discrimination, mais n’a pas entamé – c’est du moins mon avis – le sacrement du mariage.

    En raison des contraintes plus fortes liés au mariage, on voit bien – c’est du moins mon avis – que le PACS ne représente qu’un palier, nullement une finalité.

    Le mariage engage beaucoup plus, non seulement parce qu’il exige une maturité plus forte (il y a un âge légal pour se marier…Alors qu’il n’y en a pas (il me semble) pour le PACS) mais aussi un sens des responsabilités (je ne dis pas que les pacsés sont irresponsables…Simplement, il est certain que la souplesse du PACS fait qu’il est beaucoup plus simple de se pacser et de se dépacser que de se marier et de divorcer) et une certitude (dire « oui » n’est pas un acte anodin)

    A ce titre, je comprends un peu que les homosexuels (hommes ou femmes) soient un peu frustrés de se voir refuser le second palier.

    Pour autant, le « mariage » est avant tout un sacrement catholique, chrétien, inventé par l’Eglise. Et celle ci considère l’homosexualité comme une « déviance » et lie le mariage à la seule union d’un homme et d’une femme devant Dieu.

    C’est pourquoi le terme « mariage » pour désigner des unions, disons plus poussées, entre des individus de même sexe me gène un peu. Peut être conviendrait il de trouver un terme plus « agréable » à l’oreille que le mot « PACS » pour désigner celles ci, dans notre beau pays.

    Ce que je souhaiterais savoir – et peut être voudrez vous bien me répondre – c’est si c’est sur le plan juridique (avantages fiscaux par ex, situation du concubin par rapport au conjoint, en cas de mort de l’autre concubin ou conjoint) que vous voudriez des améliorations…Ou si c’est sur le plan de la solennité que vous estimez être des citoyens de « deuxième zone ».

    S’il s’agit d’un problème juridique, lié à une forme de discrimination, reposant sur des avantages supérieurs pour le mariage, au détriment du PACS, les choses peuvent vite être réglées.

    En effet, il vous suffira de demander, en tant que concubin, a bénéficié des mêmes droits qu’un conjoint, lors du mariage.

    La loi étant inférieure à la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 (dixit le Conseil Constitutionnel) il vous suffira de faire appel à son article 1er pour obtenir satisfaction, éventuellement en ayant recour au Conseil Constitutionnel pour obtenir validation de votre demande.

    Le « mariage » vous étant refusé…Et le PACS annulant la discrimination qui existait précédemment…Votre demande (au demeurant assez sage) ne pourra être contesté par le législateur…Ou le Conseil Constitutionnel, que sur un point : la question de « l’utilité commune ».

    S’il s’agit d’un problème de « reconnaissance » de votre engagement, en tant que tel, les choses sont plus délicates, dans le sens où, comme dit précédemment, le « mariage » est une invention du droit canonique, certes repris par la Convention qui en fit un acte civil, mais une invention de l’Eglise catholique tout de même.

    A ce titre, le terme « mariage » pourrait ne pas être accordé, au sens où l’Eglise a, d’une certaine manière, un « droit d’auteur », sur ce mot, et que ce dernier a dès lors un sens particulier pour les catholiques.

    En revanche, le caractère solennel d’un PACS nouvelle génération, pourrait être renforcé…Sans que cela nuise, pour autant, au mariage en tant que tel. Même si l’impact sera plus fort que le PACS actuel, puisqu’on passerait d’un PACS fiançaille à un PACS entre deux.

    Répondre
  28. Bernadou Christian - 29 janvier 2009 2 h 05 min

    Mariés depuis 35 ans en mars prochain, nous envisageons de divorcer par consentement mutuel. Le divorce prononcé, nous nous pacserons alors. Le principe de fidélité aura été respecté, les procédures légales également, mais l’état civil aura changé.

    Ne croyant plus aux valeurs de cette vieille institution trop rigide et contraignante, j’adhère totalement au nouveau concept d’union que représente le pacs.

    J’ai donc engagé une procédure en ce sens auprès de notre avocat et questionné le JAF. Pour être serein, j’ai besoin de ne plus porter ce lourd statut des siècles passés et épouser l’innovation du siècle actuel.

    C’est un cheminement inverse à celui du pacs vers le mariage, en fait que nous allons opérer.

    Répondre
  29. L WORD - 31 janvier 2009 21 h 16 min

    C’est vrai Seb que je ne suis pas toujours patiente pour lire de longs textes alors que je suis une grande bavarde qui n’écoute pas assez les autres…je le sais mais c’est terrible je n’arrive pas encore à corriger ce problème!

    Moi aussi je suis chrétienne et…homo mais aussi laïque dans la sphère publique, respect de tous les citoyens oblige! et c’est tant mieux!
    Au niveau religieux, j’apprécie beaucoup les prêtres catholiques qui acceptent -à titre personnel et non au nom de l’église catholique institutionnelle- de bénir des pacs homos. Ca me réchauffe l’âme car je connais des homos fervents catholiques qui s’occupent de nettoyer les églises, les cimetières, travailler gratuitement et avec amour pour les basses tâches/corvées biens indispensables! leur Amour est VRAI, ils sont malheureux de l’homophobie en général mais ils sont encore plus malheureux d’être rejetés (sans être excommuniés Dieu merci!) par leur Eglise et surtout par les fondamentalistes JUSTE parce qu’homos!
    Alors à ce niveau religieux, nous les homos chrétiens pouvont comprendre que le mariage a une visée procréatrice « directe » mais au moins que l’Eglise bénisse nos unions d’amour (je ne parle pas au nom des homos non croyants ou non chrétiens).

    Seulement, nous sommes non seulement en république laïque mais surtout c’est au niveau civil que tous les citoyens doivent être égaux questions droits et devoirs, le système le plus objectif au monde !

    Alors, je souhaite que nous ayons enfin les mêmes droits et pas seulement les mêmes devoirs! avoir plus de devoirs que les autres, n’est-ce pas digne d’une dictature discriminatoire?

    Le mariage homo existe dans nombre de pays alliés à la France, pourquoi pas chez nous « antique » pays des droits de l’Homme? ce n’est qu’au niveau civil pas religieux, alors pourquoi tant de haine envers nous? en tant que couples, nous avons les mêmes bonheurs et les mêmes emmerdes!

    Et même si on ne veut simplement pas nous accoler le mot « mariage »…PACS ou CUC ce n’est vraiment pas romantique! je ne vais pas dire à mes parents adorés…je vous présente mon « CUC » ou mon « PACS », non je vous présente ma femme, mon épouse, simplement.

    Merci de m’avoir lu et bon WE!

    Répondre
  30. L Word - 4 février 2009 21 h 21 min

    Je persiste malgré l’entêtement de CV contre nos droits de dire que ce monsieur est parfois de bon sens sur l’ensemble de ses opinions politiques et sociétales (j’ai parcouru son site).

    Je le préfère même de loin à De Villiers même si ce dernier aussi abrupte soit-il ne souhaite pas notre disparation et nous protégerait quand même face à la bêtise criminelle des abrutis qui veulent nous faire la peau… littéralement :(.
    Quant à Christine Boutin, elle est profondément humaine et chrétienne sur le terrain social, chapeau! sur nous, elle a mis de « l’eau dans son vin » mais reste inflexible…bon, je ne la rejette pas pour autant même si cela m’énerve, c’est une bonne âme quand même avec ses opinions…nous sommes en démocratie.

    Mais je persiste aussi avec « mon bon sens égalitaire » quant aux droits et aux devoirs (les uns ne vont pas sans les autres malgré le laxisme de mes amis trop gauchistes) et face à la décision scandaleuse du Conseil Général de la Franche-Comté à propos d’une instit lesbienne voulant adopter, je proteste avec véhémence mais sans violence. En effet, je hais la violence, arme des faibles sans arguments et je suis contre la peine capitale non pas en tant que laïque seulement mais avant tout en tant que chrétienne, notre vieux curé -retourné à Dieu- m’ayant convaincu de bonne heure sur le fait que seul Dieu reprend la vie ! même Hitler a été un être humain avant de choisir sa funeste destinée.

    Si cette femme était immature ou égoiste ou simplement stupide…OK!
    Ce n’est pas le cas! je n’accepte que le refus au cas par cas, JAMAIS sur un groupe, un genre, une minorité!
    CV, vous êtes humain -je le crois- et vous êtes aussi chrétien, alors pourquoi nous rejeter « en bloc » sur les questions du mariage ou de l’adoption? il existe non pas des erreurs humaines (ce serait de l’eugénisme) mais des gens imparfaits partout quelles que soient leurs sexe, leurs origines ethniques ou religieuses, leur orientations sexuelles qu’ils n’ont PAS CHOISI, c’est juste une question d’évolution comportementale qui en réfère à notre niveau d’évolution de COEUR : nul besoin d’être intello (tant de vilains intellos opportunistes sont égoistes donc discriminants) ou croyants (trop d’intégristes préférant la lettre à l’esprit…Jésus a toujours raison sur ces « scribes et phaarisiens » car cela est a-temporel).

    J’arrête là car je suis trop bavarde (mais jamais sur la superficialité en notre monde trop matérialiste consumériste stupide et criminel).

    J’aimerais avoir votre opinion Monsieur Vanneste par rapport à mes propos mais pas seulement…la vanité de l’ égo me répugne, je ne suis qu’une simple citoyenne et c’est très bien ainsi.
    Je veux juste savoir si vous considérez toujours TOUS les homos comme incompétents quant au mariage et la maternité/paternité. Je vous remercie de ne pas nous censurer, après tout vous pourriez rester dans le même club avec des gens qui vous approuvent entièrement…mais vous nous laisser tous parler…alors la balle est dans votre camp!

    Bonne nuit à tous!

    (je vous donne une autre adresse mail pour ne pas impotuner ma compagne avec laquelle je ne suis pas pacsée et encore moins mariée ).

    Répondre
  31. Christian Vanneste - 5 février 2009 0 h 46 min

    @ L Word : Merci pour votre message. Vous qui êtes chrétienne, je vais donc tenir un raisonnement chrétien. L’Eglise, et ce depuis Saint Augustin, fait la distinction entre les hommes et les comportements. Ainsi, ce grand saint disait « je hais le péché mais j’aime le pêcheur ». Le catéchisme de l’Eglise catholique ne dit pas autre chose : c’est ainsi qu’il est obligatoire pour tous chrétiens charitables d’accueillir toutes les personnes sans aucune distinction.
    Ma pensée est pleinement en accord avec cette conception. Je n’ai jamais prétendu détenir la Vérité mais j’estime avoir le droit de m’exprimer.
    Pour moi, le mariage civil doit être réservé à une union entre un homme et une femme. Ensuite, chacun fait ce qu’il veut dans ses comportements privés : l’Etat n’a pas à intervenir.
    Restant à votre disposition,

    Répondre
  32. L WORD - 5 février 2009 12 h 06 min

    Merci mais je ne me considère pas pécheresse par rapport à mon homosexualité que je n’ai pas choisi (à moins d’être masochiste quant aux souffrances homophobes, tant en paroles qu’en actes) mais par rapport à des défauts comportementaux tels que parfois l’orgueil, le fait de pester souvent, d’être bavarde et trop « bonne vivante ».
    Religieusement, je me suis exprimée sur les bénédictions données par des prêtres de l’Eglise catholique à titre personnel et je les remercie encore, cela évite la fuite vers les églises protestantes (que je respecte aussi).
    Civilement, je suis d’accord pour garder le mot « mariage » aux couples hétéros mais que nous puissions bénéficier des mêmes droits et devoirs et il faudra trouver un terme autres que Pacs ou Cuc 🙁
    Simplement, pour que cesse ces 2 poids 2 mesures qui font penser à certains que nous vivons une forme d’apartheid et qui surtout nous font souffrir alors que nous n’avons rien fait de mal et que nous ne voulons pas plus que les autres, juste le droit à l’indifférence (au sens « positif » du terme) comme le rappelait Bertrand Delanöe.

    Répondre
  33. Pingback: Têtu blogs - Pas de rose sans épine - L’étape du pacs

  34. Thibault Loosveld - 3 novembre 2011 11 h 04 min

    Hier, le juge aux affaires familiales de Bayonne a reconnu à deux femmes pacsées l’autorité parentale conjointe sur les jumelles mises au monde par l’une d’elle au motif que le couple est stable alors même qu’un pacsé a le droit de répudiation.

    Répondre

Exprimez vous!