6 commentaires

  1. Michel - 25 décembre 2008 7 h 50 min

    A vous également, une sainte et joyeuse fête de Noël!
    Bonne continuation dans tout ce que vous entreprenez pour le bien et le vrai!

    Répondre
  2. seb - 26 décembre 2008 16 h 51 min

    Avec un peu de retard, joyeux Noel !!!! J’espère que vous avez été bien gâté !!!! (Et vos enfants aussi s’ils ont été sages)

    Joyeuses fêtes de fin d’année !!!!

    Répondre
  3. chrysogone - 27 décembre 2008 13 h 31 min

    Bon & saint Noël
    avec le regret de voir un sapin en image plutôt qu’une crèche…

    Répondre
  4. Thibault Loosveld - 27 décembre 2008 20 h 43 min

    La municipalité de Tourcoing a engagé 60.000 Euros pour la célébration de trois fêtes de fin d’année, la dernière étant le solstice d’hiver.
    Comment s’appellent les régimes qui, au XXème siècle, ont voulu effacer la culture judéo-chrétienne et revenir à des rites païens ? Réponse: le communisme et son proche cousin le national socialisme.

    Répondre
  5. seb - 30 décembre 2008 18 h 31 min

    Monsieur Vanneste, vous opposerez vous à la « discrimination positive » à l’américaine, voulue par Monsieur Sarkozy ?

    J’ai pris la peine – comme je l’espère vous aussi – de lire dans son intégralité le discours de Monsieur Sarkozy sur la « diversité », mais aussi de prendre connaissance des premières déclarations du « commissaire » à la diversité. (Au passage, pourriez vous m’expliquez ce qu’est un « commissaire » : j’ai beau avoir cherché, je n’ai trouvé que deux définitions : la première est celle d’origine française, qui renvoie à quelqu’un qui fait partie d’une commission, dont le rôle est uniquement consultatif ; la deuxième est d’origine « bruxelloise » et fait référence aux membres de la Commission Européenne, qui a une fonction exécutive. Quel est donc le « statut » du « commissaire » à la diversité : s’agit il d’un Ministre sans le nom ? D’un Secrétaire d’Etat sans le nom ? Dans les deux cas, des « fonctionnaires ». Ou bien est ce un « conseiller » du Président de la République…Qui adore visiblement inventer de nouveau titre, comme par ex le « secrétaire général de l’Elysée » une fonction qui n’a pas d’existence juridique…Serait ce donc pour cacher aux citoyens que le Gouvernement resserré était une promesse qui n’engageait que ceux qui y ont cru ?)

    Or, force est de constater que tout ceci va à l’encontre des valeurs républicaines françaises, telles que vous les énoncez pourtant assez souvent : « promotion de l’effort, promotion du courage, tolérance, et talent ».

    Car que propose Monsieur Sarkozy ? Et son « commissaire » à la « diversité » (terme on ne peut plus flou au passage.) ?

    –Tout d’abord d’introduire dans notre pays le concept de « discrimination positive » tel qu’il est conçu de l’autre coté de l’Atlantique. C’est à dire comme une politique raciale en faveur des gens dits « de couleur ». Par ex, obligation dans les séries américaines d’avoir un certain quota de Noirs.

    Si aujourd’hui la France n’a pas une telle politique raciale, c’est parce que le préambule de sa Constitution l’interdit, en particulier la Déclaration de 1789, qui a non seulement valeur constitutionnelle, mais est par ailleurs non révisable…Comme semble l’oublier les parlementaires ainsi que Monsieur Sarkozy. Rappelons – car l’amnésie semble importante – que la Déclaration de 1789 proclame des droits INALIENABLES (synonyme : non révisables, qu’on ne peut altérer), SACRES, et NATURELS, pour l’Homme et pour le Citoyen. Il en résulte donc que cette Déclaration ne saurait être révisée…Même si Monsieur Sarkozy l’estime « hors du coup ». Seuls les citoyens ont ce pouvoir de violer la Déclaration : l’article 16 explique parfaitement qu’une violation de la Déclaration entraîne la non existence de la Constitution. Se poser la question de réviser le préambule de la Constitution, en vue de modifier les valeurs d’un Peuple – alors qu’on a par ailleurs pour mission de garantir cette Déclaration : « une force publique est instituée  pour garantir les Droits de l’Homme et du Citoyen » (c’est la seule raison de son « institution ») – et le seul texte qui le protège réellement, est donc une perte de temps: les parlementaires de 1789 ayant pris soin de rendre non révisable la Déclaration de 1789.

    Si Monsieur Sarkozy avait voulu rester sur le concept de « discrimination positive » à la française, il n’aurait pas eu à demander à Mme Veil – qui sait faire la différence entre la pratique française et celle américaine – de réfléchir à l’introduction d’un terme : « la diversité », manifestement en contradiction avec…Les valeurs républicaines françaises…Telles qu’elles ont été définies par (encore eux) les parlementaires de 1789…Et reprises, dans un autre vocable, par vous, dans votre vidéo.

    Car la « discrimination positive » à la française, elle, est permise. Les parlementaires de 1789 n’étaient pas naïfs. C’est pourquoi ils adoptèrent le principe suivant : « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. »

    Autrement dit, la Déclaration autorise les aides de l’Etat pour favoriser les citoyens les plus « défavorisés » sur le plan social…Mais interdit toute politique fondée sur des critères discriminants, que la France (je dis bien la France : pas un régime politique particulier) tels que le sexe (la parité n’est « autorisée » (et encore…Les partis peuvent s’y soustraire en payant une amende) qu’en politique, par le Conseil Constitutionnel), la race, les opinions politiques, ou encore la religion.

    Le comité (présidé par Mme Veil) souligne que ces politiques raciales (à l’américaine) ont été mises en place dans des pays qui avaient pratiqué la ségrégation, qu’elles sont aujourd’hui contestées et que la France est un pays où les communautés vivent nettement mieux ensemble. Emmanuel Todd souligne par exemple que le taux de mariage mixte est beaucoup plus fort en France qu’aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne par exemple.

    Mieux l’ancienne ministre centriste a rendu son rapport en concluant qu’il n’y avait pas lieu de réécrire notre Constitution et plaidé contre le principe même de discrimination positive. (A l’américaine)

    En 2004, déjà, les alertes se faisaient. Alors même que Monsieur Sarkozy faisait polémique avec son ouvrage tout à la gloire de la discrimination positive à l’américaine…A la même époque, de nombreux auteurs, en France comme aux Etats-Unis, soulignaient les immenses faiblesses de ces politiques, qui se retournaient contre ceux qu’elles devaient aider et poussaient à une fragmentation dangereuse de la société.

    Le Président des Etats Unis d’Amérique lui même – un certain Barack Obama – met en garde contre la « discrimination positive » (américaine)…Et prend en ex…Le modèle français ! Un modèle non d’intégration…Mais d’assimilation…Qui existe depuis les origines de notre pays : le fameux « creuset français ».

    Quant à son « commissaire »…Savez vous qu’il s’agit de l’auteur du « manifeste pour une égalité réelle » qui réclame des politiques ethniques et raciales en France…Au motif que la « diversité » (encore elle ! Et toujours pas définie d’ailleurs…) ne serait pas assez « représentée » en France ? Monsieur Sarkozy aurait pris le directeur du CRAN (vous savez cette « association » si républicaine qu’elle a violé les Lois de la République (comme l’actuel Président du CSA au passage) qui ont effectué des statistiques ethniques et raciales ! (Je rappelle que la France INTERDIT les statistiques ethniques, religieuses, raciales !) A moins que que le directeur du CSA (dont le job n’est pas d’évaluer la « diversité ») ait seulement eu envie de faire de la lèche à Monsieur Sarkozy et son épouse en s’indignant de la faiblesse du pourcentage de « non Blanc » dans l’audiovisuel public!) que cela aurait été la même chose.

    Yazid Sabeg est un militant de longue date de la discrimination positive ethnique. En 2004, il publiait : « La Discrimination positive. Pourquoi la France ne peut y échapper ? »
    Mieux, il incarne personnellement la tartufferie de la « diversité », ethnique mais jamais sociale. De couleur, mais jamais d’opinion.
    Yazid Sabeg est en effet un homme du sérail, pour ne pas dire du Système, et depuis longtemps.
    Ses meilleurs amis sont Claude Bébéar, le très libéral président du conseil de surveillance d’AXA, mais aussi Philippe Douste-Blazy, parrain de l’un de ses enfants, ou bien encore Jack Lang. Au conseil d’administration de son entreprise, figurent deux amis : Olivier Barre, fils de l’ancien Premier Ministre, et Antoine Veil, époux de Simone.

    Yazid Sabeg incarne donc parfaitement la duperie de la « diversité » voulue par Monsieur Sarkozy : son label « diversité » est sa couleur de peau, mais tout le reste est du 100% Système : même idéologie, mêmes amis, mêmes intérêts, même réseau.

    Autre exemple, Fatine Layt, possible remplaçante de Rachida Dati à la Justice, gage de « diversité » en raison de ses origines, mais surtout amie du pouvoir et fille du PDG de Royal Air Maroc.

    Qui a t il de « courageux » à suivre le politiquement correct ? Le Système ? A piétiner les valeurs pour lesquels les Français n’ont cessé de se battre ? Ce qui est « courageux » c’est d’avoir donné à la France un triptyque de valeurs en principe contradictoire, mais que la France essaye pourtant de faire vivre ensemble, ce qui est courageux c’est de dire que la France existe, qu’elle est belle, qu’elle peut être aimée, parce qu’elle est digne de cette amour, parce qu’elle mérite qu’on soit fier d’elle, parce que tout simplement, la France est une idée neuve en politique. Ce qui est courageux c’est d’avoir le courage de reconnaître que l’on fait un tort immense à des millions de Français – qui n’ont pourtant rien fait pour endurer cela – en faisant une politique raciale, contraire aux idéaux de la France, et qui dès lors ne peut que violer l’article 1er de la Constitution : peut on « naître » et « demeurer » égaux en droit…Si la couleur de peau ou les « origines » sont des critères qui supplantent le mérite, la compétence…Et la vertu ?

    Ensuite, il est clair que Monsieur Sarkozy, pas plus que son « commissaire » n’ont la moindre intention de favoriser la « diversité » sociale. Pas plus que la « diversité » d’opinion. Le but affiché et affirmé, est très différent : il s’agit de favoriser la « diversité » ethnique et raciale. Rien d’autre. Et cela au détriment des autres citoyens.

    Qu’on en juge !

    Monsieur Sarkozy propose un quota d’élèves boursiers dans les classes préparatoires : 25% en 2009, et 30% en 2010 (taux déjà aujourd’hui à 25%, sans quota). Bref, voilà une mesure dans la continuité de l’ère Chirac, et qui est presque insultante…Puisqu’à preuve du contraire, les classes préparatoires (l’école en général) n’ont jamais fermé leurs portes, surtout en se fondant sur des critères discriminants interdits par la France ! Pour rentrer dans une école de Commerce, à Science Po, ou même à l’ENA, il faut pouvoir payer : c’est le seul véritable obstacle. Et le seul domaine – d’ailleurs – où l’Etat, s’il veut favoriser la « diversité » sociale, peut vraiment agir avec efficacité : en augmentant le nombre et le montant des bourses; en accompagnant les élèves les plus en difficulté; en rétribuant financièrement, de manière avantageuse; les enseignants expérimentés qui font le choix d’aller dans les milieux dits difficiles; en donnant aux élèves une bonne culture générale; en donnant des coups de pouce aux « provinciaux » et aux « campagnards » (les grandes Ecoles se trouvent souvent à Paris et dans les grandes villes de France…) pour le logement ou pour obtenir le matériel adéquat pour travailler; etc.

    Le hic c’est qu’une telle politique coûte chère…Et de toute évidence le Gouvernement ne souhaite absolument pas ouvrir le porte monnaie pour la « diversité » sociale. Pour les banques oui…Pour les boursiers non.

    D’où un pas de coté puis…Des annonces tonitruantes pour une politique raciale et ethnique…Comme on peut le constater en prenant connaissance du « plan Sarkozy pour l’égalité des chances »:
    :
    – Pour favoriser la diversité à la télévision, les chaînes auront à déterminer en 2009 des « objectifs d’amélioration », qui seront « intégrés dans des conventions signées avec le CSA ». Attention, ne croyez pas que « diversité » signifie que vous aurez enfin droit à une pluralité des opinions sur les plateaux de télévision, que l’épisode du référendum de 2005, où 95% des journalistes défendaient le OUI, est définitivement derrière nous. Non, par « diversité », il faut bien sûr comprendre « diversité des couleurs ».

    -« Un label diversité sera créé avant la fin de l’année » dans les entreprises, les administrations, les collectivités locales. Premières attributions en janvier. Là encore, il ne s’agit pas de diversité sociale, mais bien ethnique.

    -Enfin, une « commission d’évaluation de la promotion de la diversité dans la vie politique » sera constituée et rendra chaque année un rapport public. Même chose, n’y voyez surtout pas une promotion de la diversité idéologique dans la vie politique, une ouverture du Système à d’autres courants de pensée, via par exemple l’instauration d’une dose de proportionnelle aux législatives. Non, pas du tout. Encore une fois, il s’agit de diversité des taux de mélanine dans l’épiderme.
    Sauf à penser, selon une idée bien étrange, que les « minorités visibles » incarnent naturellement une opinion divergente de la majorité, on peut penser sans peur de se tromper que l’objectif voulu n’est pas l’ouverture idéologique. Ce qui ne surprendra personne.

    Quel bienfait pour la France ? Aucun. Car comme toute politique raciale…Celle ci ne pourra qu’enfermer les individus dans un seul référent : la race. Les citoyens seront donc contraints de se définir par rapport à celle ci : il n’y aura plus des Français et des étrangers (la France ne reconnaît qu’une seule communauté : les Français. Les autres habitants étant des étrangers), il y aura des « Blancs » (la majorité « invisible »? ), des Noirs, des Beurs, des Jaunes, et pourquoi pas aussi des Verts tant qu’on y est…Adieu lien social ! Les recruteurs ne verront plus des ouvriers, des employés, des fonctionnaires, des patrons, des bourgeois, des professions libérales, mais des concentrations différentes de mélanine dans l’épiderme ! Où sera le mérite quand il suffira d’exprimer cette « diversité » ethnique et/ou raciale, si chère, de toute évidence, à Monsieur Sarkozy ?

    –Pour finir, avez vous conscience de l’injustice incroyable que représente la « discrimination » ethnique et raciale promue par Monsieur Sarkozy ?

    Quel crime mystérieux a donc commis le peuple Français, après avoir trimé dans les usines et les mines du XIX ème siècle, et versé son sang par millions, pour voir ces enfants punis de la sorte ? Pour voir refuser à ses enfants les seuls critères de mérite, de compétence, de vertu…Et les mêmes Droits et Devoirs que chaque citoyen Français…Quelles que puissent être ses origines et/ou sa race ?

    Car soyons juste : a-t-on déjà fait pour les classes populaires françaises ce que l’on prétend faire pour les « minorités visibles » ? Non. A t on l’ambition de s’y consacrer ? Là encore, non. Parce que cela coûte cher…Et le Gouvernement ne souhaite pas dépenser pour aider à la diversité sociale, ni même d’opinion. Il est tellement plus simple de faire des politiques électoralistes et au détriment du plus grand nombre.

    La « discrimination positive », on le sait, c’est 100% positif. Comme les sur primes…
    Il n’y a que des gagnants, les ayants-droits d’une part, la société et l’économie françaises d’autre part.

    Sauf que…Attendez un peu, les places réservées dans le cadre d’un système de quotas seront bel et bien prises à de vrais personnes en chair et en os. Pas à de vilains racistes théoriques, mais à des gars et des filles qui n’ont rien demandé à personne sinon toucher les fruits de leurs efforts ou de leur travail.

    Imaginez un système des quotas poussé à son aboutissement logique – et l’on doit faire ce raisonnement étant donné, d’une part, que le pire est probable, d’autre part selon les préceptes des philosophes. Prenons une école quelconque recrutant sur concours ou sur examen. Réservons 50% des places aux femmes. (On devrait même prendre 52%) Que faire des minorités ? Avec 14% de minorités visibles dans les médias, on serait « loin du compte » selon le discours clientéliste de M. Rachid Arab du CSA. Gageons donc qu’il faudra réserver 30% des places aux minorités visibles. Reste à « aider » quelques autres groupes « dit-scriminés », mettons les homosexuels, qui prétendent constituer 5% de la population. Que va-t-il donc rester pour le jeune Thierry, homme blanc hétérosexuel issu des milieux populaires ? Seulement 32,5 % des places disponibles. Autrement dit, si Thierry n’est pas dans les 32,5% d’élèves obtenant les meilleures notes dans sa catégorie au concours, adieu la place….

    Autrement dit, pour l’heure Thierry n’a été évalué que sur des critères discriminants (interdits par la France) qui supplantent ses capacités, ses compétences, et ses vertus. Le mérite est donc placé est dernière place. Injustice donc, puisque Thierry sera jugé sur les hormones de ses parents, ses préférences sexuelles, avant de l’être sur sa personnalité, son mérite.

    Dit encore autrement, cela veut dire que les petits blancs issus de milieux moyens ou modestes, qui partent avec des handicaps, en ce qui concerne par exemple la maîtrise de la langue, la culture générale, l’accès aux bibliothèques, bref tous les critères classiques des « inégalités bourdieusiennes », ces petits blancs, donc, à cause de l’application d’un système de la discrimination positive, seront purement et simplement bannis du système. Et ne parlons même pas du cas des « métis » dont un parent est blanc issu d’un milieu aisé, et qui bénéficieront tout simplement d’une promotion mécanique simplement fondée sur leur couleur de peau et une prétendue discrimination franchement inexistante …

    En quoi cela serait il une politique égalitaire ? Et comment pourrait on prétendre à l’égalité en Droit des citoyens…Sachant qu’ils seront, dès la naissance, mis dans des cases comme jadis dans des Ordres (et encore : sous la Monarchie il était possible, si l’on était bourgeois, de se faire « anoblir ». Dans le système vanté par le Président de la République, a moins de faire une opération chirurgicale (et pas forcément qu’une) à la Mickael Jackson, pas moyen de faire autrement que de rester dans sa petite case!)

    Répondre
  6. Xavier Collet - 3 janvier 2009 17 h 37 min

    Bon Noël et bonne année également, un conseil de cadeau éclairé : les deux républiques françaises par Philippe Némo.

    Répondre

Exprimez vous!